Qui se cache derrière les machines géantes qui déambulent dans Toulouse ?

 |   |  895  mots
150 personnes ont participé aux répétitions du spectacle qui se tient jusqu'à dimanche à Toulouse.
150 personnes ont participé aux répétitions du spectacle qui se tient jusqu'à dimanche à Toulouse. (Crédits : Rémi Benoit)
Alors que des dizaines de milliers de Toulousains se pressent dans les rues de la Ville rose pour apercevoir le Minotaure et l'Araignée géante, c'est une véritable fourmilière de machinistes, régisseurs et spécialistes des effets qui est à l'oeuvre pour assurer le spectacle. 150 personnes pour quatre jours de déambulation, sans compter les entreprises locales, pompiers et services de la mairie également mobilisés. Avec l'ouverture de La Halle de La Machine, ce sont 35 emplois qui sont créés à Montaudran pour gérer le lieu, plus 45 à 60 intermittents du spectacle pour animer les oeuvres. Reportage dans les coulisses de cette grosse "machine".

Nous sommes à quelques jours du coup d'envoi du spectacle Le Gardien du temple et la Halle de La Machine s'est transformée en véritable fourmilière. Autour des créatures de 15 mètres de hauteur, des dizaines de personnes gravitent au sol ou perchées dans les airs. Machinistes, régisseurs, responsables du chariot son, spécialistes des effets, agents de sécurité... Ils sont au total 150 à participer aux répétitions de la déambulation de quatre jours organisée jusqu'à dimanche dans les rues de la Ville rose. L'événement est orchestré par la compagnie La Machine qui s'installe à Toulouse après avoir fait les beaux jours de Nantes avec notamment son Grand éléphant.

la machine

la machine

Répétitions depuis la Halle de la Machine dans le quartier de Montaudran à Toulouse (Crédit : Rémi Benoit).

Ancienne voltigeuse équestre, Mathilde Lemonnier est chargée de manipuler la tête de l'Araignée géante. "Mon ancien métier m'aide à appréhender la hauteur". "Il faut préciser que les machinistes comme Mathilde sont élevés par une grue jusqu'à 35 mètres de haut avant de descendre en rappel jusqu'à la machine", indique Cédric Grouhau, régisseur. Mathilde Lemonnier dispose de trois commandes pour actionner les yeux, la tête mais aussi déclencher des "crachats" de l'araignée. Un peu plus bas, huit machinistes sont postés, chacun en charge d'une patte de l'araignée. Au total, 16 personnes sont hissées sur la machine pour la faire vivre. Un effectif similaire est nécessaire pour manipuler le Minotaure.

la machine

Mathilde Lemonnier manipule la tête de l'araignée (Crédit : Rémi Benoit).

la machine

 16 personnes sont hissées sur l'araignée pour lui donner vie (Crédit : Rémi Benoit).

la machine

 Les machinistes chargés de manipuler les pattes de l'araignée (Crédit : Rémi Benoit).

Entreprises locales et services de la mairie sur le pont

Si les machinistes et concepteurs du spectacle sont majoritairement des intermittents, la compagnie La Machine a également noué des partenariats avec des entreprises locales qui n'avaient jamais travaillé dans le monde du spectacle auparavant.

"Nous avons loué par exemple quatre grues chargées de hisser les machinistes. Il a fallu apprendre aux conducteurs de grues, plutôt habitués aux chantiers du BTP, à réaliser des mouvements esthétiques pour s'intégrer dans le spectacle. Pas question non plus de fumer une clope au pied de la grue pendant un moment de battement, les conducteurs doivent garder une attitude adaptée au spectacle", décrit Cédric Grouhau.

la machine

Le Minotaure (Crédit : Rémi Benoit).

La compagnie La Machine travaille depuis des mois en collaboration avec les services de la mairie pour l'eau, la voirie, mais aussi avec la police et les pompiers. "Nous faisons appel pendant le spectacle à des canons à eau d'une capacité de 300 litres. Nous avons discuté avec les pompiers pour gérer le débit de l'eau envoyée", avance Coline Lequenne qui travaille aux Machines à effets. Depuis ses locaux de Montaudran, l'équipe de la Machine a dû également s'entraîner à passer certaines obstacles urbains pour être prête le jour J. "Nous avons disposé un lampadaire sur la piste pendant les répétitions pour s'exercer", glisse le régisseur du Minotaure.

Près d'une centaine d'emplois créés au sein de la Halle de la Machine

Passé le spectacle, le Minotaure ira se reposer avec d'autres créatures dans la Halle de la Machine qui sera ouverte au public à compter du 9 novembre. Situé en plein cœur du quartier Montaudran à Toulouse, le bâtiment a été construit à proximité de l'ancienne piste des pionniers de l'aéropostale.

"35 personnes vont y travailler. Au sein de cet effectif, on compte la direction, les postes administratifs, la communication, la médiation avec le public mais aussi la gestion de la billetterie, de la boutique souvenir et du bar-restaurant implantés au sein de la Halle. Il faut ajouter 45 à 60 intermittents du spectacle nécessaires en permanence pour animer les machines", précise la compagnie.

Ce sont donc pratiquement 100 emplois qui sont indispensables pour faire tourner le lieu. Une grosse "machine" dans laquelle Toulouse Métropole a beaucoup investi :

"14 millions d'euros pour la construction de la halle, 2,5 millions pour le Minotaure, plus de 2 millions pour le spectacle Le Gardien du Temple, moins de 2 millions pour l'aménagement de la halle. Par ailleurs, la Métropole versera à la compagnie 577 000 euros par an", détaillait le président de Toulouse Métropole Jean-Luc Moudenc lors de la signature de la délégation de service public le 12 mars dernier.

la machine

Le Minotaure (Crédit : Rémi Benoit).

La compagnie prévoit 220 000 spectateurs pour la première année d'exploitation de la Halle de La Machine (avec un plein tarif prévu à 9 euros). Mais les retombées économiques attendues à Toulouse dépassent largement la billetterie. Alors qu'aujourd'hui 75% des touristes sont à Toulouse pour des raisons professionnelles, la ville compte sur ce nouveau lieu pour booster la clientèle loisirs. "Ce projet va faire renforcer notre offre culturelle et faire rayonner la métropole en donnant à ceux qui n'habitent pas Toulouse une raison de plus d'y venir", veut croire Jean-Luc Moudenc.

Lire aussi : Toulouse compte sur l'arrivée de La Machine pour attirer des touristes du monde entier

Lire aussi : Portrait : François Delarozière, l'artiste qui veut faire rêver les Toulousains

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/11/2018 à 15:21 :
C'est vrai que Toulouse n'est pas assez remplie jusqu'à la gueule de gens et de voitures.
Il y a des plasticiens sur place qui auraient mérité autant d'intêrets et d'investissements. Il n'y a plus qu'à espérer que cela puisse un peu les éclabousser. En attendant c'est un joli tour de force de "LA machine" et ils ont tout mon respect .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :