Delair, une success story internationale dans le drone civil

 |   |  542  mots
L'entreprise Delair est actuellement installée à Labège, dans la périphérie de Toulouse.
L'entreprise Delair est actuellement installée à Labège, dans la périphérie de Toulouse. (Crédits : Rémi Benoit)
À l'origine une startup de quatre personnes, l'entreprise toulousaine Delair est devenue, en l'espace de huit ans, un acteur mondial de premier plan sur le marché du drone à destination des professionnels.

Comment passer de quatre salariés à 200 salariés aujourd'hui ? Comment atteindre le cap des 7 millions d'euros de chiffre d'affaires en autant d'années d'existence ? Comment faire passer sa chaîne de production de 25 produits par an à une centaine par mois ? Tel est le défi relevé par l'entreprise toulousaine Delair, spécialisée dans la construction de drones civils à destination des professionnels.

Fondée en 2011 par quatre ingénieurs issus de Polytechnique - Benjamin Benharrosh, Michaël de Lagarde, Bastien Mancini et Benjamin Michel - la société vise alors les grands comptes publics et privés comme la SNCF, Enedis, les gestionnaires de plateformes pétrolières, les entreprises de BTP et les exploitants agricoles. Pour séduire cette clientèle, les Toulousains proposent alors des drones sans hélice, légers, avec une grande autonomie. La recette plaît.

Malgré un chiffre d'affaires de seulement 87 000€ en 2013, l'entreprise boucle une levée de fonds de 3 millions € devant lui permettre de passer à 100 drones fabriqués dès 2014 et le lancement de la commercialisation à l'international.delair

Lire aussi : Delair-Tech : le fabricant de drones toulousain lève 3 M€ pour faire décoller...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :