Bourget : Airbus, Daher et Safran planchent sur Ecopulse, un avion à propulsion hybride

 |   |  430  mots
Airbus, Daher et Safran ont présenté au premier jour du salon du Bourget la maquette d'Ecopulse, un démonstrateur d'avion hybride à propulsion distribuée.
Airbus, Daher et Safran ont présenté au premier jour du salon du Bourget la maquette d'Ecopulse, un démonstrateur d'avion hybride à propulsion distribuée. (Crédits : Florine Galéron)
L'avionneur Airbus, l'équipementier Daher et le motoriste Safran ont présenté lundi 17 juin au Bourget la maquette d'Ecopulse. Il s'agit d'un démonstrateur d'avion hybride à propulsion distribuée, dont le premier vol est prévu à l'été 2022.

Après 18 mois de recherches, Airbus, Daher et Safran ont présenté au premier jour du salon du Bourget la maquette d'Ecopulse, un démonstrateur d'avion hybride à propulsion distribuée.

"Nous sommes partis d'une plateforme TBM (la gamme d'avion phare de Daher) pour créer une nouvelle génération d'avions qui réduit notre empreinte environnementale", a expliqué Nicolas Orance, vice-président de Daher.

Afin de réduire les émissions de CO2, les trois industriels parient sur un mix entre thermique et électrique. "Sur le nez de l'avion, vous avez le moteur central qui est thermique et sur les ailes seront intégrés six petits moteurs électriques", décrit Jean-Brice Dumont, vice-président de l'ingénierie chez Airbus. Les moteurs électriques pourraient être utilisés pour les phases de décollage afin de réduire le bruit de l'aéronef mais aussi la consommation de carburant. Quant au thermique, il pourrait être plus efficient pour les phases de croisière. Il est relié à un générateur qui distribuera l'énergie aux moteurs électriques ainsi qu'à des batteries. La propulsion électrique viendra de plusieurs moteurs d'où le terme de propulsion distribuée.

"C'est un produit intéressant parce que l'avion n'est pas seulement hybride, mais à propulsion distribuée", n'a d'ailleurs pas manqué de souligner Stéphane Cueille, directeur R&T et innovation de Safran.

Une vocation différente de l'E-Fan X

Cette configuration différencie grandement Ecopulse de l'E-Fan X, le projet de démonstrateur hybride d'Airbus. "Sur l'E-Fan X, il s'agit de remplacer l'un des quatre moteurs thermiques par un électrique, détaille Jean-Brice Dumont. De même, l'E-Fan X est monté sur un BAe 146 (100 places, ndlr) doté d'une puissance électrique de plusieurs mégawatts". En comparaison, "Ecopulse pourra transporter six personnes dont un pilote. Les moteurs auront une puissance entre 50 et 100 kilowatts", a indiqué Nicolas Orance.

Avec ce démonstrateur, les industriels tablent sur des économies d'énergie de 30 à 40 % pour les missions de courte distance et de 15 % minimum pour les vols plus longs. Sur ce projet, Safran fournira un système propulsif hybride réparti sur les ailes, Airbus implantera dans l'avion une batterie à haute densité énergétique et Daher installera les composants et les systèmes et réalisera les essais depuis son site de Tarbes (Hautes-Pyrénées).

Le premier vol d'Ecopulse est programmé pour l'été 2022. L'avion hybride pourrait être vendu à terme dans la gamme TBM. Il va aussi alimenter les recherches d'Airbus sur l'avion plus économe. Le programme, chiffré à 22 millions d'euros, est financé à 50% par la DGAC et à 50% par les trois industriels.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/06/2019 à 17:36 :
Je ne comprends pas. Je vois plein d'hélices. Ça fait plein de freins aérodynamiques... Ou alors elles tournent toutes tout le temps (Ça fait toujours plein de freins aérodynamiques...). Mais si elles tournent tout le temps, ça veut dire que le moteur thermique (avec son "mauvais rendement") fait de l'électricité...à mauvais rendement ? Je ne comprends pas
Réponse de le 18/06/2019 à 17:59 :
Le moteur thermique en propulseur: 15% de rendement , le même moteur, en générateur d'électricité: 30% de rendement; rendement d'un moteur électrique: 95%. C'est au décollage qu'un avion consomme le plus. Le fonctionnement d'un moteur d'avion en phase de vol de croisière est généralement stable, donc rendement maximum. Je présume que l'avion décollera avec ses batteries pleines.
Réponse de le 19/06/2019 à 16:13 :
Je vous rejoins assez. Même mises en drapeau ces hélices vont dégrader la traînée. Par ailleurs, les vitesses des aéronefs électriques actuels n'ont rien à voir avec les performances de ce même avion "thermique". Ont ils laissé la turbine pour rassurer les clients ?
a écrit le 18/06/2019 à 17:07 :
"15 % minimum pour les vols plus longs."

CE n'est vraiment pas assez, on voit que le business de l’aviation n'était pas du tout prêt à un changement de mentalité de la population mais alors pas du tout !

Les gars jusqu'à ce que les suédois s'indignent ils n'ont rien anticipé pour que leurs avions consomment moins.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :