Supply chain aéronautique : l'ascension spectaculaire de WeAre Aerospace

Sur le Salon du Bourget, WeAre Aerospace a annoncé mardi 21 juin la création de WeAre China. Depuis un an, le groupe basé à Blagnac opère un développement rapide. Considéré comme une entreprise très prometteuse du secteur aéronautique en France, WeAre, dirigé par Pascal Farella, répond aux exigences du secteur en termes de structuration du marché.

4 mn

Pascal Farella lors des Trophes de l'Aéronautique La Tribune en novembre 2016
Pascal Farella lors des Trophes de l'Aéronautique La Tribune en novembre 2016 (Crédits : Rémi Benoit)

Depuis le mois de mai, WeAre Aerospace multiplie les annonces. La plus importante a été faite sur le Salon du Bourget mercredi 21 juin. Il s'agit de l'implantation du groupe en Chine via la création de WeAre China. Cette filiale est une joint-venture entre WeAre, la société Avic International Zhuhai (1,5 milliards d'euros de CA) et la ville de Zhuhai (province du Guangdong). "Nous allons créer dans cette ville un parc aéronautique dans lequel on trouvera toutes les technologies proposées par WeAre. L'inauguration aura lieu en novembre 2018 lors du Zhuhai Air Show", précise le groupe WeAre. Une autre filiale vient d'être créée, WeAre International, chargée d'assurer le développement du groupe à l'international.

Croissance externe en flèche

Avant le Salon du Bourget, le mois de mai a déjà été riche pour WeAre Aerospace (lauréat des Trophées de l'Aéronautique La Tribune en 2016 dans la catégorie Adaptation au marché). Le groupe, présent sur les pièces élémentaires, les sous-ensembles mécaniques, mais aussi les systèmes avioniques et l'électronique embarquée, a annoncé trois opérations de croissance externe.

La première concerne la société Espace, l'un des membres fondateurs du groupe WeAre : il s'agit d'un accord de participations croisées (prise de participation significative de WeAre dans la société Espace et vice-versa). Pour rappel, c'est en 2010, sous l'impulsion d'Airbus qui souhaite réduire le nombre de ses fournisseurs, que les sociétés Chatal et Espace se sont associées au sein du groupement Ace Aéronautique. Objectif : proposer au donneur d'ordres un seul interlocuteur au niveau commercial et logistique. Elles ont été été rejointes en 2011 par Farella et Armor Meca. Ces sociétés ont finalement lancé le groupe WeAre Aerospace en janvier 2016, dont le siège est à Blagnac. Aujourd'hui le groupe représente 1 000 collaborateurs et un chiffre d'affaires de 110 M€.

La deuxième opération concerne une prise de participation majoritaire dans Aubry Finances et ses filiales opérationnelles Comefor, ARM et 3D&P (pièces mécaniques, vannes, outillage pour la défense et l'armement notamment). Géraldine Aubry (PDG d'Aubry Finances) a ainsi pris la direction du pôle Défense de WeAre. La société 3D&P a été renommée Prismadd Défense, devenant une composante de l'offre de fabrication additive du groupe. Pour rappel, Prismadd, dont le siège est à Montauban, est la filiale de WeAre dédiée à l'ALM et a été créée en 2015 pour se positionner sur le secteur prometteur de la fabrication additive.

Dernière opération en date pour WeAre au niveau de la croissance externe : l'acquisition de l'ensemble des activités de l'ETI basée en Vendée, Bouy, et de sa filiale Ausare Maroc, spécialiste de l'usinage mécanique de haute précision. "Cet accord concrétise la volonté du groupe WeAre Aerospace de consolider ses positions sur le marché des pièces élémentaires à haute valeur ajoutée dans les domaines du fraisage et du tour, et d'élargir son offre de petits sous-ensembles technologiques. 
Il permet au groupe ainsi constitué de devenir un partenaire de premier plan de l'ensemble des donneurs d'ordre de l'aéronautique civile et militaire", indique un communiqué de presse de WeAre.

Structuration de la supply chain

 WeAre Aerospace se positionne dans une stratégie de structuration de la supply chain aéronautique, à l'image également du groupe Nexteam, dirigé par Ludovic Asquini. Les deux groupes ont en commun de regrouper plusieurs entreprises complémentaires afin de gagner des parts de marché dans un moment ou les avionneurs réduisent leur panel de fournisseurs et souhaitent s'appuyer sur des partenaires solides financièrement. Selon le cabinet Deloitte, 45 % des entreprises du secteur aéronautique comptent en effet moins de 10 salariés et 60 % ont moins de 50 salariés. "Il y a donc énormément de petites entreprises qui ne sont pas toujours structurées au niveau organisationnel et financier pour sécuriser la montée en cadence", indique Pascal Pincemin, expert aéronautique chez Deloitte.

WeAre Aerospace est dirigé par Pascal Farella, qui revendique l'aspect "entreprise familiale" du groupe : "Nous sommes jeunes et ambitieux, nous avons une vision de l'avenir de notre secteur. Elle est confortée par l'expérience de nos patriarches et la prise de décision et très équilibrée", déclarait-il à La Tribune lors des Trophées de l'Aéronautique 2016.

Le groupe mène conjointement plusieurs stratégies : se positionner sur la fabrication additive, investir en zone best-cost, et se diversifier hors du secteur aéronautique. À horizon 2020, WeAre Aerospace vise un chiffre d'affaire de 300 M€, un OTD (On Time Delivery) de 99% (contre 97% aujourd'hui) et le recrutement de 300 et 400 personnes au cours des cinq prochaines années.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.