Le Stade Toulousain privé de grands matchs au Stadium ?

 |   |  498  mots
Le Stadium de Toulouse accueillera-t-il à nouveau des matchs de rugby ?
Le Stadium de Toulouse accueillera-t-il à nouveau des matchs de rugby ? (Crédits : Rémi Benoit)
Alors que les travaux de réfection du Stadium de Toulouse doivent se terminer à la fin de l'année, un détail pourrait empêcher le Stade Toulousain de retrouver cette enceinte à l'occasion des grands matchs. En cause, la pente trop importante des bandes de dégagement le long des lignes de touche. Saisie de la question, la municipalité doit rencontrer la semaine prochaine les instances françaises de football et de rugby pour « trouver un accord sur les travaux à réaliser ».

Nouvelle péripétie dans les travaux de rénovation du Stadium de Toulouse. Le projet initial prévoyait une deuxième couronne de tribune pour augmenter la capacité du stade mais les finances de la Ville l'avaient obligée à revoir les travaux à la baisse. Au final, la municipalité de Toulouse avait opté pour une modernisation de l'enceinte d'un coût d'environ 40 millions d'euros avec, notamment, une modification des tribunes pour répondre aux normes UEFA (fédération européenne de football) en vue de l'Euro 2016. Aujourd'hui, alors que le chantier débuté en avril 2013 devait se terminer à la fin de l'année, c'est la pelouse qui pose problème.

Une nouvelle pelouse, plus résistante, a en effet été installée. Un changement qui a entraîné des travaux pour un montant d'environ 1,4 million d'euros. Dans le même temps, le terrain a été surélevé pour faciliter la vision des rangs les plus bas tout en maintenant les panneaux publicitaires, avec une pente comprise entre 12 et 27 % le long des lignes de touche. Une déclivité trop importante pour permettre d'organiser des matchs de rugby, le règlement de la Ligue Nationale de Rugby stipulant que la pente ne doit pas excéder 1 %.

Cette situation pourrait empêcher le Stade Toulousain d'accueillir ses adversaires au Stadium, ce qui constituerait un nouveau coup dur sur le plan financier pour le club rouge et noir. Le président du club René Bouscatel estimait dans une interview qu'il nous avait accordée à l'été 2013 que l'absence de matchs au Stadium pendant les 2 ans de travaux représentait "une perte de marge nette de 1 million d'euros par an".

La Mairie envisage de nouveaux travaux

Dans un communiqué, la Mairie de Toulouse indique que la réfection de la pelouse a été faite rapidement "afin de se conformer au calendrier des matchs prévus au mois d'août. Pour respecter ce calendrier, les travaux permettant de concevoir les pentes le long des lignes de touche compatibles pour la pratique du rugby n'ont pas pu être intégrés." La pente est selon la Mairie estimée à 16 %.

"Nous rencontrons la semaine prochaine les différentes instances du rugby afin de trouver un accord sur les travaux à réaliser pendant la trêve internationale de septembre. Nous espérons pouvoir les réaliser de façon conforme aux exigences de la Fédération Française de Football, de la Fédération Française de Rugby, de la Ligue de Football Professionnel, de la Ligue Nationale de Rugby et de l'UEFA", a déclaré Laurence Arribagé, adjointe au maire en charge des Sports.

L'UEFA doit en effet donner son accord avant toute modification du cahier des charges publicitaires.

Dans le cas où aucun accord ne serait trouvé pour la réalisation de nouveaux travaux, le quotidien L'Équipe affirme que la Ligue de rugby "a fait savoir qu'elle pourrait donner une dérogation au Stade Toulousain pour deux ans. Mais pas au-delà."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/08/2015 à 19:36 :
Jusqu'à présent, je considérais que les quais trop courts de 3 stations de métro de la ligne A ne pouvaient pas faire l'objet de reproches tant la perspective de la saturation paraissait loin en 1985.
Cependant la lecture de cette phrase
"Pour respecter ce calendrier, les travaux permettant de concevoir les pentes le long des lignes de touche compatibles pour la pratique du rugby n'ont pas pu être intégrés"
me laisse à penser que cette municipalité héritière d'une certaine dynastie ayant exercé plusieurs mandats possède certains défauts "génétiques"
La nécessaire réfection de la rue d'Alsace-Lorraine en est aussi un bon exemple.
Les échéances à court terme l'emportent sur une vision plus lointaine.
Est-ce la faute du brouillard au-dessus de la Garonne dont on nous dit qu'il est beaucoup moins fréquent qu'il y a cinquante ans?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :