Des polos 100% made in France fabriqués avec du coton du Gers

 |   |  613  mots
Les trois associés ont investi 30 000 euros dans leur plantation de Montréal-du-Gers.
Les trois associés ont investi 30 000 euros dans leur plantation de Montréal-du-Gers. (Crédits : DR)
À Montréal-du-Gers, trois membres d'une même famille ont lancé une plantation de coton unique en France. Yohan de Wit, Médéric et Samuel Cardeillac ne sont pas arrêtés là, puisqu'ils ont créé leur propre marque de vêtements Jean Fil qui propose des polos 100% made in France fabriqués à partir des fibres de coton récoltées. Les cent premiers polos de la marque gersoise sont commercialisés dès aujourd'hui.

Le concept est unique en France. Trois associés ont décidé de se lancer dans la production de coton. C'est à Montréal-du-Gers (32), leur village d'origine, que Yohan de Wit, Médéric et Samuel Cardeillac, membres de la même famille, disposent d'une parcelle de coton de deux hectares. Semées en 2017, les premières fleurs de coton ont permis de récolter près de cent kilos de fibres.

"Avant de se lancer, on a testé le concept. On a semé six graines, commandées sur une jardinerie en ligne, au fond du jardin et on a constaté que c'était réalisable et possible", raconte Yohan de Wit.

Des polos 100% made in France

S'est ensuite posée la question : que faire avec 100 kilos de fibre de coton ? "Nous avions le choix entre les vendre aux acteurs du Made in France ou développer notre propre marque ?" Le choix des trois Montréalais s'est porté vers la deuxième option, puisqu'ils ont créé la marque de vêtements Jean Fil qui propose des polos entièrement réalisés en France.

"Le coton qu'on récolte est filé dans les Vosges chez Valrupt-Industries, il est ensuite tricoté et teint à Troyes chez Aube Tricotage et France teinture. Les polos sont ensuite confectionnés Chanteclair et brodés chez Sobrofi-Sérimar, toujours à Troyes et ses environs", explique Yohan de Wit,

Jean Fil

Les polos seront en pré-commande à partir du 10 août sur le site de la marque Jean Fil (Crédits : Jean Fil)

Environ une centaine de polos seront en pré-commande sur le site de la marque à partir du 10 août et fabriqués dès le début septembre prochain. Ils seront vendus à 120 euros l'unité TTC. Un prix "raisonnable pour du made in France" selon Yohan de Wit.

"Un polo de la marque Lacoste coûte environ le même prix sachant que nous avons les mêmes partenaires", justifie-t-il.

Un investissement de 30 000 euros

La quantité de polos disponible repose bien évidemment sur la qualité et la quantité de la récolte qui eux dépendent entièrement du climat. "Dans le Sud-Ouest on a un très gros avantage puisque on a des orages réguliers qui font qu'on a pas eu besoin d'arroser le coton", se réjouit Yohan de Wit. En tout, les trois fondateurs de Jean Fil ont investit près de 30 000 euros dans leur plantation.

"Cette année, cette somme va être très difficile à rentabiliser. De plus on a un polo qui nous coûte très cher à produire. Elle sera rentabilisée dans les années à venir en augmentant la quantité de polos produits."

Par ailleurs, afin de grossir leur volume de production, les trois associés ont doublé la surface du champ de coton qu'ils exploitent faisant passer celle-ci de 2 à 4 hectares. Leur but : semer toujours plus de coton et développer leur gamme de produits pour proposer à l'avenir "des t-shirts ou des pantalons..."

"Aujourd'hui le produit phare reste le polo et au vu des quantités de coton que nous avons, on ne peut pas se permettre de faire plusieurs produits. L'année prochaine et si le climat nous le permet nous essayerons d'en développer d'autres", se projette le co-fondateur de Jean Fil.

Le prévisionnel des ventes et du chiffre d'affaires est quelque chose qu'ils ne "peuvent pas prédire" puisqu'ils reposent entièrement sur le climat.

"Nous sommes différents des autres fabricants de vêtements qui achètent leur coton en Espagne, en Grèce ou en Chine."

Une chose est sûre, la prochaine production est déjà en cours et devrait être récoltée au printemps prochain.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/11/2018 à 13:41 :
bravo pour ces jeunes agriculteurs.En réponse à matins calmes pourquoi ne ferait il pas aussi que la marque lacoste qui applique sa griffe sur des vetements fabriqués loin de la france .Ces polos auront au moins le mérite de faire travailler les entreprises françaisesAlors 120 euros pour eux oui
a écrit le 06/09/2018 à 11:21 :
vivement intéréssé par cette initiative j'aimerais savoir comment vous pouvez trouver une filature qui accepte de filer 100 kg de fibre rien que pour vous , quel type de fil (Open end ?) quel ticotage ( tubulaire ou coupé cousu..)
Vous annoncez un rendement de début de 100 kg de fibre (ou graine ?,) pour 2 hectares plantés ? ordinairement on se base sur un rendement ( en Afrique de l'Ouest) 'environ 1 tonne de coton graine/hectare.
OK vous débutez mais il en va de la crédibilité de votre projet car ce qui parraitrait plus original serait de vous orienter sur un coton biologique dont les productions sont plus rentables et moins nombreuses..
Je suis intéréréssé par votre expérience car je suis par ailleurs impliqué dans la valorisation du coton bio en Afrique et que j'avais a lutter contre les OGM de Monsanto.
Heureusement, depuis 2 ans Monsanto a été bouté hors du Burkina et de l'Afrique de ;l'Ouest et on peut à nouveau produire du coton bio (mais il faut 3 ans pour ètre certifié..)
Je repart dans 15 jours en Afrique et votre expérience peut valoir d'exemple car j'ai des contacts avec des partenaires locaux qui ont l'ambition de réalise localement des T'Shirt en coton bio..
je me propose de vous visiter à Montéal durant les vacances de Toussaint, ayant de la famille dans le Gers impliquée dans la perma culture Bio
Bibus
Ingénieur Textiles
a écrit le 20/08/2018 à 5:25 :
120 euros le polo. Je ne sais pas qui les conseille, mais j'ai comme un doute.
Vouloir rivaliser avec lacoste, hum.....
Réponse de le 22/08/2018 à 12:20 :
120euros TTC = 100€ HT
ensuite ils produisent seulement 100 kg de cotons sont prduits, de plus imaginez qu'ils faut payer les intermédiraire + le transport :
"Le coton qu'on récolte est filé dans les Vosges chez Valrupt-Industries, il est ensuite tricoté et teint à Troyes chez Aube Tricotage et France teinture. Les polos sont ensuite confectionnés Chanteclair et brodés chez Sobrofi-Sérimar, toujours à Troyes et ses environs"

Donc a mon avis meme a ce prix ils sont pas rentable. de plus c'est 100% made in france contrairement a des polo Lacoste ou The kooples ou encore Ralph Lauren vendues entre 80€ et 120€

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :