Télé locale : Jean Brun (TV Sud) détaille son projet éditorial

 |  | 949 mots
Lecture 5 min.
Le directeur des antennes de TV Sud Jean Brun veut créer une chaîne d'information locale différente.
Le directeur des antennes de TV Sud Jean Brun veut créer "une chaîne d'information locale différente". (Crédits : DR)
Associé à BFM, TV Sud est finalement l'unique porteur de projet pour remplacer TLT à Toulouse. Le directeur des antennes de TV Sud, Jean Brun, veut créer "une chaîne d'information locale différente" et ambitionne de soutenir la production de 40 documentaires chaque année. Interview.

Après le retrait du dossier de BFM TV, les porteurs de projet de TV Sud sont les seuls en lice pour reprendre la fréquence de TLT à Toulouse, vacante depuis l'été dernier. Le projet était auditionné devant le CSA (Conseil supérieur de l'audiovisuel) ce mercredi 5 octobre. Son capital sera constitué à 80,1% par la holding Médias du Sud, propriétaire de TV Sud Languedoc-Roussillon et 19,9% par le groupe Next Radio TV, propriétaire de BFM TV. La télé locale devrait entrer en service au printemps 2017.

Quelle est l'offre éditoriale que vous avez présenté devant le CSA ?

Le cahier des charges du CSA nous impose une heure d'information locale quotidienne. La chaîne diffusera un journal de 10 minutes à 19h30. Ensuite, nous privilégions les reportages de terrain aux émissions de plateau. À l'image de ce que nous faisons sur les autres chaînes du groupe à Montpellier, Nîmes ou Perpignan, nous produirons plusieurs modules de reportages de 6 minutes chaque jour. Par exemple, au lieu d'inviter le président de la Croix Rouge en plateau, nous allons le suivre ainsi que les bénévoles sur le terrain. Il est également prévu de réaliser une émission délocalisée chaque semaine. Cette stratégie nous a permis d'acquérir une importante notoriété à Perpignan en l'espace seulement d'une année.

Quel type d'information peut justifier de casser l'antenne ?

J'ai participé en tant que reporter au lancement de LCI, la première chaîne d'info. Je me garderais bien de critiquer les chaînes d'info en continu. Mais j'ai l'ambition de créer une chaîne locale différente. Nous n'allons pas casser l'antenne pour le braquage d'une supérette ou pour des faits divers qui n'impliquent que quelques personnes. En revanche, cela peut être justifié en cas d'événements importants comme des intempéries ou des attentats. Sur ces sujets, notre ambition est de faire de la pédagogie pour expliquer le phénomène, donner le numéro d'urgence à contacter ou des consignes de sécurité.

La future chaîne BFM Paris veut dépêcher des reporters en scooter pour couvrir l'information trafic en direct. En tant que chaîne locale comptez-vous miser sur ce type d'information?

Nous ne pouvons pas avoir la même couverture que la radio au niveau de l'information trafic puisque les automobilistes ne vont pas nous regarder en roulant, sauf à provoquer des accidents.

Quels seront les autres programmes diffusés par la chaîne ?

Les trois piliers de TV Sud sont la culture, le sport et l'économie. À titre d'exemple pour le sport, s'il y a un match avec l'affiche Toulouse et Montpellier, nous serons avant le début de la rencontre à l'entrée du stade avec les supporters et dans l'idéal avec les dirigeants de club à la fin du match. Nous voulons également créer une émission de téléachat autour des produits régionaux. La marque Sud de France essaie actuellement de fédérer la gastronomie de la nouvelle grande région et nous voulons accompagner cette dynamique.

Quel sera l'effectif à Toulouse ?

Toutes les fonctions support (direction, RH) sont au siège social (situé à Gallargues-le-Montueux dans le Gard, NDLR) de même que les moyens de diffusion et la rédaction en chef. La rédaction de Toulouse sera composée de 10 journalistes, d'un technicien et d'une force commerciale. Cette mutualisation nous permet de réaliser d'importantes économies d'échelle. À titre d'exemple, la chaîne de Perpignan nous a coûté seulement 800 000 euros et le budget annuel pour celle de Toulouse est d'1,5 million d'euros. Nous prévoyons également une refondation du site internet du groupe.

Au niveau des contenus, nous avons déjà un journal régional à 20h30 et les sujets des différentes chaînes pourront être repris d'une ville à l'autre. Nous allons également mettre à disposition les reportages sur la plateforme Myvideoplace qui est également alimentée par La Dépêche du Midi et d'autres titres de la PQR. Cela permet de donner une deuxième vie aux reportages et de dégager une nouvelle source de revenus grâce à la diffusion sur une autre chaîne des vidéos. La Dépêche du Midi pourra diffuser nos reportages sur son site et réciproquement nous pourrons diffuser sur notre antenne leurs reportages. Mais les deux équipes rédactionnelles seront distinctes.

Certains acteurs de l'audiovisuel local ont diffusé une pétition pour soutenir votre projet. Quelle sera votre ambition de ce point de vue ?

Nous nous engageons à produire 40 documentaires pour l'ensemble du groupe par an et 40 spectacles vivants ou événements sportifs. Mais nous ne pourrons pas y parvenir seuls. Nous aurons besoin de financements publics. Je ne sais pas quelle est la position de Toulouse Métropole en la matière.

Le CSA a-t-il pesé dans la convergence des projets de TV Sud et BFM TV ?

Christophe Musset (président du Médias du Sud) et Alain Weill (président du groupe Next Radio TV) sont de grands garçons mais on ne peut pas nier d'un côté la stabilité financière du groupe Next Radio TV et de l'autre notre ambition éditoriale.

TV Sud, 5 millions d'euros de chiffre d'affaires

La holding Médias du Sud est propriétaire de TV Sud Languedoc-Roussillon (qui devrait à terme être renommée TV Sud Occitanie) qui dispose actuellement de trois chaînes à Montpellier, Nîmes et Perpignan. Elle dispose de 45 salariés et a réalisé 5 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2015. La Dépêche du Midi dispose de 10% du capital de groupe et l'actionnaire minoritaire d'Altice, Bruno Ledoux, s'engage à prendre 25% de la holding si le projet est retenu.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/02/2017 à 17:17 :
Jean Brun, avez-vous résidé à Rouen, rue Louis Ricard dans les annèes
1952/ 1953. Si oui, ce qui serait une très belle chose je suis ton voisin et ami de l'époque
René Morgand.
Si, avant de me contacter, tu souhaites voir à quoi ressemble ma tête du moment! je te conseille d'aller sur Internet à l'adresse suivante: Amazon.fr.rené morgand
Je viens d'écrire un roman "La singulière rencontre" suite à la rencontre d'un clochard. Il a bouleversé ma vie
PRESSE. Nouveau roman, moderne, touchant, vrai et plein d’humanité !

Biographie de René Morgand
Lire les commentaires des lecteurs sur :
amazon.fr.rené morgand


Retraité de l'industrie, c’est au moment de prendre ma retraite, avec sept ans de retard, que je découvre le monde de la rue. Clochards, sdf, et celui des gens qui doivent faire face à des conditions de vie inimaginables. Familles en difficulté, mamans au RMI, personnes en fin de vie, femmes battues, milieu de la drogue, malades alcooliques, Secours Populaire…
Sans jamais les chercher, chaque jour je me trouve face à des gens qui ont une vie pas possible et qui semblent avoir besoin de moi ! Alors, chaque jour, j'essaie de les aider à faire face à leurs problèmes, en trouvant des solutions. Je donne tout mon temps à ces déshérités et de l'argent, trouve des meubles, une machine à laver, de la nourriture et du linge pour leurs enfants, sans jamais recevoir un seul euro d'aide, à une seule exception. Quand « l 'Académie des Belles Lettres de Rouen », me décerne pour mes actions auprès des déshérités, le « PRIX D’HUMANITÉ », auquel est joint un chèque de 800 euros.
Cette somme va me permettre d'acheter des meubles et d'aider beaucoup plus de familles en situation extrême. C'est également à cette même époque, que je ressens le besoin d'écrire, pour conserver une trace de toutes ces rencontres inexpliquées et de mes mystérieux agissements.
C'est ainsi que je rédige au fur et à mesure des années mon premier ouvrage, intitulé : « La singulière rencontre », qui raconte, l'amitié entre Chreustian le clochard et Vianney le retraité. En septembre 2016, je participe au concours « Les Plumes Francophones », qui regroupe 1600 participants. Beaucoup de lecteurs me disent que cette histoire est très belle, émouvante et qu'elle les a marqués pour la vie. Qu'ils n'oublieront jamais l’existence de Chreustian !
Ce roman unique, qui pour beaucoup est un « coup de cœur », est plein d’humanité. Il alterne les scènes plaisantes, amusantes, réalistes, mais jamais tristes, qui sont vécues par Chreustian et Vianney.
* * * *

« La singulière rencontre… » Ce roman se déroule à Rouen, quartier de la Croix de Pierre !

A commander en version papier (broché) : « amazon.fr.rené morgand » (10,55€
A commander en lecture numérique (liseuse) : « amazon.fr.rené morgand » ( 4,99 €)

Chreustian, mi brute, mi-homme des bois, a élu domicile dans la rue depuis plus de quarante ans. Un jour pourtant, la rencontre avec Vianney, un cadre un peu précieux, qui vient de prendre sa retraite, éclaire sa vie. Sans renoncer à ce qui fait de lui le « caïd » du quartier de la Croix de Pierre, sans rien perdre de son mauvais caractère, Chreustian va pourtant accorder une importance considérable à cet homme qui vient le voir chaque jour et lui apporte à la fois le principal et le superflu. C’est un roman authentique et hors du commun, une histoire émouvante et belle. Celle d’une amitié qui va croître entre un clochard analphabète de soixante ans, et un retraité. Devenus copains, ils vont essayer de comprendre ce qu’ils font sur terre, chacun sur un chemin de vie si différent qui semble avoir été tracé seulement pour chacun d’eux.
L’Académie des Belles Lettres de Rouen a décerné le « Prix d’humanité » à l’auteur de ce témoignage.
a écrit le 07/10/2016 à 12:09 :
Nous avons ete GRUGES avec TLT tgrs DEFICITAIRE ren
floue par nos divers impots.STOP a toute Participation TLSE METROPOLE à cette qui ne sera jamais Rentable comme l' A ETE TLT

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :