Uwinloc lève 1 million d'euros pour déployer ses étiquettes intelligentes

 |   |  511  mots
Éric Cariou et Jan Mennekens, les deux co-fondateurs d'Uwinloc.
Éric Cariou et Jan Mennekens, les deux co-fondateurs d'Uwinloc. (Crédits : Uwinloc)
La startup toulousaine Uwinloc annonce une levée de fonds de 920 000 euros avant un nouveau tour de table de "deux à trois millions d'euros" en mars 2018. Ses étiquettes, qui permettent de réaliser des inventaires en temps réel des stocks, sont produites en série pour de grands industriels en France comme à l'étranger.

Des étiquettes géolocalisables avec une précision de 30 centimètres et fonctionnant sans pile, alimentées en énergie uniquement grâce au captage des signaux radio : c'est l'innovation mise au point par une jeune startup toulousaine. Fondée en 2015, Uwinloc vient de réaliser une nouvelle levée de fonds pour accélérer son déploiement. "Elle se fait en deux temps, la première bouclée aujourd'hui est de 920 000 euros et la seconde prévue pour mars 2018 se situera entre deux et trois millions d'euros", précise Eric Cariou, directeur général d'Uwinloc, récompensé du titre de startup de l'année lors de Biznext 2017.

Plusieurs millions d'étiquettes déjà en précommande

Testées au sein de l'entrepôt logistique d'Airbus à Hambourg (Allemagne) mais aussi chez Alstom, Thales ou Safran, les étiquettes de la jeune pousse sont depuis le mois d'octobre entrées en phase de production en série. De gros volumes de vente sont à prévoir puisque plus de deux millions d'étiquettes ont déjà été précommandées par 28 clients basés dans cinq pays.

"Nous ciblons les grands industriels et les acteurs de la logistique. Nos étiquettes permettent de réaliser un inventaire en temps réel des stocks ou de l'outillage, décrit le dirigeant. La géolocalisation des produits permet aussi aux entreprises d'optimiser les espaces de stockage. Par exemple, si un modèle de chaise très demandé est placé dans un même endroit de l'entrepôt qu'un canapé peu vendu, grâce aux étiquettes, l'entreprise va pouvoir revoir l'emplacement des produits dans l'entrepôt. Cela peut permettre de diviser par deux les kilomètres parcourus dans l'entrepôt avec le porte-palettes et faire économiser plusieurs millions d'euros à la société".

Les étiquettes géolocalisables sont de plus en plus plébiscitées par les grands industriels. Certains à l'image de Liebherr Aerospace ont opté pour des puces RFID collées sur les outils accompagnées de lecteur de puces sur chaque machine pour lire les étiquettes. "Par rapport aux puces RFID, nos étiquettes offrent une géolocalisation beaucoup plus précise. L'autre apport est qu'il n'y a pas besoin de piles, cela réduit beaucoup les coûts d'usage de la technologie", complète Éric Cariou.

Bientôt une filiale aux États-Unis ?

Avec la levée de fonds, Uwinloc compte renforcer sa présence à l'étranger. "Nous avons des collaborateurs présents aux États-Unis, en Amérique du Sud et des partenariats avec le Japon et la Chine. Nous envisageons à terme la création d'une filiale aux États-Unis", lance l'entrepreneur.

Hébergée depuis sa création au sein du Bizlab d'Airbus, la startup va déménager dans 500 m2 de nouveaux locaux à Blagnac début 2018. Actuellement composé de 27 salariés, l'effectif de Uwinloc devrait continuer de s'étoffer l'année prochaine. Une dizaine d'embauches est prévue, avec l'arrivée de chefs de projet, de commerciaux et de juristes. Après avoir réalisé 44 000 euros de chiffre d'affaires en 2016, Uwinloc table sur 900 000 euros pour fin 2017.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :