Aéronautique : Nexteam rachète Mecafi

 |   |  349  mots
Nexteam veut devenir un groupe de dimension internationale.
Nexteam veut devenir un groupe de dimension internationale. (Crédits : Gentilin)
Le sous-traitant aéronautique de rang 1 Nexteam implanté notamment en Haute-Garonne a annoncé jeudi 19 juillet l'acquisition de Mecafi, un groupe spécialisé dans l'usinage de pièces en aluminium notamment pour les moteurs d'avions.

Le groupe Nexteam s'agrandit. Né en 2015, de l'union de plusieurs entreprises familiales du Sud-Ouest de la France (Asquini (Lot-et-Garonne), Gentilin (Haute-Garonne), Sofop (Aveyron) et MP Sud (Pyrénées-Atlantiques)), ce sous-traitant aéronautique a annoncé, jeudi 19 juillet, le rachat de Mecafi, basé dans la Vienne.

Nexteam est spécialisé dans la mécanique de précision et l'usinage de pièces complexes et métaux durs pour les industries aéronautique et spatiale. Le groupe avance qu'"en intégrant la totalité de Mecafi, il entend à la fois devenir un acteur de référence sur le marché des moteurs aéronautiques, équilibrer son portefeuille de programmes et accéder à de nouveaux marchés en proposant une offre plus complète de composants, notamment au niveau des moteurs et des pièces de structures aluminium (domaine de prédilection de Mécafi, ndlr)".

Nexteam est toujours présidé par Ludovic Asquini. Quant à Sylvain Accorsini, l'actuel président de Mecafi, il restera dans le groupe et prendra en charge la direction de la division aéro-engines et sera membre du comité exécutif. Alors que Nexteam comptait 900 collaborateurs pour un chiffre d'affaires de 150 millions d'euros en 2017, le nouvel ensemble aura plus de 1 500 salariés et représentera un CA de 250 millions d'euros.

Une levée de 114 millions d'euros

Fin mai, Nexteam avait annoncé une levée de 114 millions d'euros auprès de Tikehau Capital.

"La volonté de Nexteam est d'être, d'ici 2023, un groupe de dimension internationale réalisant plus de 500 millions d'euros de chiffre d'affaires et disposant des meilleures compétences du marché", expliquait alors la société.

"Cette levée de fonds va nous permettre de faire de la croissance externe aux États-Unis et en Europe. Nous avons déjà ciblé des entités. Nous espérons boucler ces opérations avant la fin d'année 2018, sinon cela sera en 2019", ajoute Frédéric Gentilin.

Nexteam Group vise deux à trois acquisitions au total. L'entreprise s'est aussi lancée dans l'impression 3D en nouant un partenariat avec Prodways Group pour concevoir des pièces de grandes dimensions en titane.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :