La Haute-Garonne va investir 7,7 millions d'euros dans les Portes du Tarn

 |   |  595  mots
Vinovalie est pour l'instant la seule entreprise implantée sur les Portes du Tarn.
Vinovalie est pour l'instant la seule entreprise implantée sur les Portes du Tarn. (Crédits : Rémi Benoit)
Les élus du Département ont approuvé jeudi 7 juin la participation de la Haute-Garonne dans le développement du parc d'activités des Portes du Tarn. L'ambition est de déployer 77 hectares pour des activités industrielles et de créer 2200 emplois.

Le parc d'activités Les Portes du Tarn sort enfin de l'impasse juridique. Évoqué publiquement depuis 2007, le projet prévoit de créer un parc d'activités au niveau de l'échangeur n°5 de l'A68 sur la zone située à cheval sur deux communes et deux départements, Buzet-sur-Tarn (Haute-Garonne) et Saint-Sulpice-La-Pointe (Tarn). L'ambition est de déployer 77 hectares pour les activités industrielles, mais aussi 25 hectares dédiés aux loisirs, services et commerces, 4 hectares de bureaux, une aire de services et 19 hectares pour l'agriculture. Objectif affiché : créer 2200 emplois sur site. Mais avec la loi Notre, la Région ne peut plus déléguer au Département du Tarn, principal financeur, ses compétences en matière d'aides aux entreprises.

Nouvelle répartition des compétences des collectivités

Alors pendant plusieurs mois, les porteurs du projet ont planché en collaboration avec les préfectures sur un syndicat mixte "à la carte" qui permette au Tarn de continuer d'y participer mais aussi d'y faire entrer le Département de la Haute-Garonne. La délibération adoptée par les deux conseils départementaux successivement le 18 mai et le 7 juin prévoit que les deux collectivités se chargent de "l'octroi d'aides à l'immobilier d'entreprise" pour faciliter l'installation de nouvelles sociétés sur la zone, "de la promotion du tourisme et de la création d'équipements touristiques notamment en matière de viticulture" et de la voirie. De leur côté, les deux communautés de communes (Tarn-Agout et Val'Aïgo) sont responsables de "la création, l'aménagement, le financement et la gestion de la zone d'activité économique".

7,7 millions d'euros d'ici 2042 pour la Haute-Garonne

Côté financement, la Département de la Haute-Garonne va investir 7,7 millions d'euros étalés jusqu'en 2042 (à raison de plus 300 000 euros par an), le Département du Tarn mettra 4,2 millions d'euros. Par ailleurs, 8,9 millions d'euros seront apportés par Tarn-Agout et 4,9 millions via Val'Aïgo.

"Le parc d'activités est situé à 28% sur le territoire de la Haute-Garonne, il est normal que le Département apporte un financement supplémentaire et renforce la crédibilité du projet. En intégrant le syndicat mixte, le Conseil départemental souhaite faire aboutir un projet attendu depuis plus de 10 ans. Les Portes du Tarn est une zone d'activités bien placée, c'est une opportunité pour créer des emplois", explique Georges Méric, le président du Département de la Haute-Garonne. De son côté, Christophe Ramond, son homologue pour le Tarn se félicite qu'"un deuxième département participe aux Portes du Tarn", tout en rappelant "que le Tarn a déjà apporté une participation prépondérante au projet en allouant 17 millions d'euros". Il espère que "cela va renforcer l'attractivité des Portes du Tarn à l'échelle de la métropole toulousaine", rappelant que la zone se trouve "à 10 minutes en voiture de la rocade de la Ville rose".

À ce jour, seul le groupe coopératif viticole Vinovalie est implanté sur le parc d'activités. Début avril, les Portes du Tarn ont annoncé l'arrivée en juin 2019 de Total et du groupe d'hôtellerie et de restauration Sighor avec la création d'une station-service et deux restaurants (Léo Resto et Courtepaille). Côté entreprises, le promoteur en immobilier JMG Partners va aménager sur les Portes du Tarn une plateforme de logistique industrielle de 70 000 m² sur 16 hectares dont les travaux devraient commencer l'année prochaine. De même, la société Themelia a déposé fin février un permis de construire pour 5700 m2 de bureaux.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/06/2018 à 23:28 :
La consommation massive de terres agricoles de bonne qualité relève de l'irresponsabilité. Ces terres fertiles ne produiront plus, et n'assureront plus leur rôle de réservoir de biodiversité, de régulateur thermique et hydrologique. Parmi les décideurs, quelqu'un a-t-il comptabilisé dans leurs modèles économiques la perte de richesse que constitue la non production de denrées agroalimentaires sur les 100 prochaines années, et les pertes liées à l'absence des services et aménités écologiques des espaces végétalisés ou non artificialisés.... La terre est un 'bien commun' durable et non renouvelable!

La création d'emplois est illusoire, parlons plutôt de déplacement d'emplois, voire même de destruction d'emplois qualifiants. Le développement des systèmes logistiques toujours plus sophistiqués va dans le sens d'une rationalisation des circuits de distribution, et donc la suppression globale de personnels et/ou l'approvisionnement auprès de fournisseurs toujours plus éloignés.

Ces zones d'expansion sont des contresens écologiques et économiques par leur éloignement des centres de vie et des habitations (multiplication des déplacements, étalements urbains, destruction des paysages,...). Ils exigent de nouvelles infrastructures de déplacement, et l'extension des réseaux de desserte...

Nous sommes toujours dans une logique de compétition entre territoires.
Le 82 a des difficultés énormes à faire avancer son Grand-Sud Logistique, décidé en 2001, et mis en chantier depuis 10 ans, en espérant prendre le relais d'Eurocentre qui continue aussi son expansion.. . Castelnaudary (11) fait aussi sa zone, décidée elle aussi avant 2005, et implantée sur une des meilleures terres agricoles de la région.. Et beaucoup d'autres... dans un Région qui n'exerce pas son rôle d'arbitre et de régulateur.


Que d'investissements improductifs, et d'aides indirectes aux entreprises (de distribution et de transport, pour la plupart, qui créent si peu de richesse) pour mieux les attirer, et satisfaire les visées expansionnistes de certains nos élus et décideurs...

BL
a écrit le 11/06/2018 à 22:59 :
Pourrir un pays agricole en le bétonnant,ne sera jamais une réussite.
On voit que le Tarn est champion des projets inutiles,Aiguelèze,Blaye les mines,Sivens et les Portes du Tarn,j'en oublie,comme ce projet d'autoroute qui mange encore les terres agricoles,alors qu'une 4 voies gratuite aurait mieux correspondu aux besoins et à l'intérêt des populations.
On sert les intérêts privés sans retenue, pour déplacer des emplois, les cabanes de Vinovalie ne sont pas une réussite sur le plan esthétique ni même fonctionnel.
Le reste sera du même acabit,un gouffre à pognon, l'argent des contribuable distribué allégrement par des élus en panne d'idées et d'idéal.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :