Audiovisuel : Abaques diversifie son offre et ouvre une agence à Paris

 |   |  254  mots
Stéphane Gambier, président d'Abaques
Stéphane Gambier, président d'Abaques (Crédits : Rémi Benoit)
La société toulousaine Abaques, spécialisée dans le conseil, l’ingénierie et l’événementiel dans l’audiovisuel développe son offre avec Abaques Prod. Un pôle spécialisé dans la production de contenus audiovisuels et multimédia. Elle ouvre également une agence à Paris.

Abaques diversifie son offre. Spécialisée dans le conseil, l'ingénierie et l'événementiel dans l'audiovisuel, l'entreprise toulousaine lance Abaques Prod. Un pôle spécialisé dans la production de contenus audiovisuels et multimédia. Avec cette nouvelle activité, la société vient étoffer son offre déjà existante (Abaques Indoor et Live), mais s'attaque également à un marché très concurrentiel.

Le secteur de la production à Toulouse est en effet déjà composé de Pinkanova, W2P Production ou encore Masters Films. Son pôle Abaques Prod sera cependant développé sur l'ensemble de ses trois sites (Toulouse, Bordeaux et Paris).

Pour rappel, Abaques travaille pour des clients de renoms tels qu'Airbus, Orange ou encore Pierre Fabre (qui travaille également avec W2P Production et Pinkanova).

Implantation à Paris

Implantée depuis plus de dix ans à Toulouse, mais aussi à Bordeaux, Abaques s'installe cette année à Paris. "En 2016, l'activité live sur l'agence de Paris, avec le recrutement d'un responsable commercial et d'une équipe technique, avec à la clef l'investissement d'un nouveau parc de matériels pour plus de 200 000 euros. C'est notre nouveau challenge", commente Stéphane Gambier, le président d'Abaques.

L'agence de Paris va également renforcer ses moyens opérationnels sur le pôle Indoor avec le recrutement de deux nouveaux techniciens.

Aujourd'hui composée de 27 salariés, la société toulousaine Abaques, compte embaucher du personnel pour former une équipe d'une quarantaine de collaborateurs et espère atteindre plus de 10 millions d'euros de chiffre d'affaires sur les cinq prochaines années (7,5 M€ en 2015).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :