Aéroport de Toulouse : le successeur de Casil Europe connu fin mai

 |   |  896  mots
Mike Poon, président de Casil Europe, ne souhaite pas s'exprimer sur la cession pour le moment.
Mike Poon, président de Casil Europe, ne souhaite pas s'exprimer sur la cession pour le moment. (Crédits : Rémi Benoit)
D'après les informations de La Tribune, le calendrier se précise pour la cession des 49,99% de Casil Europe dans l'aéroport de Toulouse-Blagnac. À l'issue d'un processus de vente à deux tours, la société d'actionnaires chinois devrait réaliser une plus-value importante.

Près de quatre ans après son arrivée dans le capital de l'aéroport Toulouse-Blagnac, la société d'actionnaires chinois s'apprête à revendre ses 49,99% de parts dans l'aéroport de Toulouse (rachetées à l'État en avril 2015). Officiellement, Casil Europe parle toujours de rumeur. Pourtant, en coulisses, le processus est bien enclenché.

Une sélection à deux tours, le repreneur connu "fin mai"

La banque parisienne Lazard a été mandatée pour gérer ce dossier. Pour le moment, les candidats à la reprise fournissent des propositions d'intention en indiquant le montant souhaité pour le rachat des parts. Selon nos informations, près de 20 candidats ont déjà manifesté leur intérêt et début février les principaux repreneurs se seront positionnés.

"À l'issue de ce premier tour, une short-list de 2 à 4 candidats sera établie. Ces entreprises auront plus d'informations et pourront fournir une proposition ferme. Ce deuxième tour devrait durer deux à trois mois. Le vainqueur sera connu fin mai", indique une source proche du dossier.

Une importante plus-value en perspective pour Casil Europe

Dans cette affaire, Casil Europe devrait réaliser une importante plus-value. Pour rappel, la société d'actionnaires chinois a racheté à l'État 49,99% de parts dans l'aéroport pour un montant de 308 millions d'euros. L'appel d'offres avait été lancé en juillet 2014 et la cession officialisée le 17 avril 2015 dans le Journal officiel. Mardi 22 janvier, La Dépêche du Midi indiquait que Casil Europe espérait vendre ses parts à 500 millions d'euros, ce qui lui permettrait ainsi de réaliser une plus-value de 200 millions. D'après nos informations, plusieurs offres pourraient aller au-delà de ce montant.

Lire aussi : Aéroport de Toulouse : au moins quatre Français lorgnent la part des Chinois

"En cinq ans, l'aéroport a pris de la valeur. La plateforme a mis en place un certain nombre d'aménagements : hall d'embarquement unique, jetée low-cost... (L'aéroport a investi 35 millions d'euros pour réaliser ces travaux, NDLR). En parallèle, le prix des aéroports a également augmenté", relève un expert.

En effet, depuis la privatisation partielle de l'aéroport de Toulouse, l'État a cédé des parts dans deux autres aéroports français. En novembre 2016, un consortium constitué de Vinci Airports, la Caisse des dépôts et Predica a acquis les 60% de l'État au capital de la société Aéroports de Lyon pour un montant de 535 millions d'euros. Le même jour, le consortium Azzura, composé du groupe italien Atlantia, d'Aeroporti di Roma et d'EDF Invest a acquis les 60% de l'État dans l'aéroport de Nice pour un montant de 1,2 milliard d'euros.

Enfin, en décembre dernier, les actionnaires de l'aéroport de Toulouse ont adopté une nouvelle doctrine concernant les dividendes. Jusqu'en 2023, les actionnaires auront la possibilité de toucher jusqu'à 100% du résultat net annuel de l'aéroport (qui a atteint 14 millions d'euros en 2017) sous forme de dividendes. De quoi là encore aiguiser l'appétit des repreneurs.

Des acteurs français, mais aussi étrangers en lice

Plusieurs grands groupes français ont déjà montré leur intérêt pour l'aéroport de Toulouse. C'est le cas notamment de Vinci et son rival du BTP, Eiffage. L'an dernier, le groupe BPCE (Banque Populaire - Caisse d'Épargne) n'avait pas masqué ses intentions sur le sujet en jouant la carte locale : "Si nous arrivons, nous ne viendrons pas en tant que financier pour faire un coup sur cinq à huit ans mais pour s'inscrire dans la durée. Dans notre plan, nous voulons favoriser l'emploi local avec les entreprises locales tout d'abord, faire de l'innovation et réaliser le transport du futur", expliquait alors Alain Condaminas, le directeur général de la Banque Populaire Occitane. Par ailleurs, les fonds d'investissements Ardian et Macquarie restent dans les startings-blocks. D'après nos informations, des groupes étrangers se sont aussi manifestés mais leurs identités restent inconnues pour le moment.

À Toulouse, les acteurs économiques espèrent un acteur européen pour ne pas reproduire les incompréhensions linguistiques et culturelles rencontrées avec les deux actionnaires de Casil Europe.

"Entre Européens, on se comprend. Et puis, ce n'est pas uniquement un aéroport, il sert à notre industrie aéronautique, notamment à Airbus, il y a un enjeu de souveraineté nationale", relève Bernard Keller, vice-président de Toulouse Métropole et membre du conseil de surveillance de l'aéroport.

De son côté, le président du Ceser Occitanie, Jean-Louis Chauzy, estime qu'il faut confier la gestion de l'aéroport à "un opérateur français qui a le savoir-faire, un pool bancaire régional et un pacte avec les grandes collectivités et les acteurs économiques".

La dernière inconnue est de savoir si avec le départ de Casil Europe, l'État va conserver ses 10,01% de parts restantes dans l'aéroport. En février dernier, le gouvernement avait indiqué que la vente n'était pas prévue "pour le moment". Mais l'État a encore la possibilité de le faire jusqu'au 18 avril prochain sous forme d'une option de vente à Casil Europe et par la suite à n'importe quel autre repreneur. C'est la raison pour laquelle les actionnaires locaux ont écrit au Premier ministre la semaine dernière pour réaffirmer "l'absolue nécessité pour l'avenir de la plate-forme que l'État n'accompagne pas cette cession de la vente de ses propres parts".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/01/2019 à 6:54 :
"L'empreinte du Dragon" de Jean Tuan chez CLC Editions (en librairies et sur fnac.com et Amazon), un néo-polar qui évoque de manière jubilatoire la main-mise de la Chine sur l'aéroport de Toulouse. A ne pas manquer !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :