Figeac Aéro : un contrat de 230 millions de dollars avec Embraer

 |   |  465  mots
La société lotoise va produire pour l'avionneur brésilien Embraer des pièces de grande taille pour la famille des E-Jets E2
La société lotoise va produire pour l'avionneur brésilien Embraer des pièces de grande taille pour la famille des E-Jets E2 (Crédits : ON / Rémi Benoit)
L'équipementier aéronautique Figeac Aéro, présidé par Jean-Claude Maillard, annonce un nouveau contrat de 230 millions de dollars avec l'avionneur brésilien Embraer. Le groupe mise sur un chiffre d'affaires de 500 millions d'euros d'ici à 2018. La success story continue pour cette société du Lot qui a reçu il y a quelques semaines le prix de l'Audace créatrice des mains de François Hollande.

On n'arrête plus Jean-Claude Maillard. Le PDG de Figeac Aéro vient d'annoncer un nouveau contrat de taille : la société lotoise va produire pour l'avionneur brésilien Embraer des pièces de grande taille pour la famille des E-Jets E2 (premières livraisons prévues en 2018). Un contrat de 230 millions de dollars qui vient renforcer les objectifs de la société : l'objectif fixé est d'atteindre 500 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2018 (contre 204 millions cette année).

Figeac Aéro, une success story

Le sous-traitant aéronautique créé en 1989 dans le Lot compte aujourd'hui près de 1 600 salariés répartis sur 7 sites à travers le monde. Selon l'Insee, la présence de l'entreprise à Figeac déforme même les chiffres de l'emploi : Figeac serait en effet la zone d'emploi de la région la plus dépendante de l'activité aéronautique car un salarié du secteur marchand sur trois y travaille pour une entreprise de la filière. "Un déséquilibre expliqué par la présence des sociétés Ratier Figeac et Figeac Aéro", décrit l'Institut de la statistique.

Le 15 septembre dernier, le groupe a reçu le Prix de l'Audace Créatrice de l'année 2015, qui a été remis à Jean-Claude Maillard par le président de la République François Hollande. Ce prix distingue l'action d'entrepreneurs français ayant réussi à faire progresser simultanément leurs résultats, leur rentabilité, mais aussi leurs effectifs sur le sol français.

Par ailleurs, avec 320 millions d'euros, le PDG de Figeac Aéro constitue même la plus grande fortune professionnelle de Midi-Pyrénées du classement annuel établi par le magazine Challenges.

Jean-Claude Maillard, PDG de la société lotoise

 Jean-Claude Maillard, PDG de Figeac Aéro © photo Rémi Benoit

Axes de développement

Prochain axe de développement annoncé le 10 mars dernier par le groupe : la robotisation d'une partie de ses activités. Figeac Aéro construit actuellement sur le site de son siège social, dans le Lot, une première usine entièrement robotisée pour un investissement total de 35 millions d'euros. Cette nouvelle structure, qui devrait voir le jour d'ici à la fin de l'année, fabriquera des pièces pour le nouveau moteur Leap qui équipera les Airbus A320neo et les Boeing B737 Max. Ces moteurs ont fait l'objet d'une commande record de la Sncema en octobre 2014 : un demi milliard de dollars sur 10 ans.

Le 13 mars dernier, le groupe a annoncé en parallèle une levée de fonds de 20 millions d'euros après avoir émis plus d'un million d'actions auprès d'investisseurs institutionnels. Outre la construction de la nouvelle usine de Figeac, le groupe compte développer son activité via l'ouverture de filiales au Maroc et au Mexique.

--> Redécouvrez en images l'entreprise Figeac Aéro avec notre diaporama

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :