Export aux États-Unis : les conseils de ces entreprises toulousaines qui ont réussi

 |   |  1157  mots
Les États-Unis restent un marché complexe à appréhender.
Les États-Unis restent un marché complexe à appréhender. (Crédits : Reuters)
Le rêve américain titille aussi les esprits dans la Ville rose. Deux entreprises toulousaines qui ont réussi à s'imposer aux USA livrent leur expérience. Cyril Darmouni, associé du cabinet de conseil Exco, donne également quelques pièges à éviter. Décryptage.

"Si une entreprise toulousaine envisage de s'exporter aux États-unis pour un souci de rapidité et de simplicité, c'est une très grave erreur", assène Cyril Darmouni. De passage il y a quelques semaines dans la Ville rose à l'invitation de la chambre de commerce et d'industrie franco-américaine, cet associé du cabinet de conseil Exco veut démonter les clichés autour du marché des USA.

"La première erreur est de croire que le fonctionnement juridique et fiscale est similaire à la France. Le droit des contrats est différent. Aux États-Unis, un propriétaire peut mettre dans un bail commercial l'augmentation des loyers qui l'intéresse, par exemple une hausse de 10% chaque année ou imposer au commerçant de participer aux travaux du centre commercial. J'ai une cliente qui a reçu une facture de 50 000 dollars pour refaire tout le parking du centre commercial, elle n'avait pas vu qu'elle participait à tous les travaux de rénovation", illustre l'expert.

Les avocats incontournables dans le monde des affaires

Pour éviter ce type de déconvenues, "la première des démarches quand on envisage de s'implanter aux États-Unis est de prendre un avocat", conseille-t-il. Philippe Robardey, président...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :