Énergies renouvelables : Amarenco France va investir un milliard d’euros

 |  | 1042 mots
Lecture 5 min.
Amarenco France a réalisé plus de 800 centrales solaires.
Amarenco France a réalisé plus de 800 centrales solaires. (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le producteur d’énergies renouvelables tarnais Amarenco France s’apprête à investir 1 milliard d’euros sur trois ans. L’entreprise devrait ainsi construire et exploiter des centrales solaires en France métropolitaine et outre-mer, ainsi qu’en Irlande et à Oman. Elle souhaite également doubler ses effectifs en 2019.

C'est en 2008 à Gaillac dans le Tarn que l'aventure a débuté pour Olivier Carré. À l'époque étudiant, il crée le "groupe Carré", un bureau d'études et maître d'œuvre en projets photovoltaïques.

"Nous étions l'un des premiers dans le Sud-Ouest. Nous avons réalisé beaucoup de centrales dans le Tarn et le Sud-Ouest en général. Cependant, nous étions seulement concepteurs, pas producteurs", raconte-t-il.

En 2017, la société fusionne avec le groupe Irlandais Amarenco qui opère sur le même métier d'énergéticien solaire et devient Amarenco France. Olivier Carré conserve une part du capital de ce nouvel ensemble tout en y occupant le poste de président. Le siège social reste basé dans le Tarn, mais à Lagrave, au sein du château viticole de Touny les Roses acheté après la fusion.

Aujourd'hui Amarenco France est un producteur indépendant d'énergies renouvelables spécialiste du solaire. Il réalise des installations photovoltaïques de grandes tailles (de 100 kilowatts à plusieurs dizaines de mégawatts) sur des toitures d'usines, de hangars agricoles ou de centres commerciaux, ainsi que de nombreuses ombrières de parkings, serres photovoltaïques, et centrales solaires au sol.

L'électricité générée est, soit consommée directement sur place par les clients d'Amarenco qui sont principalement des agriculteurs, des collectivités locales, des industriels ou des entreprises privées, soit vendue à EDF, avec qui la société tarnaise a noué un contrat de vente pour une durée de 20 ans.

Un milliard d'euros d'investissement sur trois ans

Amarenco France dispose d'un parc de 200 MW obtenu grâce à la réalisation et l'exploitation de plus de 800 centrales solaires situées essentiellement en France (métropolitaine et d'outre-mer). Afin de multiplier sa production par cinq et ainsi attendre un gigawatt, l'entreprise va investir un milliard d'euros d'ici 2022 en France, en Irlande et au Moyen-Orient à Oman.

"Certains l'ont interprété comme une levée de fonds, mais ce n'est pas le cas, il s'agit d'un investissement. Souvent, pour nos projets, c'est 20 % de capital pour 80 % de dettes. Nous avons entre 300 et 400 millions d'euros en fonds propres. On dispose d'un important capital d'investissement grâce au fond Infram Energy que nous avons créé en partenariat avec Infra Capital. Nous avons les capacités financières pour réaliser ces projets. La construction de centrales est très gourmande en capitaux, c'est pour cela que les montants sont élevés", explique le président d'Amarenco France.

Des chantiers qui commencent dès 2019

La majeure partie des investissements sera réalisée en France, outre-mer compris. Le groupe tarnais qui est principalement installé dans le Sud-Ouest, en Corse, en Guadeloupe et à la Réunion souhaite accentuer sa présence dans la zone Sud-Est de la France où il est très peu actif, ainsi qu'en Guyane et Martinique où des constructions de centrales photovoltaïques devraient débuter fin 2019.

À l'étranger, des discussions sont en cours en Irlande où les chantiers vont débuter dès l'année prochaine et à Oman au Moyen-Orient où Amarenco dispose "de grands terrains de jeux" favorables à l'installation de grandes centrales solaires au sol de centaines d'hectares.

"L'objectif principal est de se développer à partir des zones où nous sommes déjà présents et de s'étendre pour aller plus loin. Pour ça, il faut être en amont des projets, nouer des partenariats locaux qui vont nous aider à nous imposer. Cela peut aussi passer par l'acquisition de sociétés. Nous avons déjà commencé à investir l'an passé avec près de 80 millions d'euros en France. Et durant ces trois premiers mois de 2019, nous avons déjà investi l'équivalent de toute l'année dernière".

Le but est également d'implanter des bureaux dans ces nouvelles zones. L'entreprise dispose pour l'instant, en plus de son siège social dans le Tarn, de locaux en Irlande, en Corse à Bastia, à la Réunion et en Guadeloupe.

Doubler le nombre de salariés

Entre le Tarn et les autres implantations régionales, Amarenco emploie 75 salariés, un chiffre qu'elle souhaite multiplier par deux en 2019. Elle recherche des conducteurs de chantier, des ingénieurs en énergie photovoltaïque, des profils commerciaux et financiers, etc.

"Nous avons de nombreux projets en portefeuille. Pour les mener à bien, nous devons doubler le nombre de salariés. Nous avons une croissance assez importante", informe Olivier Carré.

En effet, pour 2019, l'entreprise a déjà un parc de plus de 90 MW à construire. Son carnet de commandes est plein "jusqu'au moins l'été 2020" avec près de 400 chantiers planifiés.

"C'est un nombre qui risque d'augmenter. Nous réalisons en permanence une quarantaine de hangars solaires photovoltaïques. Au fil des mois nous allons avoir des centrales au sol à construire. Il n'y a pas de chantier emblématique, dès que nous en avons fini un, on en reprend un autre".

Fin 2018, Amarenco est devenu le premier constructeur de centrales solaires en toiture en France. Il a remporté le plus d'appels d'offres de l'État face à des poids lourds du marché énergétique comme Engie. La société se classe à la huitième place de la production photovoltaïque en France, juste derrière des filiales de grands groupes tels que EDF, Engie ou encore Total.

Amarenco France a vocation à atteindre le Top 5 du classement "d'ici cinq ans", selon Olivier Carré. En 2018, la société affichait un chiffre d'affaires de 29 millions d'euros. Un résultat qu'elle souhaite également doubler en 2019.

Outre les activités de production d'énergie verte, l'entreprise dispose en son sein de l'entité Amarenco Solutions, spécialisée dans la fabrication et la commercialisation de lampadaires solaires. Fabriqués en France dans le Gard, ils captent l'énergie du soleil pendant la journée, qui est stockée dans des batteries, afin de pouvoir éclairer la nuit. Ils sont généralement destinés aux campings, collectivités ou parkings.

Le producteur d'énergie propre devrait voir les appels d'offres d'État augmenter dans les années à venir. En effet, le gouvernement français s'est engagé dans la loi de transition énergétique pour la croissance verte (LTECV) à porter la part des énergies renouvelables à 32 % en 2030 dans son mix énergétique. Une aubaine pour le groupe tarnais.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :