Forum éco CCI : "Il ne faut pas attendre la croissance pour créer des emplois"

 |   |  377  mots
Le Forum économique de la CCI a interrogé les liens entre croissance et emploi (photo d'archives).
Le Forum économique de la CCI a interrogé les liens entre croissance et emploi (photo d'archives). (Crédits : Rémi Benoit)
À l'occasion du Forum économique organisé par la CCI à Toulouse mardi 9 octobre, plusieurs experts ont souligné l'importance de ne pas faire reposer tous les espoirs de créations d'emplois sur la croissance. Une position qui fait écho au rapport du FMI faisant état d'un probable essoufflement de cette croissance mondiale dans les années à venir.

"Il ne faut pas attendre la croissance pour créer des emplois", estime Pierre Sabatier, économiste et fondateur du cabinet de prospectives PrimeView, à l'occasion du Forum économique organisé par la CCI, mardi 9 octobre à Toulouse.

Depuis quelques décennies, la "sacro-sainte" croissance du PIB est devenue l'indicateur-clé pour évaluer la bonne santé économique des pays. Pourtant, comme le rappelle le philosophe François-Xavier Bellamy :

"Ce n'était pas la préoccupation principale de l'aristocrate sous l'Antiquité ou du laboureur au Moyen Âge. La croissance est devenue une nécessité avec la modernité avec un mouvement de changement perpétuel. Il serait dangereux de viser la croissance en soi alors qu'au final l'objectif est plutôt d'espérer une société prospère".

Pierre Sabatier abonde : "Le Japon est un pays avec un taux de croissance très faible et pourtant il enregistre seulement 3% de chômage. La croissance ne peut être l'alpha et l'oméga. L'important pour créer des emplois est d'identifier les besoins de la société et de savoir comment y répondre en gagnant de l'argent."

Le FMI recommande une croissance "moins inégalitaire"

Cette position fait écho au rapport publié ce mardi par le FMI (Fonds monétaire international). L'institution prévoit une augmentation du produit intérieur brut mondial de 3,7% en 2018 alors qu'au printemps elle tablait plutôt sur 3,9%. Plus inquiétant, le FMI estime que "la probabilité augmente de voir se produire d'autres chocs négatifs" et plaide pour une croissance moins inégalitaire.

"Non seulement la croissance à long terme dans les pays avancés est orientée à la baisse, mais, de plus, dans bon nombre de pays, les gains plus modestes reviennent principalement à ceux qui sont relativement richesLes dirigeants doivent adopter une perspective à long terme face à ce malaise via des politiques budgétaires inclusives, des investissements dans l'éducation et des mesures qui garantissent l'accès à des soins de santé adéquats afin de réduire les inégalités.

Sinon, les approches centristes et multilatérales de la politique et de la politique publique deviendront de plus en plus vulnérables, et ce, au détriment de tous", martèle le rapport, s'appuyant notamment sur la stagnation du salaire médian aux États-Unis entre 1999 et 2016.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :