La rapidité des décisions, le point noir entre les startups et les grands groupes

 |   |  474  mots
Le Village by CA a présenté un baromètre sur les relations entre les startups et les grands groupes.
Le Village by CA a présenté un baromètre sur les relations entre les startups et les grands groupes. (Crédits : Rémi Benoit)
L'incubateur de startups Village by CA a dévoilé mardi 27 novembre les résultats d'une enquête sur les relations entre les startups et les grands groupes. Il apparaît notamment une divergence de points de vue sur la rapidité des prises de décisions. Les grands groupes seraient trop lents selon les startups.

"Une startup a deux ans pour se développer, et un grand groupe peut mettre deux ans à prendre une décision". C'est ce que raconte Fabrice Marsella, directeur du Village by CA de Paris pour illustrer la difficulté des relations entre les startups et les grands groupes. Une difficulté qui apparaît dans le baromètre du Village by CA avec bluenove, qui vise à mesurer la relation entre les startups et les grands groupes. L'étude s'appuie sur les réponses de 154 startups et 83 grands groupes comme Sanofi ou encore ING. Les résultats ont été présentés mardi 27 novembre par l'incubateur de startup à Toulouse.

Changement d'interlocuteur en cours de projet

Ainsi, 71% des startups estiment que le processus entre la prise de contact et la prise de décision est plutôt lent ou très lent. Un sentiment partagé par 67% des représentants de grands groupes interrogés. Les délais d'exécution sont aussi jugés plutôt lents ou très lents par 75% des startups et 70% des représentants des grands groupes.

"Il est difficile de comprendre pourquoi les délais sont si longs alors que la volonté d'aller plus vite est partagée par les deux parties. Le changement d'interlocuteur en cours de projet est l'une des causes pouvant expliquer cette lenteur", écrivent les auteurs du baromètre.

Les grands groupes à la recherche d'une nouvelle expérience client, les startups de chiffre d'affaires

Le baromètre a aussi interrogé ses participants sur les indicateurs qui leurs permettent de mesurer la création de valeur, expliquant par la même occasion pourquoi ils veulent travailler avec une startup. Les grands groupes placent en numéro un la recherche d'une nouvelle expérience client. Viennent ensuite le gain en terme d'image, l'accélération de projet, la possibilité de nouveaux clients, et l'optimisation des coûts.

"Travailler avec une startup permet aux grands groupes de paraître plus agile et innovant. Il est aujourd'hui plus difficile pour les grandes marques de recruter des jeunes talents. Ces derniers cherchent à rejoindre des startups ou à créer leurs entreprise", détaille Fabrice Marsella. Il ajoute que "les grands groupes cherchent aussi à optimiser leurs propres processus en utilisant les technologies des startups. Ils veulent aussi s'inspirer de leurs méthodes de travail pour transformer un chef de projet en chef d'entreprise".

La question des raisons de la collaboration a également été posée aux startups. Les réponses sont ici moins surprenantes.

"Naturellement, elles vont chercher du chiffre d'affaires, du financement et des clients. Travailler avec des grands groupes leur permet d'assurer une production à plus long terme. Ensuite, elles peuvent mettre en avant des références pour rassurer d'autres clients, des banques ou des investisseurs. La recherche de méthode et de structuration ne fait pas partie des premiers critères", explique Fabrice Marsella.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :