Comment Phytogers veut révolutionner le marché des nettoyants ménagers

La PME gersoise a mis au point une gamme de solutions lavantes pour la maison ultra-concentrées en plantes et composées à 99,99% d’ingrédients naturels et 100% biodégradables et made in France. Sur un marché des nettoyants naturels en nette progression, Phytogers a pour objectif de doubler son chiffre d’affaires chaque année à partir de 2023. Avec ses produits, elle vise les pharmacies, les réseaux de magasins bio ainsi que les enseignes de hard-discount.

6 mn

Jean-Christophe de Salins a racheté le savoir-faire du laboratoire Phytogers en 2014.
Jean-Christophe de Salins a racheté le savoir-faire du laboratoire Phytogers en 2014. (Crédits : DR)

Des produits d'entretien sains pour la planète, la maison et les utilisateurs ? C'est ce que propose Phytogers, un laboratoire de transformation agricole. La PME gersoise, installée à Gavarret-sur-Aulouste, a mis au point une gamme de produits d'entretien ultra-concentrés, bio, éco-certifiés, avec des vertus nettoyantes, dégraissantes, détachantes et désodorisantes.

Fortement concentrés en plantes, ces produits naturels, permettant de nettoyer efficacement toutes les surfaces, sont 100 % biodégradables et made in France. Sur un marché des nettoyants ménagers dominé par la chimie de synthèse, les nouvelles références de Phytogers se démarquent par des compositions de 99,95 % à 100 % d'origines naturelles. Les formules sont sans parfum, ni colorant de synthèse, sans phosphate, sans enzymes issus d'OGM, etc. Ces solutions lavantes à base de plantes, issus de l'agriculture biologique, sont entièrement réalisées au sein du laboratoire Phytogers, de la réception des plantes, au conditionnement industriel dans des flacons en verre.

Lire aussi 6 mnPeinture biosourcée : Colibri, la success story toulousaine qui se rêve en enseigne nationale

"Nous avons réussi à mettre au point à la fois un procédé industriel mais surtout, un produit de droguerie végétal avec un réel caractère d'innovation. À partir des plantes séchées ou fraiches nous faisons un transfert moléculaire. Nous récupérons les concentrations moléculaires des plantes pour les stocker dans des cuves et les macérer pour arriver à des jus végétaux. Ensuite, en laboratoire, nous procédons à la de la concentration et de la formulation. Nous réalisons des mélanges de jus végétaux avec des agrumes, des épices, des plantes médicinales ou aromatiques pour arriver aux solutions lavantes. Ces dernières sont ensuite conditionnées grâce à notre ligne automatique", retrace Jean-Christophe de Salins, directeur et propriétaire du laboratoire Phytogers.

Lire aussi 4 mnParfum et cosmétique : le groupe toulousain Berdoues séduit à l'international

Des produits pour un large public

Cette nouvelle gamme, de sprays nettoyants multi-surfaces ou pour l'entretien des sols, destinée à être commercialisée en BtoB, a été spécialement imaginée pour la pharmacie. Phytogers a signé quelques contrats avec des groupements pharmaceutiques pour la distribution et commercialisation de ses produits sous la marque "NetObio". Ces derniers seront, entre autres, disponibles au sein des 900 pharmacies du groupe Alphega et chez les 80 pharmacies du réseau Pharm O'naturel.

Les produits ultra-concentrés peuvent aussi convenir aux réseaux de magasins bio comme Biocoop ou Naturalia par exemple. La PME gersoise est en "démarches avancées" avec deux groupes, qu'elle devrait être en capacité de livrer dès le mois de juin sous marque dédiée. Afin d'adresser un public plus large et permettre à tous de profiter de ses solutions, Phytogers proposera également les références en marque distributeur.

"L'attachement aux problématiques environnementales ne doit pas être liées au portefeuille. Nous avons des contrats en cours de réalisation auprès d'enseignes discount, qui possèdent 2.000 magasins en France, pour des produits bio, naturels, qui nettoient bien, qui sont moins concentrés, mais qui permettent d'arriver à des prix d'attaque incroyables. Par exemple, nous arrivons à un flacon d'un litre, à 4,99 euros, qui permet de nettoyer des surfaces de 3.000 m2", explique le dirigeant de la biotech gersoise.

Pour s'adresser directement aux consommateurs, un site e-commerce, NetObio, où toute la gamme est commercialisée, est aussi disponible.

Un savoir-faire historique

En parallèle de ces nouveautés, le laboratoire rural possède une large gamme de produits : cosmétiques d'entretien, désodorisants et anti-nuisibles. Ses différentes références sont commercialisées dans près de 800 points de ventes en France et à l'international, au Japon, en Belgique, en Espagne, en Suisse et bientôt en Allemagne. Les différentes marques dédiées du laboratoire Phytogers sont par exemple disponibles au sein des rayons des jardineries Truffaut ou encore de l'enseigne Nature & Découvertes. La biotech est constamment en train de plancher sur de nouveaux produits. Des essais sont actuellement en cours pour des tablettes de lave-vaisselle à base de poudre de plantes.

Afin de mettre au point tous ses produits de droguerie végétaux, Phytogers fait appel à près de 80 agriculteurs de 14 pays différents, dont la France, pour se fournir en plantes. "Certaines plantes ne poussent pas en France, je pense à l'eucalyptus que nous achetons au Maroc par exemple", précise le chef d'entreprise qui a fait le choix de travailler sur un processus de circuit court avec des végétaux éco-certifiés.

Le laboratoire Phytogers possède un savoir-faire implanté dans le Gers depuis 1985. Historiquement, l'entreprise a toujours développé des produits à base de végétaux et plantes. En 2014, l'entreprise a été rachetée par celui qui la dirige actuellement et pris un nouveau virage. Avant son rachat par Jean-Christophe de Salins, les produits de droguerie représentaient 15 % du chiffre d'affaires de la société. Aujourd'hui, cette part atteint les 65 %.

"Il a fallu un peu de temps pour se réorganiser, mettre en place un ERP, remettre en forme tous les éléments sur le plan des normes européennes, recruter, prendre les bonnes compétences... et mettre l'entreprise en ordre de marche", détaille Jean-Christophe de Salins.

Lire aussi 5 mnJardin Confidentiel, la première marque de cosmétique à base de la Violette de Toulouse

Passer à la vitesse supérieure

L'entreprise industrielle a aujourd'hui un potentiel de développement important. Elle a des parts de marché à prendre sur un marché "hyper concentré" des produits d'entretien, dominé par six multinationales (américaines) qui détiennent 97 % d'un marché estimé à 400 milliards de dollars. Aujourd'hui, les produits naturels ne représentent que 3 % de ce marché mais progressent à grande vitesse. "La part du bio et des produits naturels croît de 20 % par an sur la part du marché global", se réjouit-il.

Ainsi, l'entreprise gersoise qui affichait un chiffre d'affaires de 1,6 million d'euros en 2021, prévoit de doubler son chiffre d'affaires à partir de 2023 pour les trois exercices financiers suivants.

Afin d'accompagner sa croissance et de financer son développement, la PME française souhaite lever des fonds. Cet apport de capital pourrait notamment lui servir à : entamer des travaux d'agrandissement ou financer un déménagement vers des locaux plus grands, se doter de nouveaux outils de production et renforcer ses effectifs. Aujourd'hui, l'équipe Phytogers est composée de 12 collaborateurs. L'objectif est de commencer à recruter, dès cette année, afin de doubler cet effectif.

"Si j'ai quelques gros dossiers qui arrivent, je risque d'avoir un problème de gestion de croissance. C'est un problème heureux. Je suis ouvert à intégrer cette dimension pour passer la vitesse supérieure et aller plus vite. J'ai déjà quelques contacts établis et sollicitations", conclut Jean-Christophe de Salins.

6 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.