Kippit, le fabricant toulousain d'électroménager durable, rencontre un vif succès

 |   |  498  mots
La bouilloire Jaren coûtera 199 euros une fois sa production lancée, en septembre.
La bouilloire Jaren coûtera 199 euros une fois sa production lancée, en septembre. (Crédits : Kippit)
Spécialisée dans l'électroménager durable, la startup toulousaine Kippit vient de lancer une campagne de financement participatif pour pouvoir démarrer la production de son premier produit : la bouilloire Jaren. En quelques jours, 83 000 euros ont été collectés sur les 10 000 demandés. Suite à cette réussite, la bouilloire sera fabriquée dès septembre et commercialisée en novembre. Dès l'année prochaine, Kippit compte créer un lave-linge et un grille-pain et ouvrir un second atelier de production.

C'est une réussite totale. À peine une semaine après son lancement, la campagne de financement participatif de l'entreprise toulousaine Kippit a atteint 700 % de son objectif. Alors que le fabricant d'électroménager durable demandait 10 000 euros pour pouvoir lancer la production de sa bouilloire, ce sont 76 500 euros qui ont été collectés. Un chiffre qui n'a pas fini d'augmenter puisque la campagne doit encore durer un mois.

"Depuis le mercredi 22 avril, date de lancement de la campagne, nous ne touchons plus terre. Nous avions mis un objectif bas car nous voulions nous assurer que, quoiqu'il arrive, la production serait lancée. Mais, nous ne pensions pas qu'il allait être atteint en 10 minutes ! Dès le lendemain du lancement de la campagne nous nous sommes donc mis un nouvel objectif : celui d'arriver à 1 000 % de l'objectif initial. Nous espérons également aller au-delà des 500 bouilloires Jaren pré-commandées", révèle Kareen Maya Levy, cofondatrice de Kippit.

Pour le moment, 430 personnes ont contribué à la campagne, soit autant de bouilloires pré-commandées. Ces contributeurs devront attendre quelques mois avant de recevoir leur produit. Les premières bouilloires seront livrées en novembre. Proposées à 179 euros durant la campagne sur la plateforme de financement participatif Ulule, elles seront à 199 euros une fois la production lancée, en septembre. Une fabrication qui se fera dans le premier atelier de la startup, à Beauzelle. Cinq personnes seront embauchées en production à cette occasion.

Lire aussi : Kippit, fabricant d'électroménager durable, réparable, local et évolutif

Un lave-linge et un grille-pain dès 2021

Avant de lancer la production de ses bouilloires, Kippit va fabriquer une série d'une vingtaine d'exemplaires, en juin, pour tester son produit auprès du consommateur et le valider selon les normes CE. La jeune pousse souhaite également obtenir le label Longtime (label européen indépendant des produits durables, ndlr) et certifier sa bouilloire selon les normes d'Amérique du Nord pour pouvoir la vendre sur cette zone géographique. La bouilloire Jaren sera ensuite distribuée sur le site internet de Kippit et d'autres sites de vente en ligne.

Lire aussi : Un label toulousain contre l'obsolescence programmée certifie ses premiers produits

"Nous sommes actuellement en discussion avec L'Appartement Français, La Fabuleuse French Fabrique...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/04/2020 à 18:41 :
La bouilloire est un bel objet qui semble robuste, et à ce prix c'est bien le moins.
Par contre, une casserole en acier inox et un couvercle feront le même usage et même plus.

Je souhaite néanmoins un gros succès au concept et à la marque. Avec les grandes séries ils pourront sans doute baisser les prix, et alors même si je suis sur la seconde pente de la vie, je pourrais éventuellement envisager de m'en procurer une.
a écrit le 30/04/2020 à 17:43 :
Si les riches de ce monde n'étaient pas cupides nous aurions ce type d'équipement chez nous, à des prix raisonnables parce que là 200 balles c'est pour les gens intelligents mais qui ont de l'argent, pouvant durer des années et des années sans lâcher, il fallait voir la qualité de fabrication qu'avait atteint les industriels au début des années 80. J'ai même un marteau en fibre de carbone, le manche bien sûr, et qui en a tapé des trucs et des trucs, depuis plus de trente ans, fabriqué au Japon je suis sûr que ça doit être un collector le truc. Mais les exemples sont multiples on en a tous sous la main.

Puis peu après patatra... de la camelote qui lâche à la première occasion générant une pollution massive soit dit en passant.

Ça fait plaisir en tout cas de voir un retour de cette qualité dont ceux qui le conçoivent et à tous les postes peuvent être fiers, une façon de redonner aussi de la valeur au travail.

Bravo.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :