Troisième ligne de métro : feu vert après l'enquête publique

 |   |  524  mots
La construction de la troisième ligne de métro de Toulouse doit commencer début 2020.
La construction de la troisième ligne de métro de Toulouse doit commencer début 2020. (Crédits : Rémi Benoit)
La commission d'enquête publique a émis vendredi 11 octobre un avis favorable au projet de troisième ligne de métro à Toulouse. Néanmoins, deux réserves sont formulées sur la préservation des arbres dans le secteur François Verdier et la réduction du parking relais de la station des Sept Deniers.

C'est une nouvelle étape de franchie pour la troisième ligne de métro de Toulouse. La commission d'enquête publique a rendu vendredi 11 octobre un avis favorable au projet.

Cette nouvelle ligne, baptisée Toulouse Aerospace Express (TAE), prévoit la construction de 21 stations entre Colomiers et Labège en passant par la gare SNCF avec la vocation de relier les principaux centres d'activité économique de la métropole, notamment les sites d'Airbus.

La commission estime que "le projet présente un caractère d'intérêt public, nécessaire pour l'amélioration des transports en commun métropolitains, la diminution de l'usage de l'automobile, l'amélioration de l'environnement et de la santé".

Réserves sur les stations François Verdier et Sept Deniers

Elle émet tout de même deux réserves. La première concerne la station François Verdier, où "la commission demande au maître d'ouvrage de maintenir l'alignement des arbres". La deuxième cible la station des Sept Derniers qui divise les habitants du quartier. Le Comité de quartier dénonce notamment le parking-relais de 300 places attenant à la station qui serait selon eux "un aspirateur à voitures, générateur de flux de circulation supplémentaires". Dans son rapport, la commission demande au maître d'ouvrage de réduire la capacité du P+R projeté.

Toulouse Métropole et le syndicat mixte en charge des transports en commun, Tisséo, seront alors, lors du prochain conseil syndical, obligés d'adapter leur projet de ligne TAE pour prendre en compte ces réserves. Par ailleurs, le rapport formule une série de recommandations, non contraignantes mais auxquelles ils devront répondre :

  •   En plusieurs autres endroits, notamment Limayrac et Les Ormeaux, le projet nécessite la destruction d'arbres ou d'espaces végétalisés. La commission d'enquête invite le maître d'ouvrage, comme il l'indique dans son Mémoire, à rechercher des alternatives qui permettent de les épargner.
  •  L'arrivée dans certains quartiers du métro avec la réalisation des stations va entraîner des modifications dans le comportement des usagers. Plusieurs associations et collectifs de quartier ont dans le cadre de l'enquête mené des réflexions intéressantes sur les accès, la sécurité, l'environnement. La commission d'enquête invite le maître d'ouvrage à s'appuyer sur ces réflexions pour finaliser le projet en liaison avec les habitants, notamment sur les secteurs de Layrac, Sept Deniers, la Vache, Limayrac, Montaudran, Labège
  • Pour plusieurs stations servant de points d'appui multimodal, la commission d'enquête recommande au maître d'ouvrage lors des études de projet, de veiller à assurer dans la plus grande sécurité les liaisons entre les divers modes de transports, sans trajet excessif pour les usagers

Cet avis favorable laisse le champ libre à la préfecture pour émettre sous peu la déclaration d'utilité publique (DUP) du projet, dernière étape avant le lancement des travaux. Toulouse métropole espère le début de la construction avant les municipales de mars 2020 pour une mise en service espérée fin 2025.

Lire aussi : Un an de retard pour la troisième de métro à Toulouse

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :