Tesalys lève 6 millions d'euros pour accroître sa production

 |   |  574  mots
Miquel Lozano, président et cofondateur du groupe toulousain Tesalys.
Miquel Lozano, président et cofondateur du groupe toulousain Tesalys. (Crédits : DR)
Le groupe toulousain Tesalys, qui fabrique et commercialise des solutions pour le traitement sur site des déchets d’activités de soins à risques infectieux (DASRI), vient de lever 6 millions d’euros. Avec ces fonds, l'entreprise compte se développer à l’international, mais aussi auprès de grands groupes médicaux en France.

Après une première levée de fonds en 2014, Tesalys vient de boucler un nouveau tour de table auprès d'iXO Private Equity et Sigma Gestion. Les 6 millions d'euros récoltés permettront à cette société experte dans le traitement des déchets d'activités de soins à risques infectieux (DASRI) de consolider sa présence à l'international.

Le groupe, basé à Saint-Jean (Haute-Garonne), a déjà vendu 300 machines à des établissements de santé et laboratoires médicaux situés dans plus de 50 pays. Il a ainsi réalisé 95% de son chiffre d'affaires à l'international en 2018, dont 50% en Asie.

"Désormais, nous allons créer des antennes en Asie du Sud-Est, Moyen-Orient, Afrique et Amérique latine dès le premier semestre 2019" pour chapeauter les réseaux de distributeurs déjà en place, précise Miquel Lozano, président et cofondateur de cette PME créée en 2012 avec Jean-Michel Rodriguez et Emmanuel Hengl.

Insertion sur le marché chinois et américain

Or ces déchets, qui peuvent être des seringues, du matériel médical ou des pansements utilisés et tâchés mais aussi des tubes de prélèvement sanguin, sont un vrai risque pour la santé publique (contamination, voire épidémie) et pour l'environnement. Les...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :