Airbus fait voler pour la première fois des ailes laminaires en fibre de carbone

 |   |  282  mots
Premier vol d'essai du projet Blade ce mardi 26 septembre.
Premier vol d'essai du projet Blade ce mardi 26 septembre. (Crédits : Rémi Benoit)
Premier vol réussi ce mardi 26 septembre à Toulouse pour le démonstrateur d'essai européen Blade. Ce projet vise à tester des voilures d'un nouveau genre pour limiter les turbulences et réduire la consommation de carburant.

C'est peut-être un premier pas vers l'avion du futur. Airbus a fait voler ce mardi 26 septembre entre Tarbes et Toulouse un avion A340 équipé de voilures laminaires. Composées de fibres de carbone, les extrémités de ces ailes d'un nouveau genre ont une surface totalement lisse et une inclinaison différente par rapport au fuselage de l'avion qui font diminuer la résistance à l'air et les turbulences. "Nous allons réduire de 50% les frottements au niveau de la voilure et de 8% la traînée de l'avion. Comme nous volons moins vite avec, nous escomptons réduire la consommation de carburant (de 5% pour un vol court-courrier) ", avance Charles Champion, président d'Airbus Operations SAS.

airbus blade

L'extrémité de l'aile a une inclinaison de 20° par rapport au fuselage de l'avion (Crédit : Rémi Benoit).

L'avion a également été équipé de caméras thermiques pour surveiller le comportement des ailes en vol.

"150 heures de tests en vol sont prévues via deux campagnes d'essais : la première va se dérouler jusqu'à la fin de l'année 2017. La seconde au cours de l'année 2018. Dans cette deuxième phase, nous allons tester les ailes laminaires face à des aléas (moustiques, conditions météo moins favorables, usure)", explique Daniel Kierbel, chef du projet.

Baptisé Blade (pour Breakthrough Laminor Aircraft Demonstrator in Europe), ce démonstrateur d'essai s'inscrit dans le cadre du programme de recherche européen Cleansky visant à réduire le bruit et la consommation de carburant des avions. Le projet Blade a demandé un investissement de 190 millions d'euros via une vintgtaine de partenaires industriels et le soutien de la Commission européenne (Airbus en finance la moitié avec 80 millions investis).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/12/2017 à 10:27 :
Bien , j'avoue que cela vas dans le bon sens , l'avion dû future commance par des recherche et des essais de concepte novateurs... Nous devons trouver les pistes de devellopement future, afin de concevoir les avions de demain, que ce soit pour les voilures, la motorisation et autres....
L'énergie étant chaque jours plus chere et polluante, nous devons favoriser les messures dè devellopement economique....
a écrit le 29/09/2017 à 21:15 :
toujours plus fort !!! extraordinaires chercheurs,,, bravo que de choses sont encore à découvrir !!! magnifique !!!
un ancien pilote de 72 ans
Bravo l'Europe !!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :