Avec Fullsave, le big data joue la carte de la proximité

 |   |  466  mots
Laurent Bacca, fondateur de Fullsave
Laurent Bacca, fondateur de Fullsave (Crédits : ON / Rémi Benoit)
Lancée en 2004, la société Fullsave dispose à Labège d'un data center de 1 600 m2. Son PDG Laurent Bacca cible en priorité une clientèle d'entreprises régionales.

Sorti en 1996 de l'INP Toulouse, Laurent Bacca a fait partie de la première génération d'ingénieurs à faire ses premiers pas dans le marché du travail sur internet. Après 7 années passées au sein de la société Capgemini, il décide de créer Fullsave en 2004. "À l'origine, nous sommes un hébergeur, explique Laurent Bacca, le PDG de 42 ans. Avec mon associé, nous avons monté une société de sauvegarde de données, une activité très classique aujourd'hui mais qui était très novatrice à l'époque." La société propose aux entreprises des espaces de stockage en ligne pour leurs données. Très vite, le côté marketing prend le dessus sur les aspects techniques et les créateurs de Fullsave décident de recentrer leur activité comme opérateur cloud et télécoms.

Leur avantage concurrentiel ? Jouer la carte de la proximité.

"Nous travaillons avec différents profils d'acteurs de la place régionale : des start-up comme MyFeelBack, des PME, des ETI mais aussi de grands groupes. Je travaille sur plusieurs projets d'hébergement avec Airbus", précise Laurent Bacca.

Fullsave a mis en place également un dispositif spécifique pour les start-up. "Nous avons huit incubateurs, nous fournissons aux start-up des ressources et nous ne commençons à facturer des prestations qu'à partir du moment où les sociétés commencent à faire du chiffre d'affaires."

5 millions d'euros d'investissements pour le data center

Dernier investissement en date, Fullsave a fait construire au mois d'avril dernier un data center. Ce centre de données de nouvelle génération d'une puissance de 2 mégawatts et d'une superficie de 1 600 m2 a nécessité 5 millions d'euros d'investissements, soit deux fois le chiffre d'affaires de la société en 2014. Un choix stratégique bien pensé puisque, selon le magazine spécialisé Global Security Mag, l'Île-de-France compte plus d'une cinquantaine d'usines à données contre trois seulement à Toulouse.

Là encore, Laurent Bacca met en avant la proximité du service. "Dans nos métiers, les qualités humaines manquent souvent. Ici, les clients savent précisément où sont physiquement leurs données. Ils peuvent venir voir les serveurs, faire une réunion avec les personnes qui portent la responsabilité de ces données."

Autre avantage concurrentiel selon Laurent Bacca, comme Fullsave est également opérateur télécoms, les transferts de données "peuvent aller beaucoup plus vite". Pour l'instant, les objectifs sont atteints : "Le data center représente déjà 15 % de notre chiffre d'affaires et nous avons des taux de remplissage de plus de 25 %, ce qui est positif après huit mois seulement d'existence", analyse Laurent Bacca.

Prochaine étape, Fullsave envisage d'ouvrir un deuxième data center d'ici à deux ans à Toulouse. Avec cinq embauches fin 2014, la société compte aujourd'hui 18 salariés.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :