Objets connectés : comment la PME Orme passe de l'aéronautique à la silver économie

 |   |  844  mots
Capteur de mouvements Orme pour les Ehpad, présenté par le directeur général Luc Oriat
Capteur de mouvements Orme pour les Ehpad, présenté par le directeur général Luc Oriat (Crédits : DR Orme)
En équipant les maisons de retraite de son détecteur de chute, Orme, issue de l’aéronautique et l’industrie, pourrait faire un bond de géant grâce à la silver économie. La PME toulousaine n'est pas seule sur le marché des objets connectés pour la domotique, mais mise sur son savoir-faire.

Un succès en appelle un autre. Orme, spécialiste toulousain du traitement de l'image et du signal, a mis au point un détecteur de chute pour les personnes âgées. L'entreprise tire cette technologie de son savoir-faire dans l'industrie aéronautique et automobile. Elle a ainsi pour client Airbus, Safran/Snecma, PSA, Renault. Orme a d'ailleurs été nominée lors des Trophées de l'Aéronautique 2015, dans la catégorie Numérique.

Mais cette nouvelle application dans le secteur de la silver économie pourrait faire passer la PME à une autre dimension. En cas de succès, la société, qui compte 16 employés, verrait alors ses effectifs gonfler.

"Si nous réussissons la commercialisation du capteur de mouvement, nous pourrions dégager un chiffre d'affaires de plusieurs millions d'euros alors que nous enregistrons aujourd'hui environ un million d'euros de chiffre d'affaires sur nos activités industrielles. Nous pourrions alors externaliser cette nouvelle activité, en créant une société dédiée. C'est une idée en cours", confie Luc Oriat, directeur général d'Orme.

L'idée est la suivante : un boîtier, accroché au mur, scanne un espace en 3D par infrarouges pour restituer la constitution d'une...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :