Exotrail veut décoller avec son nouveau van spatial pour petits satellites

La startup parisienne, qui dispose d'un important bureau à Toulouse, va lancer dans l'espace en octobre 2023 avec l'Américain Space X son premier van spatial, capable de transporter jusqu'à 400 kilos de petits satellites. Si l'acteur du New Space veut faire de ce nouveau produit son relai de croissance, il développe aussi fortement son activité de production de propulseurs électriques. Aujourd'hui, "Exotrail est la seule entreprise du spatial qui se positionne totalement sur la mobilité et tous les composants de celle-ci", assure son CEO Jean-Luc Maria. Les explications.

5 mn

Acteur du New Space français, Exotrail lancera dans l'espace son Space-Van en octobre 2023.
Acteur du New Space français, Exotrail lancera dans l'espace son Space-Van en octobre 2023. (Crédits : Exotrail)

La question de la logistique du dernier kilomètre n'est pas que le casse-tête des grandes villes. Elle se pose également dans l'espace. C'est en ce sens que la jeune société Exotrail vient d'officialiser la création de son "Space-Van" (illustration), autrement dit un van spatial voire un bus, dédié aux petits satellites.

"C'est un véhicule de transport pour satellites, qui lui-même est un satellite en réalité. On peut le présenter comme une camionnette qui va amener un à un les satellites qu'il transporte à leurs positions définies", résume Jean-Luc Maria, CEO et co-fondateur de la startup parisienne, qui dispose également d'un important bureau à Toulouse.

Dans les faits, ce bus spatial se présente comme un carré d'un mètre de côté, capable de transporter jusqu'à 400 kilos de satellites en lui. "Il y aura une certaine flexibilité dans l'espace de cet usage. Nous pourrons transporter trois gros satellites comme une vingtaine de petits satellites de 20 kilos", poursuit le dirigeant. Au lancement, chaque satellite transporter dans le Space-Van d'Exotrail sera attaché à l'interface technique du véhicule et espacer de ses voisins par des séparateurs, et leur lâché sera organisé de manière séquentielle afin d'éviter tout risque de collision entre les satellites largués.

Une seconde version réutilisable en préparation

L'écosystème devrait rapidement voir à l'oeuvre cette technologie puisque la société du New Space fondée en 2017 a, simultanément à cette présentation, annoncé un accord commercial avec l'américain Space X pour que son bus spatial pour nanosatellites et microsatellites soit lancé dès octobre 2023 avec leur lanceur Falcon 9.

"Nous avons discuté avec un grand nombre de lanceurs et Space X était le seul à nous proposer ce timing plutôt rapide. Mais cela ne veut pas dire que nous ferons tous nos lancements du Space-Van avec eux. Nous discutons avec Ariane Space aussi" tient à faire savoir Jean-Luc Maria.

Un tel empressement se justifie par le fait qu'Exotrail à déjà des clients au rendez-vous pour être du premier voyage. "Nous avons des marques d'intérêt très fortes, on est dans une phase active de la commercialisation", révèle-t-il. La société, qui projette de produire "une dizaine" de Space-Van chaque année, veut faire de ce produit son nouveau relai de croissance. Néanmoins, elle se refuse à communiquer son chiffre d'affaires, tout en précisant être "l'une des rares sociétés du spatial à générer du revenu", selon son CEO.

Bien que non-réutilisable pour le moment et afin de coller avec son époque, Exotrail planche déjà une seconde version de son Space-Van cette fois-ci réutilisable, à horizon 2026. "Il va falloir doter le véhicule d'une capacité à se recharger en carburant. Et des entreprises, autres qu'Exotrail, réfléchissent à la manière dont elles pourraient créer ces futurs dépôts de carburant dans l'espace", précise Jean-Luc Maria.

Un acteur global de la mobilité spatiale

L'aboutissement de ce bus spatial après six années d'exercice pour Exotrail est tout d'abord la dernière brique d'une stratégie globale. "Parfois, il vaut mieux ne pas posséder un actif de mobilité, mais plutôt prendre un ticket de métro et ainsi payer uniquement un service de transport (...) Seulement, le Space-Van n'a de sens que si nous avons les deux premières briques développées", expose le dirigeant.

Ce dernier fait référence aux deux premiers produits commercialisés par la startup à la fois parisienne et toulousaine, qui emploie déjà 60 personnes et projette 40 recrutements en 2022. Exotrail a mis sur pied une solution logicielle qui permet de définir à la précision les besoins de mobilité d'un satellite ou d'une constellation et la solution appropriée. C'est d'ailleurs grâce à cette technologie que l'acteur du New Space a pu intégrer le consortium européen New Symphonie, lauréat en décembre dernier pour réaliser la future constellation Breton dédiée à la connectivité européenne.

Lire aussi 5 mnThierry Breton veut pour l'Europe une "constellation de connectivité multi-orbitale"

L'autre brique évoquée par Jean-Luc Maria sont les propulseurs électriques pour les satellites développés par sa société. "Nous avons signé beaucoup de contrats en 2021, qui nous ont permis d'accélérer le développement du Space-Van. Ce qui fait qu'aujourd'hui nous avons plusieurs dizaines de propulseurs en production. Et plusieurs centaines en perspectives", présente le dirigeant qui admet être "dans une grosse phase d'accélération". Pour être complète sur son offre de service, Exotrail propose aussi désormais un logiciel d'opération de satellite. "Nous sommes la seule entreprise du spatial qui se positionne totalement sur la mobilité et tous les composants de celle-ci", croit savoir Jean-Luc Maria.

Après une levée de fonds d'amorçage en 2018 de 3,5 millions de dollars puis une de série A en 2020 de 11 millions de dollars, la startup réfléchit à l'éventualité d'un nouveau tour de table afin d'entretenir sa croissance dans un contexte qui lui est plutôt favorable. Récemment, la crédibilité de ses technologies a été "confortée" grâce à sa nomination dans le nouveau "Club des sept" mis sur pied par le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, dont l'objectif de ces sept entreprises est de représenter l'écosystème du New Space français auprès de plusieurs interlocuteurs et institutions.

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.