La filière forêt-bois, un axe d’avenir pour la région Occitanie

 |   |  1004  mots
Le premier contrat de filière forêt-bois d'Occitanie a été signé le lundi 15 octobre au Conseil régional à Toulouse.
Le premier contrat de filière forêt-bois d'Occitanie a été signé le lundi 15 octobre au Conseil régional à Toulouse. (Crédits : Bois & Cie)
Pour la première fois en Occitanie, un contrat de filière forêt-bois a été signé, le lundi 15 octobre, par Pascal Mailhos le préfet de la région Occitanie et de la Haute-Garonne, Carole Delga la présidente de la région Occitanie, Christophe Gleize le président de Fibois Occitanie (interprofession de la filière) et Michel Peyron directeur régional de l’Ademe (agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie). Celui-ci définit pour une durée de 3 ans les actions à mener pour renforcer la compétitivité des entreprises et pour assurer un développement en lien avec les attentes des marchés.

Avec 34 % du territoire occitan couvert par la forêt, les opportunités pour valoriser la filière bois sont nombreuses. Dans cette optique, et pour la première fois en Occitane, un contrat de filière forêt-bois a été signé, le 15 octobre, par la nouvelle interprofession Fibois Occitanie, l'État, la Région Occitanie et l'Ademe. Ce contrat définit ainsi les actions à mener sur la période 2019-2021 afin de renforcer la filière forêt-bois.

"Cette stratégie de développement économique de la filière vise à valoriser les ressources forestières régionales, développer la chaîne de valeur et créer davantage d'emplois et de valeur ajoutée sur le territoire", a commenté Christophe Gleize, le président de Fibois Occitanie.

Après une concertation lancée depuis septembre 2017, qui a permis d'identifier les besoins prioritaires des professionnels du secteur, treize actions* ont émergées et constituent ainsi le socle de ce contrat.

"Des difficultés à ne pas nier"

L'enjeu est de taille pour la région au vu de son potentiel dans le domaine.

"Nous sommes la deuxième région forestière avec une superficie de 2,4 millions d'hectares, soit 34% du territoire régional, 313 millions de m3 de bois sur pied et une production biologique de près de 10 millions de m3 par an. La récolte de bois est de 2,8 millions de m3 par an, soit 7% de la récolte nationale", a rappelé la présidente de la Région Occitanie, Carole Delga.

Cependant, il s'agit d'une filière dont il ne faut pas "nier les difficultés" et où "la marge de progrès est importante". Car si la région Occitanie dispose de la deuxième plus grande forêt de France, derrière la région Nouvelle-Aquitaine, en terme de volume de bois récolté et de production de sciage, elle se situe par contre au 5ème rang national. Pour ce qui de l'emploi elle se classe dixième au niveau national en terme d'effectifs salariés avec 20 700 emplois, dont 17 000 salariés. De même, le secteur forêt bois représente moins de 1% des établissements et effectifs de la région.

"Nous sommes la deuxième région en terme de surface forestière, mais nous sommes loin d'être la deuxième région en terme de valorisation du bois", note le préfet de la région Occitanie et de la Haute-Garonne, Pascal Mailhos.

Un campus des métiers de la forêt et du bois

Pour ce dernier, l'ambition est claire, il s'agit "de redonner de la valeur ajoutée à notre bois et redonner confiance à la filière". Sur les treize actions à mener, le représentant de l'État en Occitanie cible quatre principes directeurs.

Tout d'abord, la formation avec la possibilité de créer un campus des métiers de la forêt et du bois afin d'aider les entreprises "qui peinent à recruter" et également de la formation continue pour les professionnels du secteur. Il souhaite ensuite accompagner la transformation de la filière et des travailleurs dans leur volonté de se moderniser et de gagner en compétitivité. Il compte sur le développement de certifications gestion durable des bois qui apporteront "des gages sur le caractère raisonné de la gestion forestière". Enfin, faire la promotion de l'usage local du bois est un point primordial pour le préfet. Il pourra ainsi faire l'objet de "la création d'un label ou d'une marque de territoire".

"Je serai attentif au développement de l'utilisation du bois occitan dans la construction publique. Les services s'impliqueront dans la construction d'une charte en faveur de la construction bois régional", assure Pascal Mailhos.

Deux moyens de financement

Afin de financer l'ensemble des actions, les acteurs de la filière forêt-bois peuvent compter sur la Région Occitanie. En 2018, elle a accordé près de 12 millions d'euros (en crédits régionaux et fonds européens FEADER et FEDER dont elle a la gestion) pour soutenir les projets du secteur. Les sommes investies dans les années à venir devraient avoisiner ce montant également. Depuis 2015, la Région a consacré près de 21 millions d'euros à destination de la filière.

"La Région va mobiliser sur le budget 2019 des moyens supplémentaires particulièrement en investissements", a promis Carole Delga.

Des moyens financiers complémentaires pourraient également émaner de l'État dans les trois prochaines années. Les différents acteurs vont ainsi veiller à ce que le contrat s'aligne sur le Grand plan d'investissement (GPI) du gouvernement de 57 milliards d'euros mené tout au long du quinquennat (2018-2022), afin d'accompagner les réformes structurelles et répondre à quatre défis majeurs de la France : la neutralité carbone, l'accès à l'emploi, la compétitivité par l'innovation et l'État numérique.

"Plus nous aurons des projets qui seront raccords avec ce plan d'investissements, plus on pourra émarger à ce plan. Jusqu'à présent, on nous disait que l'on avait une filière qui n'était pas assez structurée et qui n'apportait pas assez de valeur ajoutée", conclut Pascal Mailhos.

*Voici les treize actions du contrat de filière forêt-bois d'Occitanie 2019-2021.

Action 1 : Améliorer la performance des dispositifs financiers existants en faveur de l'investissement forestier.

Action 2 : Créer un dispositif incitatif pour développer la certification forestière.

Action 3 : Inciter à la mise en place de contrats d'approvisionnement à l'échelle de l'ensemble de la filière.

Action 4 : Accompagner et financer les investissements dans la transformation pour plus de synergies dans la filière.

Action 5 : Proposer un accompagnement à l'entreprenariat.

Action 6 : Accompagner les démarches collectives de marketing et de commercialisation.

Action 7 : Développer l'utilisation du bois dans la construction.

Action 8 : Accompagner le développement de la filière bois énergie.

Action 9 : Fédérer les acteurs publics autour  d'un engagement en faveur de la construction bois.

Action 10 : Structurer la formation.

Action 11 : Développer des modules de formation dans la construction.

Action 12 : Favoriser l'innovation.

Action 13 : Assurer la promotion de l'usage du bois local.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :