Figeac Aéro et Latécoère s'échangent une usine au Mexique

En pleine période de réorganisation de la filière aéronautique, Figeac Aéro et Latécoère, deux sous-traitants de rang 1, se sont entendus sur la vente d'une usine au Mexique du premier cité vers le second. De quoi permettre au groupe familial lotois d'annoncer dans la foulée une autre opération de croissance externe. Les détails.

4 mn

Dans le cadre de la consolidation de la supplychain aéronautique, Figeac Aéro et Latécoère ont ficelé une transaction commune.
Dans le cadre de la consolidation de la supplychain aéronautique, Figeac Aéro et Latécoère ont ficelé une transaction commune. (Crédits : Rémi Benoit)

C'est un énième mouvement de consolidation de la filière aéronautique. Dans un communiqué, lundi 20 juin, la société Figeac Aéro a annoncé l'acquisition des actifs de Kaman Aerospace Group dans l'État de Chihuahua, au Mexique. Cette société américaine a cédé à son homologue lotois un site spécialisé dans la fabrication de pièces en tôlerie

"Ces équipements sont spécialisés dans la fabrication de pièces de tôlerie complexes pour l'aviation civile et militaire, l'usinage de pièces issues de profilés et l'assemblage de sous- ensembles aéronautiques (...) Cette acquisition permet (...) de doubler ses capacités de fabrication en tôlerie complexe en Amérique du Nord", détaille Figeac Aéro.

Alors qu'un mouvement de grève débute dans le Lot dans les rangs de ses salariés à l'appel de la CGT pour réclamer des mesures en faveur du pouvoir d'achat de la part de la direction, cette opération financière intervient à l'issue de la restructuration financière du sous-traitant de rang un.

Celle-ci repose principalement sur l'arrivée d'un nouvel actionnaire minoritaire, Tikehau Ace Capital, avec un apport de près de 60 millions d'euros contre un peu plus d'un quart du capital de la société familiale. Dans son ensemble, l'accord avec sa multitude de financeurs devait permettre à la société de se dégager des capacités d'investissement pour remonter la pente raide générée par la crise sanitaire. C'est donc dans ce contexte qu'intervient cette opération de croissance externe.

Lire aussi 6 mnAéronautique : Figeac Aéro revoit sa structure financière pour "desserrer l'étreinte"

"Initialement dimensionné pour Latécoère"

Mais cette dernière est surtout la finalité d'une sorte de jeu des chaises musicales avec un autre sous-traitant aéronautique français de premier ordre, le Toulousain Latécoère. Avant de conclure cette acquisition, le Lotois a cédé à ce dernier ses "actifs industriels et fonciers" de sa filiale d'Hermosillo, au Mexique également.

"Ce site de production, a initialement été dimensionné pour Latécoère dans le cadre d'un contrat conclu en 2015 portant sur la fourniture de pièces élémentaires en alliages légers et métaux durs, ainsi que de petits sous-ensembles pour les portes du Boeing 787. Ce contrat représente encore à l'heure actuelle plus de la moitié du chiffre d'affaires de ce site, malgré les diversifications en cours. Ainsi, cette opération s'inscrit pleinement dans la stratégie de rationalisation de l'outil industriel du groupe afin de le rendre plus agile et plus compétitif", justifie Figeac Aéro dans le même communiqué.

La transaction, qui doit être finalisée d'ici fin septembre 2022 et dont le montant n'a pas filtré, prévoit la signature d'un contrat de maintenance d'une durée de trois ans avec Latécoère afin de continuer à alimenter d'autres contrats de Figeac Aéro, le temps du transfert vers le nouveau site mexicain et sa montée en puissance.

Du côté de Latécoère, propriété du fonds d'investissement américain Searchlight Capital Partners, aucun commentaire ou communication particulière n'est prévu à ce sujet. Cela démontre surtout que cette opération est mineure aux yeux du board du sous-traitant qui vient d'acquérir le Canadien Avcorp, renforçant ainsi considérablement sa présence sur le marché de la défense.

Lire aussi 6 mnConsolidation aéronautique : Latécoère finalise ses grandes manoeuvres avec l'acquisition du Canadien Avcorp

"Ensuite (après cette opération, ndlr), ce seront des acquisitions au fil de l'eau et en fonction des besoins, s'il y en a d'autres. Sur le marché de la consolidation aéronautique, il faut être opportuniste", avait d'ailleurs annoncé Thierry Mootz, le directeur général de Latécoère, interrogé au mois de mai par La Tribune quelques heures après cette annonce.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.