Métro à Labège : selon Jean-Luc Moudenc, l'entourage de Jacques Oberti bloque la situation

 |   |  710  mots
Jean-Luc Moudenc, président de Toulouse Métropole
Jean-Luc Moudenc, président de Toulouse Métropole (Crédits : Rémi Benoit)
Toulouse Métropole doit présenter d'ici à un mois et demi son plan de financement de la 3e ligne de métro. Le temps presse alors que les négociations avec le Sicoval sur la desserte de Labège sont à l'arrêt. Pour Jean-Luc Moudenc, ce n'est pas vraiment Jacques Oberti qui fait blocage, mais "des membres de son parti". Interview.

Dans une interview à La Tribune Toulouse, Jacques Oberti assurait il y a quelques jours que vous êtes proches d'un accord sur la desserte de Labège par le métro. Est-ce effectivemement le cas ?
Peut-être a-t-il voulu dire que nous sommes séparés par peu de choses. C'est vrai que lorsque nous discutions au mois de février-mars, nous n'étions pas loin d'un accord. Le Sicoval a donné son accord de principe pour que Labège Innopole soit desservie par la troisième ligne, en faisant en sorte que cette ligne soit rallongée d'emblée. Pas prolongée, mais rallongée : au lieu de s'arrêter à Montaudran / Airbus Defence & Space, elle irait d'emblée à Labège. C'est le point d'accord. Ce point est essentiel parce que le besoin de desserte du Sicoval est d'abord sur l'Innopole de Labège. En revanche, il y a un point de désaccord que je considère comme secondaire mais qui bloque tout accord général, c'est : quelle desserte pour le parc technologique du canal ?

Pourquoi ce point bloque-t-il ?
Comme le flux à desservir est très faible (10 000 personnes par jour selon moi, 20 000 selon le Sicoval, ce qui reste extrêmement faible pour un métro), je considère que c'est une question qui est loin d'avoir...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/05/2016 à 18:56 :
Le président du sicoval est peut-être fidèle à l'avis de ses collègues.
Nous ne sommes pas en 1985 où le président d'une collectivité territoriale, alors membre du SMTC, avait voté contre l'avis de ses collègues.
Le métro, vous l'avez voulu, et bien continuez!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :