Sogeclair Aerospace mise sur l'impression 3D pour se démarquer de la concurrence

 |   |  860  mots
Marc Darolles
Marc Darolles (Crédits : DR)
Depuis 2011, Sogeclair Aerospace investit sur l'impression 3D. L'enjeu pour ce bureau d'étude en ingénierie électrique et mécanique en aéronautique et défense ? Devenir l'un des futurs grands acteurs industriels de cette nouvelle technologie. Lancées cette année, les premières opérations commerciales ont donné lieu à des contrats signés avec de nombreux acteurs de l'aéronautique. Des premiers pas concluants selon Marc Darolles, le président de Sogeclair Aerospace. Entretien.

Que représente pour vous l'impression 3D ?
C'est une rupture technologique. Ce procédé permet de fabriquer des pièces par ajout de matière en empilant des couches successives, à l'opposé de la fabrication classique par enlèvement de matière. Cette technologie est encore confidentielle dans le domaine de l'aéronautique et du spatial, mais elle pourrait devenir une technologie majeure à l'avenir quand les verrous technologiques seront levés. Il est important d'être au début de l'histoire.

Quand avez commencé à vous y intéresser ?
En 2011, au travers de projets collaboratifs comme le projet ALMIA qui avait été lancé avec le Conseil régional de Midi-Pyrénées et Aerospace Valley entre autres. Ce projet consistait en une étude de marché de la technologie avec des cas d'applications concrets.

Pourquoi vous lancer dans l'impression 3D ?
Dans notre secteur, les temps d'industrialisation constituent un paramètre non négligeable dans les délais. Sur certains produits, l'impression 3D permet de passer de 6 mois d'industrialisation en...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :