Vol MH370 : le centre DGA de Toulouse va examiner les débris retrouvés

 |   |  361  mots
Le centre DGA Technique Aéronautiques est le premier centre d'essais aéronautique au sol en Europe.
Le centre DGA Technique Aéronautiques est le premier centre d'essais aéronautique au sol en Europe. (Crédits : Rémi Benoit)
Premier centre d'essais aéronautique au sol en Europe, DGA technique aéronautiques a été chargé d'examiner les débris d'avions retrouvés ce mercredi 29 juillet à La Réunion. Les ingénieurs tenteront de déterminer s'il s'agit bien d'un morceau du Boeing 777 de la Malaysia Airlines, disparu dans l'Océan Indien depuis mars 2014. Basé à Balma, le centre est spécialisé depuis sa création en 1940 dans ce type de mission.

Le Premier ministre malaisien l'a annoncé ce jeudi 30 juillet via sa page Facebook : C'est à Toulouse que vont être envoyés les débris d'avions retrouvé hier sur l'île de la Réunion et qui pourraient appartenir au Boeing 777 de la Malaysia Airlines, disparu dans l'Océan Indien depuis le 8 mars 2014.

 

Malaysia has received news from French authorities about airline debris washed up on Reunion, the French island in the...

Posted by Najib Razak on jeudi 30 juillet 2015

Les morceaux d'avions seront transférés vers le centre DGA technique aéronautiques basé à Balma. Le Premier ministre malaisien a précisé qu'une équipe malaisienne est en route pour Toulouse et viendra prêter main forte aux ingénieurs : "Elle sera "composée de représentants du ministère des Transports, de l'aviation civile, de personnes chargées de l'enquête sur le vol MH370 et de représentants de la compagnie aérienne Malaysia Airlines".

Premier centre d'essais aéronautique au sol en Europe

Crée en 1940, le centre DGA technique aéronautiques est le premier centre d'essais aéronautique au sol en Europe. Anciennement baptisé CEAT, centre d'essais aéronautique de Toulouse, il dépend directement du ministère de la Défense.

Dans ce centre d'essais sont testés tous types d'avions civils et militaires, du Rafale à l'A380. Les ingénieurs y examinent les trains d'atterrissage, ils sont capables générer un impact de foudre ou une rafale de vent à 400km/h pour vérifier la résistance des ailes, la solidité des vitres.

Le centre joue aussi un rôle important pour les expertises très minutieuses réalisées dans le cadre des enquêtes d'accidents aériens pilotées par le BEA (bureau d'enquêtes et d'analyses) pour compléter l'analyse des enregistrements des "boîtes noires" des avions. Lors du crash du vol Rio-Paris, le DGA avait ainsi déjà été chargé d'examiner des débris.

Avec 7 % des effectifs industriels régionaux dans le secteur de la Défense, la Région Midi-Pyrénées compte environ 40.000 salariés liés à la construction aéronautique et spatiale répondant aux besoins de la Défense.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :