Décollage réussi pour la première année de l'Envol des Pionniers

 |   |  879  mots
Le site a été imaginé par Toulouse Métropole dans le cadre du projet urbain Toulouse Aerospace au sein du quartier Montaudran.
Le site a été imaginé par Toulouse Métropole dans le cadre du projet urbain Toulouse Aerospace au sein du quartier Montaudran. (Crédits : Rémi Benoit)
L'Envol des pionniers fête son premier anniversaire, après avoir ouvert ses portes au public le 20 décembre 2018 à Toulouse. Installé dans les hangars où les avions de Latécoère étaient construits, le site a été imaginé dans le cadre du projet Toulouse Aerospace au sein du quartier Montaudran. Le directeur général du site, aussi dirigeant de la Cité de l'espace, Jean-Baptiste Desbois, fait le bilan de cet anniversaire et présente les nouveautés, qui devraient booster la fréquentation du lieu. Voisin de la fameuse Halle de la Machine, l'Envol des pionniers a eu du mal à s'imposer face au minotaure. Interview.

La Tribune : L'Envol des Pionniers est ouvert depuis plus d'un an désormais, quel bilan faites-vous de cette première année ?

Jean-Baptiste Desbois : Nous sommes très satisfaits. Le quartier est encore en évolution mais nous avons quand même réussi à attirer des visiteurs. D'après nos statistiques, nous avons comptabilisé entre 35 000 et 40 000 entrées cette année. Pour autant, le démarrage n'a pas été très fort. Nous sommes en-deçà de ce que nous espérions car la zone où nous sommes est en chantier. Mais, nous sommes confiants sur la croissance du visitorat pour les années à venir. Le site est amené à croître en fréquentation et nous allons aller plus loin. Même si nous sommes conscients que nous n'allons pas réaliser autant de visites que la Cité de l'espace, qui en fait 400 000 par an environ.

La Tribune : Quel accueil le public a-t-il fait à L'Envol des pionniers ?

J-B D : Leurs retours sont très bons, notamment sur les différents équipements que nous proposons, mais également sur la scénographie et le jeu de nos comédiens qui font du site un endroit immersif pour le public. Nous avons en permanence des acteurs en tenue d'époque, qui impliquent les spectateurs et les aident à mieux comprendre l'histoire de l'aviation. Nous avons voulu que le public soit immergé dans cette période de la naissance de l'aviation civile. Et, cela fonctionne très bien auprès des visiteurs.

La Tribune : La Halle de la machine, située elle aussi sur le site culturel de "La Piste des géants", avait attiré 127 700 visiteurs dès juillet 2019. Ne vous a-t-elle pas quelque que peu volé la vedette ?

J-B D : Nous sommes voisins avec la Halle de la machine mais nous ne nous faisons pas concurrence. Notre champ d'action est différent et notre objectif de fréquentation l'est aussi. Le public de la Halle de la machine est plus important que le nôtre et il le restera. Malgré tout, nous allons travailler avec eux et croiser notre public. Nous allons notamment informer sur ce qui se passe là-bas et la Halle va faire de même.

Par ailleurs, afin d'attirer davantage de public, nous allons mettre en place des offres de billet acheté chez l'un, un billet offert chez l'autre. Nous faisons aussi des offres pour des séminaires et des événements d'entreprises le soir.

Lire aussi : En images : la Halle de La Machine attire près de 70 000 visiteurs pour son inauguration

La Tribune : Quel public est attiré par L'Envol des pionniers ?

J-B D : Nous sommes assez proches de la Cité de l'espace niveau profil de visiteurs. Les trois quarts sont des familles ou des groupes d'amis, ce que l'on appelle les individuels, puis, nous avons les scolaires, les groupes de touristes, les associations et les entreprises avec les CE qui viennent pour les arbres de Noël, les séminaires...

Nous pensons que le nombre de touristes va augmenter. Le site vient d'ouvrir et le quartier est encore en travaux, il va donc falloir attendre un peu avant d'en accueillir plus. Mais, comme Toulouse se développe de plus en plus au niveau touristique nous allons bénéficier de cet élan. Le nombre de scolaires va sans doute augmenter lui aussi, car notre site est riche en terme de contenu éducatif et nous avons une salle dédiée à leur accueil.

La Tribune : Était-ce le public que vous vous attendiez à accueillir ?

J-B D : Les entreprises c'est une bonne surprise ! Nous ne nous attendions pas à avoir autant de demandes. Mais, la plupart se retrouve dans les valeurs de l'esprit pionnier et apprécie notre site pour cela.

Lire aussi : Diaporama : l'Envol des pionniers ouvre ses portes à Toulouse

La Tribune : Pour continuer à séduire davantage de visiteurs potentiels, quelles sont les nouveautés que vous allez proposer sur l'année 2020 ?

Jean-Baptiste Desbois : La première est un vol embarqué et immersif. Le visiteur va pouvoir voler à bord d'un Bréguet XIV. Cet avion assurait au début du 20ème siècle, le transport de courriers sur les lignes Latécoère au départ de Toulouse. Durant 15 minutes, la personne va être plongée dans la peau d'un pilote des années 1920. Accueilli par un acteur, le visiteur réalise un vol Toulouse-Barcelone lors duquel il va ressentir les conditions de vol d'un avion de l'époque à travers les Pyrénées : les rafales de vent, l'odeur d'huile de moteur...

La seconde c'est un authentique wagon postal de la fin des années 20. Ce wagon embarque les visiteurs à bord d'un convoi postal. Encore une fois accompagné par un acteur, le public observe le travail des postiers qui triaient le courrier la nuit à bord du wagon. Le tout dans une mise en scène réaliste avec mes bruits du train à vapeur et les éclairages vacillants pour être en totale immersion.

Enfin, la troisième est une nouvelle exposition disponible jusqu'à fin août 2020, qui fait découvrir aux visiteurs huit pionniers et pionnières d'hier et d'aujourd'hui. Pour accueillir nos visiteurs dans de meilleures conditions lorsqu'ils découvriront ces nouvelles animations, un restaurant verra le jour sur le site début 2021.

Lire aussi : Stefano Bortoli veut "maintenir le leadership mondial d'ATR"

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :