Que viennent chercher les entrepreneurs chinois à Toulouse ?

 |   |  818  mots
Mercredi soir, une soirée de réseautage a inauguré le sommet économique franco-chinois à Toulouse.
Mercredi soir, une soirée de réseautage a inauguré le sommet économique franco-chinois à Toulouse. (Crédits : Rémi Benoit)
Pour l'ouverture du sommet économique franco-chinois à Toulouse, ce sont pas moins de cent entreprises de chaque pays qui se sont rencontrées hier, mercredi 1er juillet, le temps d'une soirée sur la terrasse des Galeries Lafayette. L'occasion de faire connaissance avant le forum qui s'est tenu aujourd'hui, et, pour les Chinois, de prendre le pouls d'une ville et d'un écosystème encore méconnus. Une soirée "networking" pas comme les autres. Récit.

Commerce et numérique, industrie et ingénierie, finances et investissement, services et environnement,  cent entreprises chinoises de tous les secteurs économiques étaient réunies le 1er juillet aux Galeries Lafayette, dans le centre-ville de Toulouse. Un nombre égal de sociétés françaises étaient à leurs côtés. Objectif du Comité France-Chine (CFC) et de la Chambre de commerce chinoise pour les produits mécaniques et électriques (CCCME), les organisateurs de la soirée : susciter des rencontres entre les entrepreneurs et faire fructifier les affaires.

"Les échanges économiques n'ont jusqu'à présent pas été la hauteur de l'amitié franco-chinoise, a remarqué André Chieng, vice-président du CFC, pendant son discours de lancement de la soirée. Mais une révolution est à l'œuvre en Chine. La demande interne augmente et les entreprises chinoises se tournent vers l'extérieur. Cela amène des défis et des opportunités pour les entreprises françaises. Il faut qu'elles rencontrent leurs homologues chinoises pour en profiter."

André Chieng

André Chieng, vice-président du Comité France-Chine © photo Rémi Benoit

Côté chinois, on est sur la même longueur d'onde. "J'espère qu'en venant ici, nous pourrons mieux connaître nos interlocuteurs", a affirmé Zhang Yujing, le président de la CCCME.

Car, vu de la Chine, et en dehors d'Airbus, Toulouse et son potentiel économique sont peu connus. En marge de son intervention, le chef de l'importante délégation économique chinoise (200 entreprises) l'a lui même reconnu.

"Je connaissais très mal Toulouse. À l'occasion du forum franco-chinois, les chefs d'entreprise de nos deux pays vont se rencontrer. Les entreprises ont la volonté de travailler ensemble mais, très souvent, elles ne se comprennent pas. Si elles pouvaient mieux se connaître et communiquer, je suis sûr qu'il y aurait beaucoup d'opportunités de travailler ensemble."

Des échanges et du dialogue, il en faudra beaucoup pour dépasser les barrières, notamment linguistiques. Mercredi soir, malgré la présence d'interprètes, les quatre espaces thématiques prévus pour le réseautage étaient désertés au profit de la terrasse et de son panorama sur les toits toulousains. Entre les verres de vins ou d'armagnac et les amuse-bouches, les convives célébraient l'amitié franco-chinoise, mais, à de rares exceptions, séparément, les Chinois d'un côté, les Français de l'autre. Le lancement d'une plateforme d'échanges pour les chefs d'entreprises chinois et français, par la CCCME, le CFC et la Chambre de commerce de Paris, pourra, à l'avenir, faciliter les communications bilatérales.

"Nous sommes frères"

La France, Tianyi Wang la connaît déjà bien. En affaire avec le groupe Rothschild avec lequel il a créé un fonds d'investissement chinois dans l'agroalimentaire en 2014, le président du conseil d'administration de China International Industry & Commerce (CIIC) vient de signer une coopération avec un fonds d'investissement français pour 10 milliards de dollars. De plus, un projet de partenariat avec le PMU est à l'étude pour développer les courses hippiques en Chine.

Rare membre de la délégation chinoise à accepter de s'exprimer pendant cette soirée, Tianyi Wang connaît évidemment Toulouse par le prisme d'Airbus. "Elle est célèbre en Chine grâce à cela", confirme-t-il.

"Toulouse dispose à mes yeux d'un double avantage : un important personnel qualifié dans l'aéronautique et les technologies, ainsi qu'un environnement très protégé."

C'est d'ailleurs ce qui a frappé l'homme d'affaires dès son arrivée ce mercredi. "Je suis allé courir une heure le long du canal. C'est formidable, s'est-il réjoui. Tout est très propre et écologique. C'est mieux qu'à Pékin et c'est ce qui attire les entreprises chinoises ici."

Tianyi Wang

Tianyi Wang, le président du conseil d'administration de CIIC, le 1er juillet à Toulouse © photo Rémi Benoit

Si certains à Toulouse s'inquiètent de l'intérêt chinois pour leur Ville rose, Tianyi Wang se veut rassurant. Et pragmatique.

"Nos deux cultures sont très proches. Nous accordons de l'importance au bien-être de la société, aux services et à la culture. La Chine et la France ont une longue histoire. Nous sommes une grande famille. Les Toulousains ne doivent pas avoir peur.

Nous sommes aujourd'hui dans un village planétaire et dans une économie mondialisée. C'est la réalité. La Chine est un marché de plus d'un milliard d'habitants pour les entreprises françaises. Cela fait beaucoup de clients à qui vendre vos produits.

Les investissements chinois bénéficieront au tissu local. Beaucoup de villes rêvent d'avoir de tels investisseurs. Accueillez-nous les bras ouverts. Nous sommes frères."

France Chine

La soirée s'est terminée vers 22 h mercredi soir © photo Rémi Benoit

Après la soirée consacrée au réseautage, les entreprises françaises et chinoises ont participé ce jeudi 2 juillet au forum économique qui s'est déroulé au Conseil régional de Midi-Pyrénées.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/07/2015 à 17:01 :
Il y a une erreur de déclinaison dans la dernière phrase.
a écrit le 03/07/2015 à 15:56 :
Ne fuyez pas ! nous sommes vos amis...

Ils viennent à Toulouse uniquement pour profiter du cadre de vie et de la proximité de la méditerranée (à ce propos j'ai un studio à louer).
Ou alors c'est la proximité de Lourdes et la possibilité d’assister à un miracle ?
A ne pas douter qu'un miraculeux bond technologique sera accompli très rapidement par nos nouveaux amis dans le secteur aérien.
a écrit le 03/07/2015 à 14:19 :
Ils viennent chercher les technologies, le savoir faire ainsi que toutes le process de fabrication; ET; Une fois qu'ils ont tout, ils pressurent au niveau financier la société pour se rembourser (avec les aides de l'état) et ils abandonne la société en nommant un PDG Chinois totalement incompétent (sauf au niveau des embrouilles) qui se dépêche de disparaitre dans la nature, et font mourir a petit feu l'entreprise, dans l'illégalité la plus complète au mépris total du droit Français. Ma société est en train de le vivre! Nous sommes abasourdis de la destruction de notre outil de travail et de notre projet d'avenir.
Mais nos politiques sont d'un autre avis! Ils préfèrent des voyous!
a écrit le 03/07/2015 à 11:32 :
La recette du cassoulet, celle du confit de canard, le marché Victor Hugo, Xavier et Betty les fromagers emblématiques, le pastisaumètre, apprendre à jouer au rugby, le quart d'heure toulousain (qui n'empêche pas la ville rose et les environs de bien fonctionner).
Plus sérieusement, s'implanter au cœur d'Airbus City et éventuellement copier le savoir-faire local dans de nombreux secteurs.
a écrit le 03/07/2015 à 9:29 :
...Des facilités pour espionner les entreprises Toulousaines.
a écrit le 03/07/2015 à 8:35 :
ils viennent chercher des Technologies et acheter des PME en difficulté... c'est tout simple. Il ne faut pas chercher très loin...
a écrit le 03/07/2015 à 7:40 :
Transfert de technologie ou pas........ C est certain que si on peut. Il faut se donner les moyens de coopérer avec la Chine....... Je viens d y passer trois semaines, entre Shanghai et Shenzhen...... Et clairement l impression d être sur une autre planète........ Quelle énergie........... Ceci etànt, gros gap culturel à franchir pour se comprendre....... Et j étais avec de jeunes chinois de 35 ans ayant fait leurs études en France...... Et même avec eux.....pas simple de les......deviner....... Je crois que l'on devrait faire de clusters export en travaillant avec des entreprises françaises déjà implantees la bas.....qui pourrait accompagner les PME sur un plan...culturel, en leur donnant quelques clés de la psychologie des. Hommes d affaires chinois.....
a écrit le 02/07/2015 à 18:58 :
Ils seraient bien inspirés d'implanter quelques entreprises dans le secteur de l'Aero... Les ingénieurs qu'airbus à jeté comme des malpropres trouveraient sûrement des missions intéressantes...
a écrit le 02/07/2015 à 18:24 :
Question idiote ! Ils viennent chercher la technologie. Pour la production, ils peuvent faire chez eux moins cher :-)
Réponse de le 02/07/2015 à 18:39 :
@ Patrickb : Une fois n'est pas coutume tu nous as donné la bonne réponse, bravo. :-)
Réponse de le 03/07/2015 à 11:50 :
@KidA: doit-on en déduire qu'en toute démocratie, la bonne réponse c'est celle qui te convient :-) Si c'est le cas, nous avons en effet un avis bien différent sur ce qu'est la démocratie :-)
a écrit le 02/07/2015 à 18:16 :
ils cherchent quoi? les transferts de technologie, pardi !!!
ca deviendra marrant dans 20 ans, quand ils seront a la pointe de tout, qu'on fabriquera leurs slips, qu'ils voudront nous vendre leurs produits, et qu'on leur dira qu'on veut bien leur acheter un avion, mais seulement s'il est fabrique en europe, et avec transferts de technologie!
ils vont apprecier!! ;-))))))))))))))))
a écrit le 02/07/2015 à 18:09 :
Réponse: ils viennent chercher leurs entreprises de demain, quoi. La France sera partagée, d'un côté les Chinois, d'autre les Qatari, et encore un troisième pour les entreprises étasuniennes (TAFTA). Mais on continuera à faire cocorico, bien entendu, c'est notre fierté majeure ! :))
Réponse de le 02/07/2015 à 20:26 :
Les journalistes font du cocorico, pas moi. ;-)
a écrit le 02/07/2015 à 18:01 :
"Nous sommes frères"…. décidément, le ridicule ne tuera jamais en France. La presse aux ordres tout feu tout flamme pour les Chinois, "nos frères les plus démocrates", on a vite oublié cette "affaire méchante" de la flamme olympique à Paris, on est tous des frères, la Chine c'est l'avenir et les Chinois…. ah on s'entiche d'eux, on les adore !

Dignité, quand tu fout le camp, que reste-t-il de nos nos vieux amours ?….
Réponse de le 02/07/2015 à 19:26 :
Quelle soit vraie, fausse, calculée ou franche, nous rapportons cette déclaration de Tianyi Wang sans la juger, car telle n'est pas notre fonction. A vous de vous faire un avis, à travers vos lectures et notre travail qui alimente, je l'espère, votre sens critique.
Réponse de le 02/07/2015 à 20:31 :
Oh Gaël, Gaël !…. vous nous parlez en paraboles, tel notre Seigneur Jésus-Christ ! que c'est beau, Gaël, que c'est beau !! Juste un conseil: n'oubliez pas de prendre beaucoup de liquides, la météo nous dit qu'il fera encore plus chaud demain. :)
a écrit le 02/07/2015 à 17:54 :
Que viennent chercher les entrepreneurs chinois à Toulouse ?

Ils viennent profiter des décisions inconséquentes puériles du gouvernement VallsMacron pour vider les poches des Français

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :