Avec Icone, un complexe de 10.000m2 dédié au esport va voir le jour à Toulouse

Porté par le promoteur immobilier toulousain Edelis, le futur complexe sport de Toulouse accueillera sur 10.000 m2 une arène de jeux, une école de gaming, un lieu de séminaire ou encore des simulateurs. Prévu initialement pour la fin 2022, l'installation devrait ouvrir ses portes en 2024.

4 mn

Le futur complexe esport de Toulouse accueillera sur 10.000 m2 une arène de jeux, une école de gaming et un lieu de séminaire.
Le futur complexe esport de Toulouse accueillera sur 10.000 m2 une arène de jeux, une école de gaming et un lieu de séminaire. (Crédits : Stakrn)

Construire un complexe géant entièrement dédié à la pratique du esport (ou sport en ligne) à Toulouse, c'est le projet projet porté par Boris Bergerot, président de la société Stakrn.

Arène de jeux, école de gaming et lieu de séminaire

Au sein de ce complexe de 10.000 m2 et 60 mètres de diamètre, plusieurs acteurs du esport et de la réalité virtuelle seront réunis. L'Europe est en train de s'emparer de ce secteur attractif et nouveau avec la construction d'arènes ou arena de jeux comme par exemple en Allemagne. Hervé le Dain, le directeur délégué d'Edelis Immobilier, reconnait que ces structures déjà existantes pourraient inspirer celle qui verra le jour en Occitanie et dont il a la charge sa construction. Ce complexe sera conçu pour être intergénérationnel, ludique et formateur. Il accueillera autant de joueurs, de passionnés que de curieux. Dans le projet initial présenté en 2019 et qui faisait partie des 15 lauréats du concours urbanistique Dessine-moi Toulouse porté par Toulouse Métropole, l'équipe parlait alors d'un grand espace de loisirs, d'hébergements de tourisme, d'un espace consacré au tertiaire et quelques commerces.

Lire aussi 4 mnDessine-moi Toulouse : qui sont les 15 lauréats ?

Même si les détails du projet ne sont pas encore définitifs, quelques idées surgissent déjà comme des courses de drones en réalité augmentée, un simulateur de Formule 1 ou encore une école proposant des formations aux métiers du esport et à la pratique du jeu vidéo. Un espace aménagé pour les personnes en situation de handicap devrait aussi voir le jour. Sans oublier un lieu dédié aux entreprises qui sera mis à disposition pour des conventions, séminaires ou lancement de produits.

Un lieu encore tenu secret

Initialement prévu à la sortie du métro Argoulets, le projet n'a finalement pas pu finalement se réaliser dans ce quartier en raison d'un désaccord avec Tisseo portant sur des contraintes techniques. Le projet a été bloqué pendant un temps mais Toulouse Métropole restait convaincu de l'intérêt de ce complexe.

"Nous avons donc rebondi et recherché un site qui pouvait correspondre à nos attentes en retrouvant cette ambiance des Argoulets", affirme Hervé le Dain. Depuis le mois de septembre, un site idéal aurait été trouvé par Toulouse Métropole et le promoteur dans un quartier en transformation urbaine. "Le dossier a bien avancé, nous avons les plans, la volumétrie et tout ce qu'il faut pour construire ce projet", annonce le promoteur. Le lieu reste encore confidentiel, jusqu'à ce que l'accord définitif soit acté, au mois de février normalement. Par rapport au projet, des changements dans l'architecture du complexe pourraient intervenir même si "l'idée de base reste la même", confirme le promoteur toulousain.

Succès grandissant du esport

Lors de la présentation initiale du projet, le n°1 de Stakrn avait affiché l'engagement de dizaines de partenaires. "Il y a des investisseurs aux États-Unis (SportVest) et en Angleterre. Nous avons aussi Randstad, le leader mondial de l'intérim et NEADForSEAT, qui est l'un des leaders mondiaux dans la fabrication de fauteuils pour gameurs. Puis sept équipes eSports de renommée française ou européenne comme la Team 3DMAX, la Team Gameward, ou la Team VirtualDrivers by TX3 nous soutiennent", argumentait Boris Bergerot en 2019.

Lire aussi 4 mnLe premier centre esport d'Occitanie se lance à Toulouse

Aujourd'hui, le promoteur reconnaît que certains partenaires ont pris la décision de quitter l'aventure en raison du rallongement des délais mais "une majorité continue à nous soutenir dans ce projet ambitieux", souligne Hervé le Dain.

Entre temps, le succès grandissant pour le esport ne s'est pas démentie. L'industrie du jeu vidéo pèse 2,7 milliards d'euros par an en France, soit deux fois plus que le cinéma selon une étude SuperData. En France, les revenus générés par ce secteur atteignent les 26 millions de dollars en 2017, et continuent de croître à un rythme d'environ 14% par an.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.