Aéroport Toulouse-Francazal : neuf millions d'euros pour intensifier la mue de l'ancienne base militaire

L'ancienne base militaire de l'aéroport Toulouse-Francazal poursuit sa mue et est en train de devenir un lieu clé pour les transports décarbonés. Après un premier plan d'investissement de 12 millions d'euros pour rénover les "taxiways" et les hangars, la plateforme lance une deuxième tranche de travaux de 9 millions d'euros d'ici 2024. Objectif : étendre les capacités de parking des avions, construire un hangar pour l'aviation d'affaires et créer un restaurant.

5 mn

Installé depuis dix ans à Francazal, Airplane connaît des taux de croissance à deux chiffres.
Installé depuis dix ans à Francazal, Airplane connaît des taux de croissance à deux chiffres. (Crédits : Rémi Benoit)

On le sait peu mais la base aérienne de Francazal (née en 1911) a été la première à voir le jour en France. Un site qui s'étend sur 280 hectares, à cheval sur les communes de Cugnaux, Portet-sur-Garonne et Toulouse.

Plus d'un siècle plus tard, la zone aéroportuaire a bien changé. En 2013, SNC Lavalin, en partenariat avec la CCI et l'aéroport Toulouse-Blagnac signent avec l'État une concession de 45 ans pour le site de Francazal avec l'objectif de créer 1.000 emplois et "développer l'aviation d'affaires, la défense et les activités aéro-industrielles, afin de conforter Toulouse dans sa position de capitale mondiale de l'aéronautique". En 2017, la société Edeis reprend les actifs de SNC-Lavalin dans la société d'exploitation de Toulouse Francazal Aéroport (Setfa) et la gestion de 18 aéroports en France. Dans la foulée, un premier plan d'investissement de 12 millions d'euros est engagé. Au programme : aménagement de l'aérogare, implantation des stations de lavage et de carburant, des pré-requis pour que des entreprises aéro-industrielles viennent s'installer à Francazal. Des "taxiways" (voies de circulation pour les avions d'un aérodrome, NDLR) et des travaux d'étanchéité sont également réalisés dans les hangars.

Une trentaine de sociétés et près de 400 emplois implantés

Des efforts qui commencent à payer. Le constructeur mondial d'avions à hélices ATR y a implanté un centre de maintenance, puis sont arrivés le concepteur de navettes sans chauffeur Easymile et la société californienne Hyperloop TT pour y développer son nouveau mode de transport futuriste. Plus récemment, Francazal a vu s'installer le constructeur Aura Aéro qui planche sur un avion électrique de 19 places, l'adepte de l'avion hybride Ascendance Flight Technologies, Airseas et son aile destinée à diminuer la consommation des navires, etc.

"Au total, une trentaine d'entreprises et entre 350 et 400 collaborateurs sont présents sur l'aéroport de Toulouse Francazal répartis dans les sept hangars aéro-industriels sur une surface de 25.000 m2 de surface", fait savoir Sabine Monties, directrice d'exploitation de l'aéroport.

Cette dernière a observé en quelques années l'essor "d'une vraie dynamique, d'un microcosme entrepreneurial avec des sociétés qui ont besoin les unes des autres". "Aura Aéro va peut être solliciter une startup qui est en train de travailler sur des batteries à hydrogène. ATR va travailler avec les groupes Airplane et Tarmac également installés sur place", observe-t-elle. Une tendance qui s'est traduite par d'un doublement du chiffre d'affaires de l'aéroport Toulouse-Francazal, passé de 2 millions d'euros en 2016 à 4,6 millions en 2020.

Aura Aéro

Aura Aéro s'est installé à Francazal pour développer son projet d'avion électrique de 19 places. (Crédits : Rémi Benoit).

Malgré la pandémie, les sociétés implantées ne sont pas ébranlées par la crise. Aura Aéro est passée en l'espace de douze mois de deux à une cinquantaine de collaborateurs et prévoit une dizaine de recrutements supplémentaires en 2021. De son côté, Airplane, entreprise familiale spécialisée dans la peinture et la maintenance des avions connaît des taux de croissance à deux chiffres et réfléchit à étendre sa capacité de stockage d'avions à Francazal pour traiter plus d'appareils en même temps. Sans parler du pic d'activité rencontré par Tarmac Aerosave qui entretient, démantèle et recycle ces avions.

Extension des parkings, hangar d'aviation d'affaires, restaurant

Face à cette volonté de croissance des entreprises aéro-industrielles installées à Francazal, l'aéroport a décidé d'approfondir la mue en lançant une deuxième tranche de travaux de 9 millions d'euros d'ici 2024.

"Nous allons étendre les aires de stockage des avions de près de 70.000 m2, ce qui permettra d'accueillir 20 postes d'avions narrow bodies ou 30 postes d'avions régionaux supplémentaires. Quatre millions d'euros seront mobilisés pour cet investissement qui sera livré d'ici la fin de l'année 2021", annonce Sabine Monties.

Avant d'ajouter :

"Nous allons enchaîner avec la création d'un hangar d'aviation d'affaires d'ici fin 2022, début 2023. Il s'agira d'un hangar de 1.200 m2 qui pourrait accueillir trois à quatre slots d'avions de six à neuf places. Actuellement, nous avons deux postes avions dédiés à l'aviation d'affaires sur Toulouse-Francazal. Nous avons remarqué que les clients avaient besoin de stationnement couvert mais aussi de qualité de service. Et puis, on envisage également la rénovation du mess des officiers pour offrir certains services auprès de nos usagers, notamment de la restauration, la création d'un tiers-lieu, de salles de réunion."

La transformation de Francazal pourrait ne pas s'arrêter là. L'aéroport dispose d'un potentiel de plus de quatre hectares de foncier encore disponible, soit de quoi construire cinq hangars supplémentaire en contact piste. Des études de marché sont menées pour l'installation d'ateliers supplémentaires à destination des entreprises. Un projet complémentaire du programme Ville Agile lancé par Toulouse Métropole qui a racheté 38 hectares, soit une partie des terrains au nord de la zone aéroportuaire pour faire des "mobilités intelligentes" un axe de développement économique du territoire. La Métropole pourrait en profiter pour développer un certain nombre de services, notamment l'hôtellerie pour attirer encore plus d'entreprises à Francazal.

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.