La Chine offre une maquette de la sonde lunaire Chang'e 4 à Toulouse

 |   |  452  mots
Chang'e 4 est la première sonde à avoir atterri sur la face cachée de la Lune.
Chang'e 4 est la première sonde à avoir atterri sur la face cachée de la Lune. (Crédits : Cité de l'espace)
La Cité de l'espace, à Toulouse, expose une maquette taille réelle de Chang'e 4, la sonde chinoise qui s'est posée sur la face cachée de la Lune. À cette occasion, le vice-commandant en chef du programme d'exploration lunaire chinois a rappelé les grandes ambitions de l'Empire du Milieu dans l'exploration spatiale.

En janvier 2019, la sonde chinoise Chang'e 4 s'est posée avec succès sur la face cachée de la Lune. Une grande première mondiale. L'Empire du Milieu a décidé d'offrir la réplique grandeur nature de l'engin à la Cité de l'espace basée à Toulouse.

"C'était une étape importante dans l'histoire de l'exploration spatiale chinoise. Nous mettons à disposition de la Cité de l'espace une maquette taille réelle de Chang'e 4 pour sensibiliser le public à l'exploration pacifique de l'espace. C'est aussi une nouvelle illustration de la coopération spatiale entre la France et la Chine", a expliqué Baohua Yang, vice-commandant en chef du programme d'exploration lunaire chinois.

change4

Baohua Yang, vice-commandant en chef du programme d'exploration lunaire chinois était à la Cité de l'espace le 19 septembre. (Crédits : Cité de l'espace)

Record de lancements spatiaux pour la Chine

Avant de rappeler les dernières réalisations de la puissance en la matière :

"En 2018, nous avons réalisé avec succès 37 lancements et envoyés 33 satellites, ce qui fait de la Chine le premier pays au monde en nombre de lancements. En 2019, nous avons réussi le premier lancement depuis la mer avec la fusée Long March 11. La Chine est devenue le troisième pays à maîtriser le lancement depuis la mer".

Les ambitions de la Chine ne s'arrêtent pas là puisque le pays a prévu en juillet 2020 le lancement de la mission HX-1 pour poser un rover sur Mars. En cas de succès, elle deviendrait le troisième pays à avoir réussi cette performance après la Russie et les États-Unis. De son côté, l'Europe avait vu son atterrisseur s'écraser en 2016 lors de la mission Schiaparelli.

Un premier satellite franco-chinois

En parallèle de ses projets nationaux, la Chine renforce sa coopération internationale notamment avec la France, comme l'a rappelé Jean-Yves Le Gall, président du Cnes.

"Nous avons lancé en 2018 le premier satellite franco-chinois CFOSAT et c'est une première scientifique puisque nous allons pouvoir mesurer les vagues et le vent. Cela va probablement apporter des éléments de réponse à une question apparemment simple mais en réalité très complexe :  pourquoi quand le vent souffle y a-t-il des vagues ?

Lors de sa dernière visite en Chine, Emmanuel Macron avait visité des installations de CFOSAT au centre spatial chinois, ce qui montre l'importance accordée par les autorités françaises à cette opération."

D'autres missions en commun sont prévues notamment avec Cardiospace. Un appareil de surveillance du système cardiaque sera embarqué à bord de la station spatiale chinoise afin d'analyser la condition physique des astronautes. La France va également embarquer 25 kg de matériel à bord d'une prochaine mission chinoise, Chang'e 6.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :