La CCI de Toulouse doit se serrer la ceinture

 |   |  450  mots
Le président de la CCI Toulouse doit faire face à une baisse de deux millions dans son budget.
Le président de la CCI Toulouse doit faire face à une baisse de deux millions dans son budget. (Crédits : Lydie Lecarpentier)
Face à une baisse de son budget de deux millions d’euros pour l’année 2018 en raison d’une coupe dans les recettes fiscales, la CCI de Toulouse doit se réorganiser. Son président, Philippe Robardey, a promis lors de ses vœux à la presse jeudi 18 janvier "le moins de casse sociale possible". Dans le même temps, il a réaffirmé sa position sur l’aéroport de Toulouse et la desserte directe de celui-ci par le métro dans l’avenir.

La pilule a du mal à passer et pourtant, la Chambre de commerce et de l'industrie de Toulouse et son président, Philippe Robardey vont devoir faire avec. En fin d'année 2017, le gouvernement a décidé de réduire le budget alloué aux CCI de 150 millions d'euros dès 2018, en abaissant de 17 % la taxe pour frais de chambre (TFC). La conséquence directe à Toulouse ? Une baisse de deux millions d'euros dans le budget de la CCIT pour l'année qui vient de débuter.

"Il y aura le moins de casse sociale possible dans notre PME de 138 salariés. Nous allons faire appel à l'intelligence individuelle et collective pour continuer à accompagner nos entreprises de la même manière, avec moins de moyens", a promis Philippe Robardey lors de ses vœux à la presse jeudi 18 janvier.

Le président de l'institution entend désormais agir et ne pas dramatiser la situation, la décision étant prise, il est impossible de revenir en arrière. Le dirigeant compte sur la transversalité et la réorganisation des process pour faire des économies. "Je préfère faire ça sur un territoire dynamique, avec une forte croissance économique et qui créé de l'emploi comme la Haute-Garonne, qu'ailleurs", a-t-il conclut.

"Des progrès à faire dans la gouvernance de l'aéroport"

La solution pourrait-elle venir de l'aéroport de Toulouse ? En effet, la CCI de Toulouse étant actionnaire à 25 %, elle pourrait toucher à l'avenir des dividendes provenant d'une entreprise qui a connu une forte croissance de son activité en 2017. "L'aéroport peut nous apporter des recettes supplémentaires", a simplement confirmé le dirigeant.

Concernant ce dossier, Philippe Robardey s'est montré bien moins offensif que l'ont été les autres actionnaires locaux de l'aéroport (Département, Région et Toulouse Métropole) ces derniers jours. Il n'a évoqué que très brièvement le risque d'une privatisation totale de l'aéroport en avril prochain, se concentrant plutôt sur les changements au sein de la direction de l'aéroport qui auront lieu dans les semaines à venir.

"C'est une belle entreprise portée par certains projets. Seulement, il y a des progrès à faire sur la gouvernance. Entre Casil Europe et nous, ce qui nous sépare c'est la vision sur la gouvernance. Il ne faut pas mélanger les rôles d'actionnaire, du conseil de surveillance et du directoire", a tenu à mettre en garde Philippe Robardey.

Par ailleurs, il rappelé fermement sa position concernant la desserte de l'aéroport : "il faut la desserte directe de l'aéroport, sans rupture de charge, par la future troisième ligne de métro". Pour l'instant, Tisséo prévoit un tramway express de la future station Jean Maga à l'aéroport. Affaire à suivre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/01/2018 à 15:13 :
Bizarre ! vous avez dit Bizarre ? On s'acharne à vendre l'aéroport aux chinois en leur donnant la majorité absolue et on est heureux parce que les 25% qu'il reste à la CCI vont lui permettre de toucher des dividendes qui vont l'aider à se sortir d'affaire financièrement ! Cherchons l'erreur !
a écrit le 19/01/2018 à 20:19 :
Certes une grosse baisse de budget , mais depuis juillet 2015, c'est la CCi qui renouvelle les attestations et cartes pro pour tout l'immobilier et ce n'est pas gratuit!
Une manne financière que, j'imagine, le gouvernement a voulu récupérer en partie.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :