Le CEA Tech inaugure sa nouvelle plateforme régionale à Labège

 |   |  802  mots
Le CEA Tech a inauguré ses nouveaux locaux à Labège en présence de Nadia Pellefigue (vice-présidente de la Région Occitanie en charge du développement économique), Étienne Guyot (préfet d'Occitanie), Carole Delga (présidente de Région Occitanie), Jacques Oberti (président du Sicoval), et François Jacq (administrateur du CEA).
Le CEA Tech a inauguré ses nouveaux locaux à Labège en présence de Nadia Pellefigue (vice-présidente de la Région Occitanie en charge du développement économique), Étienne Guyot (préfet d'Occitanie), Carole Delga (présidente de Région Occitanie), Jacques Oberti (président du Sicoval), et François Jacq (administrateur du CEA). (Crédits : Rémi Benoit)
À Labège, près de Toulouse, le CEA Tech Occitanie a lancé lundi 17 décembre sa nouvelle plateforme régionale de transfert technologique. Ses nouveaux locaux d'une surface de 7 000 m2 ont nécessité 24 millions d'euros d'investissements, entièrement pris en charge par la Région Occitanie.

C'est un nouvel outil en faveur de l'innovation. Le CEA Tech Occitanie a inauguré lundi 17 décembre ses nouveaux locaux à Labège, au sud-est de Toulouse. Il s'agit d'une plateforme régionale de transfert technologique (PRTT) qui permettra à l'organisme de mettre ses compétences à disposition des entreprises de la région toulousaine.

"Les gens connaissent le CEA (Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives) de 1945 qui a donné la maîtrise de l'atome à la France, mais il a changé depuis. Il s'est diversifié en allant vers la technologie, l'électronique et une série de développements qui sont au service de l'industrie, raconte François Jacq, administrateur général du CEA. La création de cette plateforme régionale de transfert technologique permet d'apporter notre savoir-faire et d'être mieux à l'écoute du territoire pour être en situation de trouver le lien entre ce que nous savons et ce qui peut être recherché par les entreprises".

Les nouveaux locaux de CEA Tech, où travaillent une quarantaine de personnes, sont composés de quatre bâtiments d'une surface de 7 000 m2. Ils abritent notamment trois plateformes technologiques pour des tests de composants de puissance, le contrôle et la surveillance des systèmes d'information et la mise en œuvre de matériaux.

cea tech toulouse

Les nouveaux locaux de CEA Tech sont composés de quatre bâtiments d'une surface de 7 000 m2./ (Crédits : Rémi Benoit).

Trois plateformes technologiques

La plateforme dédiée au contrôle et à la surveillance des systèmes d'information travaille notamment au développement d'interfaces de pilotage de crise, à la définition de tableaux de bord dédiés à la gestion de crise, et à l'utilisation d'outils de prédiction pour des unités opérationnelles en sécurité civile. Ce service met également en place des outils de supervision de crise associant visualisation et analyse de données massives.

cea tech toulouse gestion de crise

Les locaux comptent une plateforme dédiée au contrôle et à la surveillance des systèmes d'information./ (Crédits : Rémi Benoit).

La plateforme électronique de puissance dispose de composants nouvelle génération (handler robotisé, logiciels de simulation électrique...) pour des systèmes de conversion de l'énergie plus compétitifs.

Quant à la plateforme de mise en œuvre des matériaux, elle est équipée de machines de pressage et d'impression 3D à partir de poudres céramique et/ou métal, d'un scanner 3D pour effectuer un contrôle dimensionnel et de fours de frittage haute température. Elle vise les industriels dans les secteurs des transports, de l'énergie ou encore de la santé.

cea tech toulouse mise en oeuvre des matériaux

La plateforme de mise en œuvre des matériaux./ (Crédits : Rémi Benoit)

Une quatrième unité, baptisée Totem, est en cours de construction. Dédiée à l'hydrogène, elle étudiera la conversion de l'énergie en hydrogène, son stockage et sa transformation en énergie. Elle devrait être opérationnelle en 2020.

Lire aussi : Le train à hydrogène va être testé près de Toulouse

Cinq ans de présence à Toulouse

La Région Occitanie a entièrement financé la nouvelle plateforme régionale à hauteur de 24 millions d'euros. Elle franchit ainsi un nouveau pas dans sa stratégie en faveur de l'innovation. "Nous avons une bonne dynamique économique, il faut donc préparer demain et après-demain. Toute la collaboration entre le monde académique et le monde de la recherche nous permet de créer l'emploi de demain", a estimé lundi la présidente de Région Carole Delga.

Pourtant, l'implantation des locaux à Labège n'était pas gagnée d'avance. Le choix du site à deux pas du Centre de congrès Diagora a donné lieu à quelques mois de lutte entre les collectivités de Toulouse Métropole et du Sicoval. La Zac de Toulouse Montaudran Aerospace, portée par Toulouse Métropole, avait un temps été pressentie mais la Région, alors présidée par Martin Malvy, s'était finalement portée acquéreuse de 10 000 m2 de droits à construire à Labège.

Le CEA Tech est présent dans l'agglomération toulousaine depuis cinq ans, mais était jusqu'alors hébergé sur les sites de l'Onera, puis de l'Insa Toulouse. L'organisme compte une centaine de partenariats industriels et a travaillé sur plus de 200 projets d'innovation depuis 2013. Les trois quarts des entreprises avec lesquels le CEA Tech a collaboré sont des PME, TPE et entreprises de taille intermédiaire.

"Nous avons évidemment des partenariats avec des grands groupes. Mais pour les PME c'est plus compliqué de développer des laboratoires. C'est un tissu que nous devons développer", indique François Jacq.

Le CEA possède deux autres implantations en Occitanie, à Marcoule, dans le Gard, où travaille un millier de personnes sur des activités d'ordre nucléaire, et à Gramat (Lot), où entre 300 et 400 personnes évoluent sur le domaine militaire.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :