Orange, le maillot jaune des coulisses du Tour de France

 |   |  746  mots
Henri Terreaux, à droite de l'image, dirige une équipe d'une cinquantaine de techniciens d'Orange tout au long du Tour de France.
Henri Terreaux, à droite de l'image, dirige une équipe d'une cinquantaine de techniciens d'Orange tout au long du Tour de France. (Crédits : Pierrick Merlet)
L’édition 2018 de la compétition de cyclisme la plus regardée au monde s’achèvera dimanche 29 juillet à Paris. Au delà d’être une épreuve sportive mythique, le Tour de France est également une prouesse technologique, qui demande une organisation minutieuse entre les centaines de techniciens qui suivent ou précédent le convoi des coureurs. L’opérateur Orange est notamment l’un de ces acteurs principaux en coulisses, avec des dizaines d’agents qui installent et désinstallent des kilomètres de câbles pour assurer une connexion internet et la mise à disposition de lignes téléphoniques. Reportage.

En terme d'audiences, seuls les Jeux Olympiques d'été et la Coupe du Monde de football font mieux. Le Tour de France de cyclisme est une épreuve sportive unique en son genre, notamment par sa difficulté, mais aussi pour le lot de stars qu'elle attire chaque année, au mois de juillet, sur les routes de l'Hexagone. Au delà de cet aspect sportif, le Tour de France impressionne par son côté logistique et organisationnel. En effet, à chaque étape, ce sont pas moins de 4 500 personnes qui se déplacent avec la course, avec des installations techniques à installer et désinstaller dans chaque ville étape.

Parmi les "suiveurs", l'opérateur de télécommunication français Orange compte une cinquantaine de techniciens. Moins connu pour son rôle sur le Tour que le diffuseur historique France Télévisions, l'entreprise présidée par Stéphane Richard occupe pourtant un rôle majeur.

Lors de chaque arrêt du convoi dans une ville ou sur un site, les jours d'étapes, ce sont bien les équipes de l'opérateur qui fournissent aux journalistes, aux organisateurs et aux équipes des coureurs l'accès au réseau internet et une couverture téléphonique, tout cela avec du matériel mobile et provisoire. Il faut ajouter à ces principales missions, l'installation et la maintenance des sept caméras de vidéo-surveillance installées dans chaque ville étape, mais également la transmission des images par satellite au diffuseur de l'épreuve via la filiale Globecast d'Orange.

Orange sur le Tour de France

Le système de visioconférence est mis en place par Orange à chaque arrivée. / Crédits Pierrick Merlet

"J'ai connu le Tour de France sans le réseau internet, ni les téléphones mobiles. Maintenant, tout est relié à la fibre optique. Les médias, les prestataires, les diffuseurs et les organisateurs transfèrent toutes leurs données grâce à cette technologie", raconte Henri Terreaux, le directeur technique des équipes d'Orange qui oeuvrent tout au long des trois semaines de la compétition et ses 3 351 kilomètres.

150 véhicules reliés au camion central

Au total, les dizaines de salariés de l'opérateur qui a réalisé un chiffre d'affaires de 41 milliards d'euros en 2017 déploient jusqu'à la ligne d'arrivée pas moins de 220 kilomètres de fibre optique pour assurer le bon déroulement de la course. Mais chaque jour, dès 5 heures du matin, dans la zone technique de la ville d'arrivée, ce sont pas moins de 25 kilomètres de câble qui sont déployés par les équipes d'Orange, qui peuvent être soutenu par environ 450 autres techniciens à distance.

Orange sur le Tour de France

Près de 500 lignes téléphoniques temporaires sont installées chaque jour. / Crédits Pierrick Merlet

Pour déplacer un tel dispositif sur le Tour, Orange dispose de quatre semi-remorques dont un de secours, qui emportent avec eux environ 12 tonnes de matériel. Un camion sert de central téléphonique, un autre est utilisé pour accueillir la conférence de presse et sa technologie de visioconférence reliée à la salle de presse et enfin un camion dit "central". Pourquoi ce terme ? "Car c'est par lui que passent toutes les données de la course", explique Henri Terreaux. En effet, les 150 camions qui composent la zone technique, étalée sur 8 000 m2, sont tous reliés techniquement à ce camion central et notamment les 500 lignes téléphoniques temporaires et le réseau de la fibre optique. En amont de l'installation d'un tel dispositif, un important repérage est effectué.

Orange sur le Tour de France

À l'intérieur du camion central. / Crédits Pierrick Merlet

"Dès le mois d'octobre de chaque année, on part avec la direction du Tour de France dans les villes susceptibles d'accueillir une étape de l'épreuve, pour y effectuer des repérages et imaginer l'organisation du dispositif de la zone technique cas par cas. Il faut savoir que c'est très compliqué de trouver des lieux adaptés à chaque fois car le Tour de France c'est comme une petite ville qui se déplace chaque jour. Par conséquent, je connais déjà le parcours de l'épreuve en 2019 et la moitié de celui de 2020", avoue le chef des équipes de l'opérateur qui s'est lancé dans l'activité bancaire il y a quelques mois.

Peut-être que c'est l'équipe britannique Sky qui domine la course sur le plan sportif, mais en coulisses, c'est bien Orange qui donne le tempo.

Lire aussi : Tour de France : une aubaine économique pour Blagnac ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :