La gestion interculturelle, un atout pour les entreprises à l'export

 |   |  1054  mots
Une discussion entre des Chinois et des Français pendant le sommet économique franco-chinois, à Toulouse le 1er juillet dernier.
Une discussion entre des Chinois et des Français pendant le sommet économique franco-chinois, à Toulouse le 1er juillet dernier. (Crédits : Rémi Benoit)
Spécialiste de gestion interculturelle, Philippe Girard enseigne à Supaero après 20 ans passés chez Airbus comme ingénieur client. Le 7 juillet dernier, à l'occasion du forum destination international organisé par la CCI Midi-Pyrénées, il a livré quelques anecdotes et enseignements sur cette science fort utile aux entreprises qui exportent.

Avec la mondialisation, on pensait dans les années 70 que les cultures allaient s'uniformiser. "En somme, les Américains imaginaient que tout le monde penserait comme eux à terme, s'amuse Philippe Girard. Aujourd'hui, on constate l'inverse. Plus les frontières s'ouvrent et plus les enracinements locaux se renforcent", constate le professeur de Supaero." À l'heure du marché global, ces "enracinements locaux" et les différences culturelles qu'ils engendrent doivent être pris en compte par les entreprises pour comprendre et satisfaire leurs clients étrangers.

La leçon sonne comme une évidence, mais même les grands groupes peuvent s'y laisser prendre. Avant d'enseigner à Supaero, Philippe Girard a travaillé 20 ans au sein d'Airbus comme ingénieur client. Son job ? Accueillir les délégations venant assister aux différentes étapes de la fabrication de leurs appareils. "Pour la Lufthansa, ils étaient trois car ils étaient en confiance, se souvient-il. Les Chinois, à l'inverse, venaient à 25."

Les climatiseurs égyptiens

De cette longue expérience, il tire quelques anecdotes révélatrices.

"Quand nous avons livré un A340 VIP à l'ex-président égyptien Hosni Moubarak, il n'était pas...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :