Latécoère inaugure une nouvelle usine dernier cri à Toulouse

 |   |  668  mots
La nouvelle usine est implantée sur la zone d'activités de Montredon à Toulouse.
La nouvelle usine est implantée sur la zone d'activités de Montredon à Toulouse. (Crédits : Rémi Benoit)
L'équipementier aéronautique Latécoère a inauguré ce mardi 22 mai une usine automatisée de 6 000 m2 à Toulouse-Montredon. Cette nouvelle unité de production qui emploie une centaine de personnes et qui a demandé 37 millions d'euros d'investissements s'inscrit dans le plan Transformation 2020 lancé il y a deux ans par l'industriel.

Fondé en 1917, Latécoère s'est imposé comme l'un des pionniers de l'aéronautique en développant des hydravions. Un siècle plus tard, l'industriel toulousain est devenu sous-traitant aéronautique de rang 1 pour Airbus et Boeing, produisant en série notamment des portes d'avion et des câblages de trains d'atterrissage. En inaugurant sa nouvelle usine toulousaine ce mardi 22 mai, Latécoère voulait montrer que même après 101 ans d'existence, le groupe reste à la pointe de l'innovation. "C'est une usine 4.0, connectée digitalisée et automatisée", scande Richard Montanel, le directeur du site. Implantée sur la zone d'activités de Montredon à Toulouse, cette nouvelle unité de production de 6 000 m2 a été pensée grâce à la modélisation 3D. "Une maquette numérique du site a été réalisée. Cela a permis de construire plus vite : entre la pose de la première pierre en juillet 2017 et la fabrication de la première pièce en février dernier, il s'est écoulé seulement huit mois", poursuit le dirigeant.

Latecoere

Robot de la nouvelle usine (Crédit : Rémi Benoit).

Le projet a demandé 37 millions d'euros d'investissements. Plusieurs machines du site historique de la rue de Périole à Toulouse ont été transférées vers le site de Montredon. Par ailleurs, Latécoère a investi dans trois nouvelles machines pour l'usinage de pièces d'aluminium dotées d'une autonomie de 18 heures. La robotisation est également utilisée en amont et en aval de la fabrication avec des engins permettant le chargement et le déchargement de matière (voir photo ci-dessous). Une machine dont la livraison est prévue fin 2018 devrait également automatiser le contrôle des pièces produites.

Latecoere

Machine de déchargement de la matière (Crédit : Rémi Benoit).

"La robotisation nous permet d'être plus performant. Nous tablons à terme sur 500 000 pièces produites par an, soit une par minute. Nous allons pouvoir aussi réinternaliser la fabrication de pièces que nous achetions auparavant à des sous-traitants", précise Richard Montanel. L'usine automatisée emploie une centaine de personnes, chargées principalement de la maintenance des machines. L'effectif devrait passer à 150 personnes à l'horizon 2020 avec une extension de 3000 m2 du site (représentant 10 millions d'euros d'investissements supplémentaires) pour accueillir les activités de traitement de surface et de peinture. Par ailleurs, le département chaudronnerie sera également transféré depuis le site de Périole l'année prochaine.

La CGT dénonce "un paravent pour masquer ce qui se trame sur les autres sites du groupe"

L'ouverture de cette nouvelle usine s'inscrit dans le plan Transformation 2020 annoncé par l'équipementier en juin 2016 en raison notamment de l'absence de nouveaux programmes dans l'aéronautique. Initialement, il prévoyait 236 suppressions de postes, la fermeture du site de Tarbes et la création d'une nouvelle usine en Bulgarie. "Le plan est terminé. 130 postes ont été supprimés à Toulouse Périole, 40 transférés vers le site de Gimont dans le Gers, et 10 personnes ont été licenciées, a précisé ce mardi 22 mai Yannick Assouad, directrice générale du groupe." Les effectifs sont actuellement de 650 salariés au siège historique de Périole et pourraient s'élever à 800 à terme avec le rapatriement des collaborateurs de la branche interconnexion basée à Labège.

Latecoere

Pièces fabriquées via l'usinage numérique (Crédit : Rémi Benoit).

"Cette nouvelle usine est présentée comme une vitrine alors qu'il s'agit plutôt d'un paravent pour masquer ce qui se trame sur les autres sites, déplore le délégué CGT de Latécoère Florent Coste. Latécoère a ouvert une usine à Plovdiv en Bulgarie dont les effectifs seront bientôt supérieurs à ceux de Montredon. La vraie innovation aurait été de concevoir grâce à la fabrication additive en grande série, quelque chose qui n'existe pas ailleurs. Ce n'est pas parce qu'on met des machines neuves qu'on est forcément innovant." Latécoère emploie 4400 salariés dans 10 pays différents.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :