Anie, le Tinder de l’apprentissage et de l’emploi

 |   |  737  mots
Anie sera disponible à partir du 30 avril.
Anie sera disponible à partir du 30 avril. (Crédits : Bizness)
À l’occasion du salon TAF à Toulouse, dédié à l’emploi, la Région Occitanie a présenté l’application Anie, un outil numérique qui doit faciliter les relations entre les entreprises et les candidats à l’apprentissage. Conçue par l’entreprise toulousaine Bizness, Anie est notamment composée du simulateur SkillGym, une technologie à base d’intelligence artificielle. L’application sera lancée le 30 avril sur smartphone et tablette.

"Sans réseau et sans relation, c'est difficile aujourd'hui de trouver un stage, un contrat d'apprentissage ou un emploi. Anie va permettre de restaurer une certaine égalité des chances", lance Bruno Sola, fondateur de l'entreprise toulousaine Bizness. Conçue par cette dernière pour la Région Occitanie, l'application numérique Anie doit permettre de faciliter les relations entre les entreprises et les candidats à l'apprentissage.

Par quel procédé ? Le "matching", une technique rendue célèbre grâce aux applications de rencontres amoureuses qui ont émergé ces dernières années comme Tinder, connue mondialement. Dans ces applications, chaque utilisateur doit rentrer sa description personnelle et ses critères de recherche. Quand deux profils "matchent", c'est-à-dire se correspondent mutuellement selon ce que chacun recherche après une première sélection faite par un algorithme, ils sont mis en relation directe.

C'est bien grâce à cette méthode que l'entreprise toulousaine Bizness et la Région Occitanie comptent aider les jeunes à trouver un contrat d'apprentissage dans la région, et notamment pour les 1 500 qui chaque année ne parviennent pas à trouver un contrat pour faire leur formation. Mais au total, l'Occitanie compte annuellement pas moins de 34 000 apprentis et c'est l'ensemble de ce public qui pourra bénéficier gratuitement de cette application disponible sur smartphone et tablette.

"L'objectif est de faire d'Anie un véritable assistant des apprentis ou futurs apprentis en facilitant la mise en relation entre le candidat et l'entreprise. L'application proposera donc aux candidats des offres qui correspondent à leur profil et à leurs besoins et l'entreprise aura à disposition des candidats qui ont les compétences recherchées", détaille Bruno Sola.

Un simulateur pour définir son profil

Comment ça marche ? Avant d'accéder à ce service innovant, l'entreprise, comme le candidat, doivent chacun créer leur profil ou leur "CV numérique" en quelque sorte. Si établir son profil reste assez classique pour les entreprises, pour les candidats, l'inscription est plutôt atypique. Tout d'abord, il n'est pas nécessaire d'y déposer son CV, l'application demandera à son utilisateur d'entrer ses diplômes, les langues qu'il maitrise et éventuellement ses expériences professionnelles. Ensuite, place à SkillGym, un simulateur basé sur la technologie du chatbot équipé d'intelligence artificielle.

"Grâce à ce simulateur, on va proposer au candidat différentes mises en situation, pas forcément en lien avec le monde du travail, afin de trouver ses aptitudes. Ses choix et son comportement permettront ainsi de définir son profil", explique Bruno Sola.

À l'issue de ce test d'une durée de 20 à 30 minutes, limité à trois fois, le simulateur SkillGym proposera cinq types de profil différents en conclusion : réactif, proactif, actif, persévérant ou autonome. Pour chacun, l'application Anie expliquera au candidat le profil en question et lui conseillera ce qu'il faut améliorer et quels sont les points qui doivent être mise en avant auprès des entreprises.

Selon le profil du candidat, l'application numérique lui proposera ensuite des offres qui correspondent à ses aptitudes et ses qualités, des offres d'apprentissages rentrées au préalable par les entreprises dans l'application. En cas d'un "match" entre un candidat et une entreprise, Anie met alors en relation directe les deux protagonistes par mail, soit par téléphone ou via un tchat. "Nous pouvons parler de jobmatching", ajoute le dirigeant de Bizness.

Lire aussi : Un simulateur d'entretien d'embauche conçu par le Toulousain Bizness

Encore quelques semaines d'attente

En plus de la possibilité de matcher, Anie proposera des contenus d'informations aux entreprises et aux candidats grâce à son chatbot pour connaître par exemple les aides financières à destination des sociétés dans le cadre de l'apprentissage ou bien les différents accompagnements dont peut bénéficier le candidat. Ce dernier aura également accès à des contenus de formation comme "comment rédiger sa lettre de motivation ou son CV" ou "comment montrer sa motivation lors d'un entretien". Mais l'application Anie n'est pas encore disponible.

Anie, le Tinder de l'apprentissage

Le chatbot permet d'échanger virtuellement avec l'application. / Crédits Bizness

"Dans un premier temps, nous devons accumuler un maximum de profils d'apprentis et d'offres venant des entreprises pour que l'application soit efficace dès son lancement. L'application est donc pour l'instant disponible en web app afin que les candidats et les entreprises puissent s'inscrire", précise Bruno Sola.

Anie sera disponible sur Android et IOS à partir du 30 avril et le "jobmatching" pourra alors débuter.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/03/2018 à 19:21 :
le tinder de l'emploi? a defaut de travailler on peut copuler?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :