Troisième ligne de métro : Tisséo revoit sa copie après l'enquête publique

 |   |  640  mots
La troisième ligne de métro est évaluée à 2,7 milliards d'euros.
La troisième ligne de métro est évaluée à 2,7 milliards d'euros. (Crédits : Rémi Benoit)
Le syndicat mixte des transports en commun de Toulouse a adopté mercredi 27 novembre une version légèrement modifiée du projet de troisième ligne de métro qui sera soumis à l'approbation du préfet. Le coup d'envoi des travaux est toujours prévu en 2021.

Cette fois, c'est la bonne. Près de six ans après l'arrivée de Jean-Luc Moudenc à la tête de Toulouse Métropole, Tisséo a acté les contours définitifs du projet phare de sa dernière campagne pour les municipales : la création d'une troisième ligne de métro. Les 27 km du tracé vont desservir 21 stations et 80 000 emplois via notamment les principaux sites d'Airbus (cliquez sur l'image pour voir le tracé en plus grand).

troisieme ligne metro

Les arbres de François Verdier épargnés

En octobre, la commission d'enquête publique avait émis un avis favorable au projet malgré deux réserves. La première pointait l'abattage de platanes pour construire la station François Verdier. Tisséo a donc décidé de déplacer la bouche de métro prévue sur les allées François Verdier pour la positionner au niveau du monument aux Morts. Cette opération représente un surcoût de 20 millions d'euros.

Par ailleurs, d'autres bouches de métro ont été déplacées pour épargner au total 496 arbres. Ainsi, les stations de Limayrac et Ormeau sont décalées de quelques mètres pour éviter l'abattage de végétation. La station prévue rue des Cosmonautes, à proximité directe d'Airbus Defence and Space, est elle transférée plus au nord au rond-point de l'avenue Didier Daurat.

Un parking plus modeste aux Sept-Deniers

La deuxième réserve de l'enquête publique concernait la station Sept-Deniers. La commission avait repris les inquiétudes du comité de quartier dénonçant le parking-relais de 300 places attenant à la station, "un aspirateur à voitures". Le syndicat mixte des transports en commun a décidé de réduire la taille de ce parking-relais à 100 places.

D'autre part, deux nouveaux accès vont voir le jour au niveau de la station de la gare de Colomiers pour créer un pôle d'échange multimodal (pour un coût de 15 millions d'euros).

Ces modifications à la marge représentent "1,34% du coût total du projet qui est évalué à 2,7 milliards d'euros et les sommes sont couvertes par l'enveloppe prévue pour la provision pour risque", a indiqué le président de Tisséo Collectivités Jean-Michel Lattes. Outre la troisième ligne de métro et la navette express vers l'aéroport, Tisséo a adopté une déclaration de projet pour réaliser la connexion entre le terminus de la ligne B à Ramonville et l'INP (pour un investissement de 182 millions d'euros).

Début des travaux en 2021

Les deux projets seront soumis à l'approbation du préfet qui a deux mois pour se  prononcer sur l'émission d'une déclaration d'utilité publique du projet (DUP). "Ensuite, il restera à réaliser l'enquête environnementale, les études détaillées et les appels d'offres pour les entreprises. Le début des travaux est attendu pour 2021", ont précisé Francis Grass, le président de Tisséo Ingénierie et Jean-Michel Lattes. La mise en service de la ligne est toujours programmée pour 2025.

Lors du vote de la déclaration de projet pour la troisième ligne de métro, seul l'écologiste Henri Arévalo s'est abstenu. L'élu a fait remarquer "qu'en 2014, tout était bouclé pour le projet de prolongement de la ligne B du métro et qu'il pourrait être déjà en service à ce jour. Au bout de six ans de mandat, la troisième ligne de métro n'est pas réalisée, ni le téléphérique. Les bus Linéo sont coincés dans le trafic urbain".

De son côté, le vice-président de Toulouse Métropole chargé des finances, Sacha Briand, a regretté qu'à l'approche des élections municipales, "certains fassent semblant d'être pour la troisième ligne de métro, tout en faisant tout leur possible pour la mettre en échec".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/11/2019 à 18:23 :
Eiffage sera certainement le futur propriaitaire de l'aéroport Toulouse Blagnac si cette entreprise de travaux public lourd est choisi pour construire un metro qui ne dessert pas son aeroport je serai curieux de voir ça 🤔
a écrit le 27/11/2019 à 18:17 :
Comment Mr Moudenc peut-il espérer vendre des bureaux aux entreprises sur le projet TESO alors que le metro n'ira pas à l'aéroport il tire une balle dans le pied du quartier d'affaires Matabiau qui est sont projet phare avec le metro.
a écrit le 27/11/2019 à 17:58 :
Le refus de desservir l'aéroport malgré l'avis favorable de tous le monde (CCI, Usagers, Décideurs, et Passagers) et une faute impardonnable comment peut on refuser d'avoir un accès direct à la ville et sa gare donc à la region à la principale porte d'entrée sur la monde de Toulouse qu'est l'aéroport ?
Qui sont ces décideurs incompétents qui en leur temps avait refuser le tramway à l'aéroport ?
Qui sont ces gens qui ignorent la volonté des citoyens ???
Car ces gens là ne comprennent pas que la rupture de charge même avec leurs tramways cadancé sera rédhibitoire pour la majorité des passagers, prennent-ils l'avion en famille avec moulte bagages et enfants savent-ils comme il est compliqué de descendre d'un tramways marcher prendre des Escalators ou ascenseurs avec des bagages, des poussettes, des enfants dans les bras et se retrouver debout dans un tram ou un métro ? Non ils ne le savent pas !
Qui sont ces gens qui décident contre vent et marée et qui décident à l'encontre de la majorité combien sont-il a décider pour nous ??
😡😡😡

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :