Les intentions d'embauche explosent en Occitanie

 |   |  594  mots
La région Occitanie doit faire face à une saisonnalité importante de ses emplois.
La région Occitanie doit faire face à une saisonnalité importante de ses emplois. (Crédits : Eric Gaillard)
La branche régionale du Pôle Emploi a dévoilé, mardi 16 avril, les résultats de son enquête sur les besoins en main-d'oeuvre sur l'année 2019. L'organisme constate une augmentation de plus de 10 % des intentions d'embauche sur l'année en cours par rapport à 2018 pour les entreprises occitanes. Néanmoins, les difficultés de recrutements sont de plus en plus importantes en Occitanie.

Un atout pour le territoire ? Un exploit ? Anecdotique ? Quoi qu'il en soit, la région Occitanie concentre pas moins de 10 % des intentions d'embauche de tout l'Hexagone, pour l'année 2019. C'est ce que révèle l'enquête annuelle sur les besoins en main-d'œuvre effectuée par le Pôle Emploi au niveau régional et national en questionnant les entreprises dont les résultats ont été dévoilés mardi 16 avril. Ainsi, en Occitanie, pas moins de 255 900 embauches sont prévues cette année. Ce qui représente une croissance de + 13,4 % par rapport à l'année précédente (soit 30 160 projets de recrutements supplémentaires).

"D'après notre enquête, trois entreprises sur dix prévoient de recruter en 2019, un taux que nous n'avons jamais atteint ! Il faut également noter que 56 % de ces intentions sont programmées dans les entreprises de moins de 10 salariés, autrement dit les TPE", se réjouit Pierre Brossier, le directeur des statistiques au sein du Pôle Emploi Occitanie.

Cela annonce des mois positifs pour le taux de chômage de la région. Pour rappel, ce territoire accueillant pas loin de 50 000 nouveaux habitants chaque année, dont 25 000 actifs, est dans l'obligation de créer un nombre d'emplois équivalent pour éviter de voir son taux de chômage augmenter. Actuellement à 10,3 % en Occitanie, soit le second des régions de France, la direction régionale espère voir ce chiffre descendre en dessous de la barre des 10 % en fin d'année 2019, voire début 2020.

Les services dominent

Et là où les demandeurs d'emplois devront principalement se tourner, ce sont les services. À eux seuls, ils représentent environ 60 % des intentions d'embauche de l'Occitanie sur l'année 2019.

Plus particulièrement, Pôle Emploi estime les besoins d'apprentis et d'employés polyvalents de cuisine dans la région à 9 820 emplois, ainsi que 6 400 nouveaux postes de cuisiniers. Autre exemple et autre secteur qui recrute énormément d'année en année, l'institution estime qu'il y aura 5 400 postes d'aides-soignants à pourvoir en Occitanie. De leur côté, les chauffeurs routiers et livreurs représentent 5 000 emplois qui vont naître. Enfin, 4 000 postes d'ingénieurs et responsables informatiques devraient être créés sur le territoire régional cette année.

Un emploi créé sur trois sera un CDI

Malgré ces besoins de main-d'œuvre colossaux, qui ne vont pas diminuer l'attractivité de la région et des métropoles de Toulouse et Montpellier, les difficultés de recrutement se font de plus en plus ressentir. Sur les près de 266 000 projets de recrutements, les employeurs ont déclaré via l'enquête que 45 % d'entre-eux seraient difficiles à réaliser. Un chiffre en hausse de + 7,8 % par rapport à 2018 et...+ 15 % depuis 2015. En cause ? Une pénurie de candidats ou des profils inappropriés. Pour tenter d'enrayer ce phénomène, pas moins de 470 conseillers Pôle Emploi dédiés aux entreprises avec un suivi individuel pour chaque entreprise.

Autre revers de la médaille, la saisonnalité. La région Occitanie, qui vit énormément de l'agriculture et du tourisme, après l'aéronautique, a par conséquent énormément d'emplois et intentions d'embauches qui sont saisonniers. Par conséquent, selon l'enquête, 46 % des projets de recrutements sont liés à une activité saisonnière.

"Néanmoins, ce chiffre connaît depuis quelques années une tendance à la baisse, signe que l'activité économique devient de plus en plus pérenne et que les emplois non saisonniers se développent plus rapidement que ceux saisonniers", analyse Serge Lemaître, directeur régional du Pôle Emploi.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :