Le Californien iBASEt creuse son sillon à Toulouse

 |   |  479  mots
Naveen Poonian, le président de la startup iBASEt a participé à la dernière édition du Paris Air Forum.
Naveen Poonian, le président de la startup iBASEt a participé à la dernière édition du Paris Air Forum. (Crédits : La Tribune)
La société américaine iBASEt a implanté depuis un an son centre européen dans la Ville rose au coeur du B612. Dans un entretien à La Tribune, son président revient sur les projets de l’entreprise.

Cela fait près d'un an que la société californienne iBASEt a posé ses valises dans la Ville rose. Plus précisément, l'entreprise a décidé d'implanter son siège européen au coeur du B612, ce nouveau bâtiment totem de 25 000 m2 dédié à la recherche aéronautique et spatiale. À l'occasion de sa participation au Paris Air Forum organisé par La Tribune, le président de iBASEt Naveen Poonian est revenu sur cette décision.

"Toulouse a cette longue histoire dans l'aérospatiale. Dans la région, il y a plus de 800 entreprises et 85 000 personnes qui travaillent dans le secteur. C'est phénoménal ! Toulouse est un lieu clé parce que vous êtes proches de tous les grands acteurs comme Airbus, Latécoère ou Ariane. Et nous voulons nouer des partenariats avec ces grandes entreprises.

L'autre aspect impressionnant à Toulouse, ce sont les centres d'innovation et de plus en plus de startups sont en train de se greffer à cet écosystème. Par ailleurs, au niveau de sa localisation, Toulouse est au centre de l'Europe si l'on veut chercher des clients en Italie, en Belgique ou en Allemagne", avance Naveen Poonian.

Dix salariés à Toulouse

Pour le moment, ajoute-t-il, "nous avons dix personnes à Toulouse, c'est notre premier site hors Amérique du Nord où nous employons 200 salariés." La société californienne avait déjà des partenariats avec plusieurs entreprises en Europe pour intégrer ses solutions logicielles pour la fabrication numérique, la MRO et la qualité.

"Nous avons des clients en Belgique mais aussi en France à l'image d'Airbus Defence and Space et ArianeGroup. Nous travaillons également avec des sociétés américaines qui ont des sites en Europe comme Pratt & Whitney aux Pays-Bas et Rolls Royce au Royaume-Uni. Nous voulons augmenter notre base clientèle dans ces pays. Toulouse et plus globalement l'Europe est très intéressée dans la digitalisation et son intégration dans l'aérospatiale pour augmenter la productivité", remarque le président d'iBASEt.

Avec ses solutions logicielles, iBASEt vise à collecter les données pour améliorer la production aéronautique. La data devient un enjeu crucial pour la filière. Plusieurs grandes comptes commencent à développer des outils pour capturer et analyser ces données à l'image de Skywise pour Airbus ou le datalab de Liebherr Aerospace. "Nous ne sommes pas en concurrence avec Skywise, nous apportons une solution complémentaire. Nous développons une solution ouverte pour collecter des données sur toute la supply chain, sur l'ensemble de la chaîne de valeur. Lors de la production, Airbus pourrait utiliser notre solution pour collecter des données sur l'ensemble du processus de production, du design à la fabrication en passant par le support client", décrit Naveen Poonian. iBASEt a réalisé 30 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2018.

Lire aussi : Aéronautique : le bon filon de la data

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :