Comment le Min de Toulouse compte se féminiser

 |   |  897  mots
Une vingtaine de demandeuses d'emplois ont visité le Min dans l'optique de postuler à certaines offres.
Une vingtaine de demandeuses d'emplois ont visité le Min dans l'optique de postuler à certaines offres. (Crédits : Pierrick Merlet)
Le Marché d’intérêt national de Toulouse, déclinaison locale du marché de Rungis, regroupe un millier de salariés sur place, à forte majorité masculine. Avec actuellement plus de 200 emplois à pourvoir, les différentes entreprises qui y opèrent veulent attirer davantage de femmes. Pour cela, des initiatives en partenariat avec le Pôle Emploi sont mises en place pour tenter de féminiser le Min de Toulouse. Reportage.

Il est à peine six heures du matin en cette fin du mois d'octobre et le froid commence à prendre le pas sur les douceurs matinales de l'été. Et pourtant, les 60 000 m2 du Marché d'intérêt national...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :