Bonn rafle à Toulouse le Centre européen de prévisions météorologiques

 |  | 647 mots
Lecture 4 min.
Le CEPMMT prendra place à Bonn, au grand dam de Toulouse, qui était candidate à l'accueil de la structure suite au Brexit.
Le CEPMMT prendra place à Bonn, au grand dam de Toulouse, qui était candidate à l'accueil de la structure suite au Brexit. (Crédits : DR)
Le centre européen pour les prévisions météorologiques à moyen terme (CEPMMT) n’arrivera finalement pas à Toulouse dans le sillage du Brexit. C’est la métropole allemande de Bonn qui a été choisie par les membres du conseil du CEPMMT. Une déception pour la Ville rose qui termine troisième “dans un mouchoir de poche”, selon l’adjoint au maire de Toulouse Jean-Claude Dardelet.

Troisième derrière Barcelone et la grande gagnante Bonn, tel est le résultat de Toulouse dans la course à l'accueil du centre européen pour les prévisions météorologiques à moyen terme (CEPMMT), conséquence directe du Brexit. L'annonce a été officialisée en milieu de journée, mercredi 9 décembre.

"Nous sommes tristes de ne pas pouvoir accueillir cette structure car nous pensions réellement disposer de bons arguments, mais il faut avant tout féliciter Bonn et Barcelone pour leur résultat, déclare...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/12/2020 à 15:49 :
Bruxelles ne veut pas voir ses institutions à plus de 3 heures d’elle à la limite Saclay aurait pu gagner mais Bonn je dois dire à des atouts que Toulouse et loin d’avoir en matière d’infrastructures de Transport en commençant par l’aéroport Köln-Bonn (Connecté au monde entier) et le réseau urbain en matière de sécurité,un bassin de recherches et d’industrie à des niveaux stratosphériques par rapport à Toulouse dans le spatial la météo la pharmacie l’automobile etc etc etc et tout ça quelques encablure de Düsseldorf, Cologne et Francfort et Mastrich et Bruxelles bref une ville au cœur de l’Europe.
Avec tout clés en main et non pas dans quelques années comme Toulouse le proposé en sachant que dans cette ville de Toulouse tout projet et soumis à contestation à recours en annulation pour un oui ou pour un non avec tout ces collectifs et associations spécialisées à s’opposer donc au final mois et années de retard.
Moi qui ai vécu en Allemagne il faut dire aussi que pour les européens du nord l’Europe du sud c’est le soleil et les vacances mais pas le travail.
Si on y rajoute les grèves les manifs chaque semaines et le bordel ambiant Bonn et le bon choix quand à Toulouse trop risquée.
a écrit le 09/12/2020 à 23:14 :
Celui qui paye, commande.
Aussi simple que cela.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :