Barrage de Sivens, Ségolène Royal recevra à Paris les acteurs du dossier

 |  | 391 mots
Lecture 2 min.
© photo Rémi Benoit
© photo Rémi Benoit
La ministre de l'Écologie recevra à Paris les acteurs du dossier du barrage de Sivens, mardi 4 novembre. Peu loquace sur le sujet la semaine dernière, Ségolène Royal a estimé hier dimanche que la décision de construire le barrage relève d'une "erreur d'appréciation". Alors que Thierry Carcenac s'en est remis à l'État pour prendre une décision sur l'avenir du chantier, la ministre dit ne pas vouloir "se substituer" au Conseil général du Tarn, maître d'ouvrage. Demain, une décision devra être prise.

 C'est à Paris que le dossier du barrage de Sivens, dans le Tarn, pourrait trouver une issue. Demain, en effet, les acteurs du dossier sont convoqués au 244 boulevard Saint-Germain ( juste à coté du ministère de l'Écologie) par Ségolène Royal afin de trouver une sortie de crise à ce dossier qui s'envenime de jour en jour.

Le maître d'ouvrage du barrage, le président socialiste du Conseil général du Tarn Thierry Carcenac fera ainsi le déplacement, accompagné de Stéphane Mathieu, l'ingénieur en charge de l'Eau au Département. Laurent Bergeot, directeur général de l'agence de l'eau Adour Garonne (qui finance le projet à hauteur de 50 %) participera à cette réunion, de même que Martin Malvy, président PS du Conseil régional.

Le député socialiste de la 2e circonscription du Tarn Jacques Valax, favorable à un barrage "amélioré", devrait également faire le déplacement. Nicolas Forray et Pierre Rathouis, les deux experts mandatés par Ségolène Royal pour écrire un rapport sur le barrage assisteront à cette réunion. Le préfet du Tarn Thierry Gentilhomme sera présent. "Des représentants d'associations et de la profession agricole sont invités" indique le Ministère sans plus de précision. Personne en revanche ne représentera la CACG, la Compagnie d'aménagement des coteaux de Gascogne, qui a réalisé l'étude d'impact du barrage et intervient comme maître d'œuvre sur le chantier : "nous ne sommes pas conviés, car nous ne sommes pas décisionnaires sur ce dossier", avance le service presse.

Patate chaude

Se dirige-t-on vers l'arrêt du projet ? Peu loquace sur le sujet la semaine dernière, Ségolène Royal a estimé hier dimanche que la décision de construire le barrage relève d'une "erreur d'appréciation". "Aujourd'hui, une décision de construction d'un ouvrage tel que celui-ci ne serait plus possible", a-t-elle affirmé lors du Grand Rendez-vous LeMonde / iTélé / Europe 1. Des propos tenus moins de deux jours avant la réunion de crise très attendue.

Pour autant, pas question pour elle de décider seule de l'issue du dossier. De son côté, Thierry Carcenac s'en est remis à l'État pour trancher, la ministre dit ne pas vouloir "se substituer" au Conseil général du Tarn, maître d'ouvrage.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :