Idex : l'université de Toulouse présente son bilan à l'ANR

 |   |  550  mots
Les locaux de l'Université fédérale de Toulouse.
Les locaux de l'Université fédérale de Toulouse. (Crédits : Mairie de Toulouse)
Trois ans après le lancement de l'Idex (Initiative d'Excellence) à Toulouse, l'université fédérale présente sa copie à l'Agence nationale de la recherche. En jeu, la poursuite de ce programme de financement doté de 25 millions d'euros par an destiné à améliorer les performances de l'université toulousaine.

Le rapport est consultable en ligne : 74 pages de bilan sur les actions entreprises par l'Université fédérale de Toulouse depuis la signature de l'Idex en juillet 2013. Regroupement des 24 établissements toulousains d'enseignement et de recherche en une structure fédérale, restructuration des campus, constitution de nouvelles plateformes de recherche, nouvelles approches pédagogiques, l'université s'était engagé à mettre en place 22 programmes en trois ans.

"Aujourd'hui, la trajectoire du projet Idex a atteint le point prévu dans notre projet et les réalisations sont pratiquement à 100 % conformes aux objectifs de la convention signée avec le Commissariat général à l'investissement (CGI)", estime l'Université.

Le classement de Shanghai refusant de prendre en compte les universités fédérales, l'UFT ne figure pas dans l'édition 2015, mais l'université Paul Sabatier y pointe à la 237e place et la Toulouse Shool of Economics à la 253e.

Dans son rapport, l'UFT rappelle cependant qu'une simulation de l'Observatoire de Paris la place au 99e rang mondial. Une bonne nouvelle pour l'université toulousaine dont l'ambition est de figurer à l'horizon 2022 "parmi les 100 meilleures universités au monde par la qualité de sa recherche et de sa formation et le rôle moteur qu'elle jouera dans l'innovation et la création de valeur".

Pour atteindre cet objectif, l'UFT mise sur la pluridisciplinarité qui la caractérise et souhaite s'inspirer de l'université d'État de Pennsylvanie (60e au classement de Shanghai), dont les caractéristiques sont similaires. "La structuration autour d'instituts interdisciplinaires nous paraît constituer une marque commune de nos stratégies pour atteindre le meilleur niveau international", constate l'université toulousaine.

À quoi ont servi les 25 millions d'euros par an ?

25 millions d'euros par an en moyenne ont été attribués à l'université fédérale de Toulouse en trois ans. Ces crédits ont permis de financer de nombreuses actions. Parmi elles, 71 projets de recherche d'excellence sur un total de près de 600 projets soumis en trois ans. En dehors des chaires (place dont le titulaire est un professeur, NDLR) créées dans les sept laboratoires d'excellence toulousains (Labex), 18 chaires ont été mises en œuvre en trois ans, ce qui a permis d'attirer à Toulouse des enseignants provenant d'établissements "classés dans le top 200 du classement de...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :