Audiovisuel public : comment France 3 et France Bleu Occitanie amorcent un rapprochement

 |   |  755  mots
Carlos Bélinchon, directeur de France 3 Midi-Pyrénées, Laure Cornéjo, directrice déléguée à l'antenne et aux programmes et Nicolas Albrand, rédacteur en chef adjoint lors de présentation de la grille de rentrée le 11 septembre dernier.
Carlos Bélinchon, directeur de France 3 Midi-Pyrénées, Laure Cornéjo, directrice déléguée à l'antenne et aux programmes et Nicolas Albrand, rédacteur en chef adjoint lors de présentation de la grille de rentrée le 11 septembre dernier. (Crédits : Rémi Benoit)
L'annonce est intervenue au cœur de l'été. Le gouvernement souhaite "tripler les programmes régionaux de France 3" via notamment "des coopérations plus étroites avec France Bleu". En Occitanie, la télé et la radio régionale vont lancer d'ici la fin de l'année une matinale commune. D'autres rapprochements sont prévus. Quel impact à terme peut-on craindre sur l'emploi dans l'audiovisuel public ?

"Il s'agit de se rapprocher de France Bleu sans refaire l'ORTF", assure d'emblée Carlos Bélinchon, directeur de France 3 Midi-Pyrénées lors de la conférence de rentrée du 11 septembre dernier de la chaîne. La principale nouveauté de la grille cette saison réside dans le lancement "d'ici la fin de l'année", d'une matinale commune avec France Bleu.

"La tranche d'information de la radio entre 7h et 9h sera diffusée sur France 3 Midi-Pyrénées. Nous allons mettre des caméras dans les studios de France Bleu à Toulouse. Il faudra installer aussi un éclairage adapté. Pour autant, l'idée n'est pas de créer des studios à la RMC qui ressemblent presque à ceux de BFMTV, cela coûterait trop cher. Nous n'avons pas de budget dédié pour cette expérimentation", ajoute-t-il.

france 3

Régie de France 3 à Toulouse (Crédit : Rémi Benoit).

Vers des programmes hybrides France 3 / France Bleu

Les équipes de la télé et de la radio régionale commencent tout juste à se rencontrer pour ajuster les détails de cette expérimentation : faut-il des images de off pour illustrer les reportages radio ? Quel habillage employer lors de la diffusion de titres audio ? L'Occitanie est la première région en France avec PACA à tester le rapprochement voulu par le gouvernement dans le cadre de la réforme de l'audiovisuel public. Le 19 juillet dernier, le Premier ministre Édouard Philippe a exprimé le souhait de "tripler les programmes régionaux de France 3" via notamment "des coopérations plus étroites avec France Bleu".

"Avec cette matinale, nous allons atteindre 6h de programmes régionaux sur l'antenne, soit trois fois plus qu'avant. Ce n'est que le début de quelque chose, lance le directeur régional de France 3 Midi-Pyrénées. D'autres rapprochements sont possibles pour des magazines politiques ou sportifs. L'avenir reposera sur des produits hybrides, de la radio vue à la TV ou de la TV qu'on écoute à la radio".

france 3

Plateau de la matinale de France 3 à Toulouse (Crédit : Rémi Benoit).

Quel impact sur l'effectif ?

Côté radio, Magalie Lacombe, journaliste à France Bleu Occitanie syndiquée SNJ note : "À ce stade, nous avons très peu d'informations sur cette expérimentation, ce n'est pas une situation confortable. Nous savons juste que des caméras vont être installées dans nos studios, en somme de la radio filmée. En théorie, cela ne doit rien changer. Mais en pratique, cela risque d'impacter notre travail. Par exemple, en studio, le présentateur doit faire des gestes aux techniciens pour envoyer des sons. On ne s'appuie pas sur un prompteur comme en télé mais on lit nos textes sur ordinateur..."

Du côté de la télé, "les équipes ne sont pas vent debout contre cette expérimentation, à condition bien sûr qu'on ne déshabille pas le vaisseau amiral destiné au journal du 19/20 afin de fournir des effectifs pour la matinale", souligne François Ollier, délégué SNJ au sein de France 3 Midi-Pyrénées.

En revanche, Chantal Frémy, déléguée syndicale CGT à Toulouse s'inquiète du fait que ce ne soit que "le premier étage de la fusée" :

"Le rapprochement pourrait aller encore plus loin. Pour l'instant, il est surtout abordé d'un point de vue logistique en disant qu'on pourrait regrouper les équipes sur un même site. Mais demain, il y a le risque qu'on estime qu'il n'est pas utile d'avoir des journalistes sportifs ou politiques sur les deux antennes. Nous craignons à terme de la casse sociale"

france 3

Locaux de France 3 à Toulouse (Crédits : Rémi Benoit).

France 3 Midi-Pyrénées compte actuellement 135 journalistes (sur un effectif total de 350 personnes). "Alors qu'à l'échelle nationale, la télé régionale a perdu 2 000 postes depuis 2008, la masse salariale est plutôt en hausse. Pour opérer des restructurations, des postes de cadres ont été créés. En Occitanie, l'effectif est plutôt stable du fait des requalifications de CDD en CDI à la suite d'une procédure aux prud'hommes", précise Chantal Frémy.

De son côté, France Bleu Occitanie recense seulement 8 journalistes au sein d'une équipe d'une trentaine de personnes. "Nous n'avons que deux à trois reporters chaque jour pour couvrir 7 départements de l'ex-région Midi-Pyrénées, fait remarquer Magalie Lacombe. Même si avec France 3, nous partageons une ligne éditoriale axée sur l'information locale et que nous nous adressons parfois aux mêmes personnes, en comparant les effectifs, on voit bien qu'on est sur deux modèles très différents".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :