Industrie : à Toulouse, l'Institut de Soudure veut décoller grâce à l'aéronautique

L'Institut de Soudure déménage dans des locaux plus grands en périphérie de Toulouse afin de donner une dimension bien plus grande à son agence locale. Pour ce faire, la société mise beaucoup sur ses activités de formation, mais aussi de contrôle, dans le bastion de l'industrie aéronautique.
Le groupe Institut de Soudure veut donner une nouvelle dimension à son agence de Toulouse en s'appuyant sur le redémarrage de l'industrie aéronautique.
Le groupe Institut de Soudure veut donner une nouvelle dimension à son agence de Toulouse en s'appuyant sur le redémarrage de l'industrie aéronautique. (Crédits : Reuters)

Historiquement installé à Colomiers (Haute-Garonne), le groupe Institut de soudure vient d'emménager dans des locaux flambants neufs à Plaisance-du-Touch, soit à quelques kilomètres de sa précédente implantation. Désormais, l'entreprise dispose d'une surface de 1.000 m2, dont 600 d'ateliers accueillant 24 cabines de soudage. De tels moyens permettent ainsi à la société de former jusqu'à 40 personnes en même.

Un véritable bond en avant pour la société fondée en 1905 et qui s'est spécialisée sur plusieurs corps de métiers autour de la soudure sur tous métaux. "Nous formons chaque année en France 10.000 personnes, dont 3.000 sont des retours à l'emploi, avec un taux de réinsertion à 93% en prenant en compte uniquement les CDI ou les CDD de plus de six mois", se félicite Antoine Legros, le président du groupe Institut de Soudure. Pour ce faire, la société travaille avec les entreprises, directement avec des particuliers via le CPF, les conseils régionaux ou encore les agences de Pole Emploi.

Selon lui, le succès de son activité de formation est lié en grande partie à la pénurie de main d'oeuvre sur certains métiers. "Il manque 5.000 soudeurs en France et autant de chaudronniers", ajoute le dirigeant. Aujourd'hui, cette activité de formation représente déjà 60% du chiffre d'affaires de l'agence de Toulouse-Plaisance du Touch de la société, qui veut aller plus loin.

"Notre activité n'est pas à la hauteur de ce qu'elle peut être dans une agglomération industrielle telle que Toulouse, bassin qui va pleinement bénéficier du redémarrage de l'industrie aéronautique. D'ailleurs, là aussi on accompagne les entreprises de ce secteur dans la formation de leurs soudeurs et chaudronniers", estime le président.

Spécialiste du contrôle non destructif

Actuellement de 10 salariés, les effectifs de la société dans la Ville vont rapidement passer à 15 collaborateurs et à terme 50 "avec le redémarrage de l'aéronautique". Le groupe qui 1.200 personnes en France (après 200 recrutements sur les trois dernières années et une centaine de postes est encore ouverte) veut à Toulouse une agence aussi important que celle déjà implantée à Bordeaux, région jugée moins industrielle.

Par exemple, l'Institut de Soudure mise sur le fait que les soudeurs de l'aéronautique et du spatial doivent repasser tous les deux ans leur certification d'exigence professionnelle afin de les conserver (tout comme leur emploi). Par ailleurs, la société mise également beaucoup sur son activité de contrôle.

"Le contrôle est un marché qui progresse de plus de 7% par an et nous sommes les leaders du contrôle non destructif, qui consiste à inspecter un ouvrage d'art sans le détériorer", tient à souligner Antoine Legros.

Pour rappel, c'est le groupe Institut de Soudure qui a effectué l'audit et le contrôle indépendant sur toutes les soudures de Téléo à Toulouse, le téléphérique urbain de trois kilomètres qui doit prochainement entrer en service. Dans cette optique, afin de répondre à un maximum de demandes émanant des PME, ETI et grands groupes industriels, l'agence de Toulouse s'est dotée d'un nouveau moyen de contrôle X qui permet la réalisation de prestations de radiographie industrielle.

Lire aussi 6 mnLe téléphérique urbain de Toulouse espéré pour mai

Présent sur toute la chaîne de valeur

Enfin, l'entreprise propose de multiples prestations sous la forme de services aux entreprises qui pourraient séduire le secteur aéronautique dans son redémarrage. Avec plus de 600 ingénieurs dans ses rangs, l'Institut de Soudure propose d'accompagner ses clients dans le développement de technologies ou de pièces industrielles via de la R&D, du conseil, de la certification de produits ou de l'apport d'expertises.

"Aussi, nous proposons l'intervention de contrôleurs aéronautiques et chargés de qualité pour ce secteur car il est très long de former du personnel avec de telles certifications. Par conséquent, nous proposons ce personnel sous forme de prestation", fait savoir le président du groupe Institut de Soudure.

Plus que jamais, la société, qui a pour maison mère une association regroupant 300 industriels, mise sur l'industrie aéronautique pour asseoir son développement, bien que déjà capable d'intervenir dans une quarantaine de pays. Ce qui lui permet de réaliser un chiffre d'affaires annuel de 100 millions d'euros, pour le moment.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.